July 23, 2020 / 1:49 PM / 15 days ago

"Aidez-nous à vous aider", lance Le Drian aux dirigeants libanais

BEYROUTH, 23 juillet (Reuters) - Jean-Yves Le Drian a exhorté les dirigeants libanais à mettre en oeuvre d’urgence des réformes “attendues depuis trop longtemps” afin de bénéficier d’une aide du Fonds monétaire international (FMI), jeudi lors d’une visite officielle à Beyrouth.

“Des actes concrets sont attendus depuis trop longtemps. Il est aujourd’hui urgent et nécessaire de s’engager de manière concrète dans la voie des réformes, c’est le message que je suis venu transmettre à toutes les autorités libanaises”, a déclaré à la presse le chef de la diplomatie française, qui est le plus haut responsable étranger à se rendre au Liban depuis la vague de contestation de l’automne dernier.

“Aidez-nous à vous aider !” a-t-il lancé, reprenant une formule déjà prononcée devant les parlementaires français il y a deux semaines.

Le Liban est plongé dans une grave crise financière qui a fait grimper l’inflation et chuter le pouvoir d’achat des Libanais, et représente la plus grande menace pour la stabilité du pays depuis la guerre civile de 1975-1990.

La livre libanaise a perdu 80% de sa valeur depuis les manifestations de l’automne dernier, le système bancaire est paralysé et les épargnants n’ont plus le droit de disposer à leur guise de leurs dépôts.

La France, qui a administré le Liban pendant l’entre-deux-guerres, est à la pointe des efforts visant à sortir le pays de la crise. Paris a organisé une conférence des donateurs il y a deux ans.

Plus de 11 milliards de dollars avaient été alors promis par les bailleurs de fonds, à condition que le pays, qui a entamé des discussions avec le FMI en mai dernier, engage des réformes qui n’ont toujours pas été mises en place.

“Le besoin de changement est connu de tous et cette demande de réformes converge pleinement avec les attentes des Libanais”, a insisté Jean-Yves Le Drian. “Le peuple a manifesté. Cet appel n’a malheureusement pas été entendu jusqu’ici.”

“Ne nous faisons pas d’illusion. Il n’y pas d’alternative à un programme du FMI pour permettre au Liban de sortir de la crise”, a-t-il ajouté.

Les donateurs réclament entre autres une remise à plat du réseau public d’électricité, qui perd chaque année jusqu’à 2 milliards de dollars sans parvenir à répondre aux besoins de la population.

“Ce qui a été fait dans ce domaine n’est guère encourageant”, a observé le chef de la diplomatie française.

Jean-Yves Le Drian a également jugé essentiel que le Liban se tienne à l’écart des jeux d’influence régionaux, alors que le Hezbollah, soutenu par l’Iran, participe au conflit en Syrie. (Ellen Francis, avec Tom perry, Ghaida Ghantous à Beyrouth, et John Irish à Paris, version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Blandine Hénault)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below