for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

La Chine sur le point d'annoncer une contraction économique historique

PEKIN (Reuters) - La crise du coronavirus a probablement provoqué au premier trimestre la première contraction de l’économie chinoise depuis au moins 1992, ce qui met la pression sur les autorités de Pékin pour en faire davantage afin de limiter les effets de la pandémie sur la deuxième économie du monde.

La crise du coronavirus a probablement provoqué au premier trimestre la première contraction de l'économie chinoise depuis au moins 1992, ce qui met la pression sur les autorités de Pékin pour en faire davantage afin de limiter les effets de la pandémie sur la deuxième économie du monde. /Photo prise le 24 février 2020/REUTERS/Thomas Peter

Les analystes s’attendent à ce que les chiffres du produit intérieur brut (PIB) de la Chine sur les trois premiers mois de l’année, qui seront publiés vendredi, montrent une contraction de 6,5% sur un an, après une croissance de 6% au quatrième trimestre 2019, selon une enquête Reuters.

D’un trimestre sur l’autre, le PIB est attendu en repli de 9,9% sur la période janvier-mars, contre une croissance de 1,5% au trimestre précédent, selon cette même enquête.

Le PIB chinois se contracterait ainsi pour la première fois depuis 1992, année de l’introduction des statistiques officielles sur la croissance.

Le virus, qui s’est déclaré fin 2019 dans la province chinoise de Hubei avant de se propager au reste du monde, a mis à l’arrêt les usines, les transports et les commerces du pays.

Ces restrictions sont levées graduellement en Chine mais sont maintenant en place chez nombre de ses partenaires commerciaux, ce qui pèsera sur la demande extérieure et menace de freiner le redémarrage de l’économie chinoise, très dépendante de ses exportations.

“Il est difficile d’envisager une reprise rapide de l’économie chinoise étant donné l’impact de la pandémie mondiale”, commente Wang Jun, chef économiste de la Zhongyuan Bank.

“La croissance économique dépendra également de la vigueur des politiques de soutien”, ajoute-il. “La politique budgétaire jouera les premiers rôles tandis que la politique monétaire sera modestement expansionniste.”

PRIORITÉ À LA RELANCE BUDGÉTAIRE

Les autorités chinoises ont déjà signalé leur intention d’augmenter les dépenses budgétaires afin de financer notamment de grands projets régionaux.

Sur le plan monétaire, la banque centrale chinoise a commencé à ajuster un certain nombre d’instruments et continuera de le faire mais n’ira pas aussi loin que la Réserve fédérale, qui n’a pas hésité à sortir l’artillerie lourde, a appris Reuters auprès de sources informées du processus de décision.

Dans cet état d’esprit, la Banque populaire de Chine (BPC) a annoncé mercredi qu’elle baissait un taux d’intérêt à moyen terme et réduisait le montant des réserves que les banques commerciales doivent détenir auprès d’elle.

Sur l’ensemble de 2020, la croissance chinoise pourrait ralentir à 2,5%, contre 6,1% en 2019, montre une enquête Reuters distincte.

Ce chiffre de 2,5% serait le plus faible depuis 1976, dernière année de la Révolution culturelle, qui a duré dix ans et a ravagé l’économie du pays.

Les chiffres du PIB chinois seront publiés vendredi à 02h00 GMT, en même temps que les statistiques de la production industrielle et des ventes au détail pour le mois de mars.

La production industrielle est attendue en repli de 7,3%, sur un an après -13,5% sur les deux premiers mois de l’année, et les ventes au détail pourraient avoir baissé de 10% (-20,5% en janvier et février), selon les analystes interrogés par Reuters.

Avec Khushboo Mittal et Richa Rebello à Bangalore, version française Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up