for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

BOURSE-Lagardère bondit après la montée d'Arnault à son capital

PARIS, 25 septembre (Reuters) - L’action Lagardère affiche sa plus forte hausse depuis plus de 30 ans vendredi matin en Bourse de Paris après l’annonce de l’acquisition par Groupe Arnault de 5% du capital, un nouvel épisode de la bataille en cours entre actionnaires qui relance les spéculations sur une possible réorganisation des activités.

Le titre bondit de 34,12% à 10h45, de loin la plus forte hausse de l’indice large parisien SBF 120, alors en repli de 0,41%.

À 20,40 euros, l’action du groupe dirigé par Arnaud Lagardère est au plus haut depuis décembre dernier.

Jeudi soir, Lagardère a annoncé que Bernard Arnault avait acquis une participation directe de plus de 5% à son capital et avait finalisé son entrée à hauteur de 27% dans la holding personnelle d’Arnaud Lagardère, dont la gestion et le contrôle sur son groupe sont contestés par une alliance entre ses deux principaux actionnaires, Vivendi et le fonds Amber Capital.

Groupe Arnault et Arnaud Lagardère détiennent ensemble 12,77% du capital, contre 43,5% pour Vivendi-Amber.

“La réaction du titre est un peu extrême”, commente un analyste d’une banque française. “Certains pensent peut-être qu’Arnault ne sortira pas et qu’il augmentera sa participation dans le groupe.”

Dans une note, MidCap Partners évoque aussi la possibilité que Groupe Arnault poursuive ses achats afin d’acquérir une minorité de blocage.

L’intermédiaire souligne par ailleurs les synergies possibles entre plusieurs activités de Lagardère et de LVMH , le groupe dirigé par Bernard Arnault.

“Une cession de Lagardère Travel Retail à LVMH permettrait de constituer un leadership aux côtés de DFS (ndlr, filiale de distribution du géant du luxe), de réduire l’endettement de Lagardère SCA et d’en réduire la décote de holding”, explique la note.

Elle ajoute que certains actifs médias du groupe Lagardère (JDD, Paris Match et Europe 1) compléteraient Les Echos, Le Parisien et Radio Classique, détenus par le groupe LVMH. (Marc Angrand, avec Pawel Goraj édité par Henri-Pierre André)

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up