for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (23/04)

CORONAVIRUS

ENCORE PLUS DE 500 MORTS EN UN JOUR EN FRANCE

PARIS - Le coronavirus a fait 544 morts supplémentaires au cours des dernières 24 heures en France, où le bilan de l’épidémie s’élève désormais à 21.340 décès depuis le 1er mars, a annoncé mercredi le directeur général de la santé.

Sur ce bilan total, 13.236 personnes sont mortes dans des hôpitaux et 8.104 dans des établissements sociaux et médico-sociaux, essentiellement des Ehpad, a précisé Jérôme Salomon.

Le nombre de personnes hospitalisées a toutefois encore baissé, en particulier dans les services de réanimation, qui traitent 5.218 patients en état grave en raison de leur contamination par le coronavirus, soit 215 de moins que la veille.

Jérôme Salomon a jugé que le respect de la distanciation sociale et des gestes barrières une fois le confinement levé serait prioritaire par rapport au port généralisé du masque grand public, prôné mercredi par l’Académie nationale de médecine. “Le masque grand public, que nous encourageons fortement, c’est un complément au respect des bons gestes barrières”, a-t-il dit.

Au total, la France a recensé 119.151 cas de contamination, soit 1.827 de plus que mardi. Près de 85.000 personnes ont été hospitalisées depuis le début de l’épidémie et 29.741 l’étaient encore mercredi, soit 365 de moins que la veille.

LE DÉFICIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE À PLUS DE 41 MILLIARDS D’EUROS EN 2020 - DARMANIN

PARIS - Le déficit de la Sécurité sociale devrait atteindre 41 milliards d’euros cette année en France en raison de la crise du coronavirus, soit un niveau jamais atteint, a déclaré mercredi le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, dont les propos ont été rapportés par la commission des Affaires sociales du Sénat devant laquelle il s’exprimait.

Le précédent record, 28 milliards d’euros, avait été établi en 2010, dans le sillage de la crise financière de 2008. En 2019, le déficit de la Sécurité sociale (régime général + fonds de solidarité vieillesse FSV) était de 1,9 milliard d’euros.

Ce niveau de déficit du régime général et du FSV est inédit, a-t-on confirmé dans l’entourage du ministre, et sa dégradation s’explique principalement par un net recul des recettes, estimé à près de 31 milliards d’euros, et par un accroissement de l’ordre de 8 milliards des dépenses par rapport à l’objectif fixé pour cette année.

VOIR AUSSI

La moitié des salariés au chômage partiel en France, chute des embauches

ANALYSE-L’Etat risque de devoir renflouer EDF sous l’effet du coronavirus

REPORTAGE-Sur le campus d’Orléans, une distribution alimentaire pour les étudiants victimes du confinement

AIR FRANCE-KLM PROCHE D’UN ACCORD SUR UN PLAN D’AIDES-SCES

PARIS/FRANCFORT - Air France-KLM s’est rapproché d’un accord sur un plan de secours de 10 milliards d’euros appuyé par des garanties publiques, a-t-on appris mercredi auprès de plusieurs sources, après que la France a accepté de revoir à la hausse ses garanties sur les prêts qui doivent permettre au groupe de surmonter la crise du coronavirus.

Paris est prêt à garantir désormais 90% voire davantage des prêts bancaires dont Air France a absolument besoin pour traverser la crise, contre 70% à l’origine, ont précisé deux personnes proches du dossier, confirmant une information révélée par le quotidien La Tribune, qui ajoute que Ben Smith, le directeur général d’Air France-KLM, veut accélérer le plan de restructuration d’Air France.

La pandémie de coronavirus frappe très lourdement le secteur du transport aérien, les mesures de confinement et de fermeture des frontières ayant un effet direct sur les compagnies aériennes, dont le groupe Air France-KLM.

L’OMS AVERTIT QUE LE CORONAVIRUS SERA LÀ LONGTEMPS

GENEVE - L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a dit mercredi avoir relevé des “tendances inquiétantes à la hausse” de premières phases épidémiques au nouveau coronavirus dans certaines régions d’Afrique et d’Amérique centrale et du Sud.

Elle a aussi jugé que la levée des limitations aux déplacements entre pays devait se faire avec prudence.

“La plupart des pays en sont encore dans les premières phases de leurs épidémies et certains autres qui ont été touchés au début de la pandémie commencent à observer une résurgence de cas”, a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. “Ne vous méprenez pas, nous avons encore beaucoup de chemin à accomplir. Ce virus sera avec nous pendant longtemps”, a-t-il ajouté devant la presse.

VOIR AUSSI

Climat, coronavirus: même combat, disent les écologistes

L’Australie discute d’une enquête internationale

LA FRANCE PLAIDERA POUR UN BUDGET EUROPÉEN AMBITIEUX

PARIS - La France a averti mercredi qu’elle n’approuverait pas un budget pluriannuel de l’Union européenne trop modeste face à l’ampleur de la crise économique engendrée par la pandémie de coronavirus.

Emmanuel Macron a déjà prévenu que l’UE n’avait pas d’autre choix que de mettre en place un fonds de relance financé par de la dette commune avec une garantie commune. Le chef de l’Etat a également appelé à revoir à la hausse le montant du budget pour les années 2021-2027 actuellement négocié par les Vingt-Sept.

“Le président a été clair, on ne donnera pas notre accord à un budget qui ne change pas pour prendre en compte la réponse à la crise”, a déclaré un conseiller de l’Elysée à la veille d’un conseil européen par visioconférence.

Le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, s’efforce de contourner l’opposition de l’Allemagne et des Pays-Bas à la perspective d’une émission de dettes communes - les “coronabonds” - en proposant un fonds de relance européenne qui serait doté d’au moins 1.000 milliards d’euros et ne servirait qu’à soutenir des investissements d’avenir.

Selon le conseiller de l’Elysée, la France préférerait valider des budgets provisoires de court terme plutôt qu’accepter un “mauvais accord” sur le budget pluriannuel.

Paris soutient également le principe d’un fonds de relance européen financé par une dette de long terme, comme l’a proposé l’Espagne, même si les modalités peuvent en être débattues, a poursuivi le responsable.

VOIR AUSSI

Profondes divergences au sein de l’UE sur le fonds de relance

ENQUÊTE-La zone euro vouée à la pire récession de son histoire

L’Allemagne anticipe un ratio de dette à 75,25% du PIB en 2020

ESPAGNE-SANCHEZ VEUT ENTAMER LE DÉCONFINEMENT DANS LA DEUXIÈME QUINZAINE DE MAI

MADRID - Le président du gouvernement espagnol a annoncé mercredi son intention d’entamer dans la deuxième quinzaine de mai la levée des mesures de confinement en vigueur pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Ces mesures doivent être levées lentement, de façon progressive, et pourraient être rétablies suivant l’évolution de la situation, a souligné Pedro Sanchez, qui s’adressait au Parlement, auquel il s’apprête à demander une prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 9 mai.

“Nous allons faire des allers-retours selon l’évolution de la pandémie”, a-t-il déclaré.

Les mesures de confinement sont entrées en vigueur le 14 mars en Espagne, pays le plus touché après les Etats-Unis avec plus de 208.000 cas et 21.717 morts. Le pic de l’épidémie semble toutefois passé.

Le gouvernement a autorisé la semaine dernière la reprise du travail dans certains secteurs et a accepté mardi soir sous la pression de l’opinion de laisser les enfants de moins de 14 ans faire de courtes promenades sous surveillance à partir du week-end prochain.

VOIR AUSSI

En GRANDE-BRETAGNE, plus de 18.000 décès, le gouvernement critiqué

L’ITALIE a recensé moins de morts mercredi, les nouveaux cas augmentent

USA-TRUMP SIGNE UN DÉCRET SUSPENDANT L’IMMIGRATION PENDANT LA CRISE SANITAIRE

WASHINGTON - Le président américain Donald Trump a signé mercredi un décret suspendant l’immigration aux Etats-Unis du fait de la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus.

Ce décret s’applique pour une durée de 60 jours aux demandeurs d’une “carte verte”, la carte de résident permanent qui permet à des ressortissants étrangers de s’installer et de travailler légalement aux Etats-Unis sans visa.

Des détracteurs soupçonnent Donald Trump de chercher à profiter de la crise du coronavirus pour mettre en oeuvre une politique voulue de longue date en prévision de la présidentielle de novembre prochain.

“Afin de protéger nos travailleurs américains, je viens de signer un décret suspendant l’immigration aux Etats-Unis. Cela va garantir que les Américains au chômage seront les premiers à trouver un emploi avec la réouverture de notre économie”, a dit le président américain lors d’un point de presse quotidien à la Maison blanche sur le coronavirus.

VOIR AUSSI

Trump en désaccord avec la réouverture de certains commerces dans l’Etat de Géorgie

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up