for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Adoption du troisième budget d'urgence post-coronavirus

Le Parlement français a définitivement adopté jeudi le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2020, qui tire les conséquences budgétaires du financement des mesures de soutien à une économie fragilisée par les répercussions de la pandémie liée au nouveau coronavirus. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - Le Parlement français a définitivement adopté jeudi le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2020, qui tire les conséquences budgétaires du financement des mesures de soutien à une économie fragilisée par les répercussions de la pandémie liée au nouveau coronavirus.

“Merci aux députés et sénateurs qui viennent de voter le troisième budget de crise proposé par le gouvernement !”, s’est félicité le ministre de l’Economie Bruno Le Maire sur Twitter.

“Ce budget vient soutenir les secteurs les plus touchés, les Français les plus fragiles, et nos territoires”, a-t-il ajouté.

Les parlementaires étaient parvenus mardi à un accord en commission mixte paritaire (CMP) sur ce projet de loi.

Au-delà des dispositions prévoyant l’extension des remises partielles de cotisations sociales, un soutien financier à l’embauche des jeunes, la CMP a également revu à la hausse, à 605 millions d’euros, le montant du soutien financier exceptionnel de l’Etat à Île-de-France Mobilités (qui fédère tous les acteurs des transports franciliens) pour permettre de compenser les pertes de cette organisation tout en maintenant les tarifs de l’abonnement “Pass Navigo” à leurs niveaux actuels.

Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up