December 16, 2011 / 7:13 PM / 8 years ago

ENCADRE-Principaux extraits du communiqué de Fitch sur la France

PARIS, 16 décembre (Reuters) - Principaux extraits du communiqué en français de l’agence de notation Fitch annonçant l’abaissement de la perspective sur la note de crédit “AAA” de la France à “négative”.

“Fitch Ratings a confirmé la note de défaut émetteur (issuer default rating - IDR) à long terme en devises étrangères et en monnaie locale de la France à ‘AAA’. (...) La perspective de la note à long terme est modifiée et passe de stable à négative.”

“La confirmation du statut ‘AAA’ de la France repose sur la richesse et la diversification de son économie, l’efficacité de ses institutions politiques, civiles et sociales et sa flexibilité financière qui reflète son statut de grand émetteur de référence de la zone euro. De plus, le gouvernement français a adopté plusieurs mesures destinées à renforcer la crédibilité de sa politique de consolidation budgétaire.

“Cependant, dans son scénario de base, Fitch estime que la dette publique rapportée au PIB devrait atteindre 92% en 2014, niveau supérieur à celui de tout autre pays noté ‘AAA’ à l’exception des Etats-Unis et du Royaume Uni, et sensiblement plus élevé que celui de tous les autres pays ‘AAA’ de la zone euro.

“ (...) La perspective négative attribuée à la note française reflète le risque accru, selon Fitch, d’une matérialisation de certaines dettes contingentes (bien que cela ne fasse pas actuellement partie des hypothèses de base de l’agence), et l’éventualité d’une évolution beaucoup plus défavorable qu’initialement prévue de la conjoncture économique et, par conséquent, de la situation budgétaire.

“L’intensification de la crise de la zone euro depuis le mois de juillet constitue un choc sérieux pour la zone et pour l’économie française ainsi que pour la stabilité de son secteur financier. Malgré les nouvelles mesures budgétaires annoncées en août et novembre et qui représentent environ 1% du PIB, d’autres mesures seront probablement nécessaires pour ramener le déficit à 3% du PIB d’ici 2013 et stabiliser la dette publique sous les 90% du PIB compte tenu de la détérioration des perspectives économiques et financières.

“Selon Fitch, les engagements pris par les dirigeants présents au sommet européen des 9 et 10 décembre dernier et par la BCE n’étaient pas suffisants pour permettre la mise en place d’un pare-feu financier réellement crédible en vue d’éviter une crise autoréalisatrice de liquidité, voire de solvabilité chez certains Etats de la zone euro non notés ‘AAA’.

“Par rapport à d’autres pays-membres de la zone euro notés ‘AAA’, la France est, du point de vue de Fitch, le pays le plus exposé à une intensification de la crise. Son déficit budgétaire structurel et sa dette publique sont les plus élevés des pays notés ‘AAA’ dans la zone euro. De plus, par rapport aux pays ‘AAA’ hors zone euro, en particulier les Etats-Unis (notés ‘AAA’/perspective Négative) et le Royaume-Uni (‘AAA’/perspective Stable), les risques de matérialisation des dettes contingentes en cas d’intensification de la crise de la zone euro sont plus importants, du fait des engagements vis-à-vis du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) et du mécanisme européen de stabilité (MES), ainsi que des éventuels besoins de recapitalisation des banques françaises, qui sont moins solides que lors de nos évaluations antérieures comme le traduisent les abaissements récents de leurs notes.

“La perspective négative indique un risque légèrement supérieur à 50% d’abaissement de la note dans un délai de deux ans. Les facteurs susceptibles de déclencher un abaissement de la note sont les suivants :

- Une plus forte probabilité de voir les dettes contingentes, en cas d’intensification de la crise de la zone euro, se matérialiser dans les comptes de l’Etat français.

- Un dérapage important par rapport aux objectifs budgétaires que le gouvernement s’est fixés, en particulier la stabilisation du ratio de dette publique sur PIB dès 2013 et l’inflexion à la baisse de sa trajectoire, qui permettraient un accroissement de la “marge budgétaire” nécessaire à l’absorption de chocs économiques ou financiers.

- Des performances économiques plus faibles que prévu, qui entraîneraient une révision du potentiel de croissance à moyen et long terme de la France.

“A l’inverse, le retour à une perspective stable sera envisageable si la France réalise des performances économiques et financières en ligne avec le scénario de base de Fitch - correspondant aux estimations du rapport du 23 novembre 2011 déjà cité ‘French Public Finances’ - et si la crise de la zone euro est résolue.

“En l’absence de choc important, vraisemblablement lié à une forte aggravation de la crise de la zone euro, Fitch ne prévoit pas de modifier la perspective négative avant 2013.”

Voir aussi :

LE POINT sur le AAA français (Gwénaëlle Barzic, édité par Jean Décotte)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below