7 avril 2015 / 19:18 / dans 3 ans

TV-Vivendi s'intéresse à Sky pour bâtir un géant-sces

par Pamela Barbaglia et Sophie Sassard

LONDRES, 7 avril (Reuters) - Le groupe de médias Vivendi explore l‘opportunité d‘acquérir le groupe de télévision payante Sky, une option parmi d‘autres opérations potentielles de grande ampleur qui permettrait d‘accroître la présence en Europe de sa filiale Canal+, a-t-on appris de trois sources au fait du dossier.

Vivendi, qui a cédé pour quelque 35 milliards d‘euros d‘actifs au cours des deux dernières années, s‘intéresse à Sky après avoir passé en revue une série de cibles potentielles dans le secteur de la télévision payante en Turquie et dans d‘autres pays à forte croissance en Europe, a expliqué l‘une des sources.

Le groupe français discute avec des banques d‘investissement en vue d‘évaluer l‘intérêt d‘un rapprochement avec Sky, ont dit les sources, tout en soulignant qu‘une telle opération serait compliquée compte tenu de la capitalisation boursière de Sky qui se situe autour de 17 milliards de livres (23 milliards d‘euros).

Le président de Vivendi, Vincent Bolloré, qui a récemment porté sa participation à 12%, considère Canal+ comme l‘un des piliers du groupe, expliquent les sources, dont l‘une souligne qu‘il est l‘un des principaux partisans d‘une opération avec Sky.

“Au final, ce qui décidera du projet, c‘est Vincent Bolloré”, a déclaré une autre source.

Ni Vivendi ni Sky n‘ont souhaité faire de commentaire.

L‘américain Twenty-First Century Fox du magnat des médias Rupert Murdoch possède 39% du capital de Sky.

Ce dernier est né l‘an dernier du rachat par BSkyB, numéro un de la télévision payante en Grande-Bretagne, de la quasi-totalité (96%) de Sky Deutschland et de l‘intégralité de Sky Italia, rassemblant ainsi l‘ensemble des activités européennes de télévision de l‘empire Murdoch.

“UN PARI RISQUÉ”

L‘opération, qui visait à permettre à Sky d‘accéder à des marchés plus dynamiques sur lesquels la télévision payante n‘est pour l‘instant ni aussi répandue, ni aussi rentable qu‘en Grande-Bretagne, a rendu ces activités plus “vendables”, plusieurs banquiers y voyant le prélude à une possible cession.

Sky est aujourd‘hui présent en Grande-Bretagne, en Irlande, en Allemagne, en Autriche et en Italie avec un total d‘environ 20 millions d‘abonnés.

Canal+, qui compte quant à lui 11 millions d‘abonnés, est principalement présent en France, mais aussi en Afrique, en Pologne et au Viêtnam. Il a récemment investi la télévision gratuite avec le rachat au groupe Bolloré des chaînes devenues D8 et D17.

En dépit de l‘intérêt évident d‘une éventuelle fusion, Vivendi n‘a pas encore pris la décision de présenter une offre, ont précisé les sources.

Une partie des dirigeants de Vivendi sont réticents à l‘idée d‘un rachat de Sky, qu‘ils considèrent comme “un pari risqué” susceptible de surexposer le groupe au marché de la télévision payante, jugé difficile.

“Cela reviendrait à mettre tous ses oeufs dans le même panier”, a dit la deuxième source.

La direction de Vivendi est pour l‘instant occupée à répliquer aux critiques des actionnaires emmenés par le fonds spéculatif P.Schoenfeld Asset Management (PSAM), qui réclament une meilleure rémunération, et tout le monde n‘est pas convaincu qu‘un rapprochement avec Sky serait la bonne solution, a dit cette source.

Certains dirigeants préfèreraient des acquisitions ciblées dans le domaine des médias numériques et une poursuite de la diversification du portefeuille d‘activités de Vivendi, dans le sillage de l‘offre de rachat annoncée sur le site de partage de vidéos Dailymotion, a expliqué la deuxième source.

PSAM et Vivendi sont à couteaux tirés depuis le 23 mars, date à laquelle le fonds a annoncé le dépôt de deux résolutions en vue de l‘assemblée générale pour réclamer la distribution de dividendes exceptionnels d‘un montant total de 9,0 milliards d‘euros.

Vivendi, qui a menacé PSAM de porter leur différend sur le terrain judiciaire, pourrait convaincre ses actionnaires qu‘un accord avec Sky créerait de la valeur à long terme et ouvrirait à la voie à une augmentation du rendement, a expliqué une autre source.

“Cela pourrait une solution à leurs problèmes avec PSAM”, a-t-elle dit. (Gwénaëlle Barzic pour le service français, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below