February 8, 2020 / 6:01 AM / 2 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 06H00 GMT (08/02)

CORONAVIRUS-LE BILAN PORTÉ À 722 MORTS EN CHINE, LES USA ENVOIENT DE L’AIDE MÉDICALE

PEKIN - Le bilan de l’épidémie de coronavirus en Chine continentale s’est alourdi à 722 morts, ont indiqué samedi les autorités sanitaires chinoises, et pourrait dépasser sous peu celui de l’épidémie de Sras qui était apparue dans le pays et s’était propagée à travers le monde en 2002-2003.

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi l’envoi d’aide médicale à la Chine, quelques heures après un entretien entre Donald Trump et Xi Jinping durant lequel le président chinois a assuré à son homologue américain que Pékin faisait tout son possible pour venir à bout de l’épidémie.

Un ressortissant américain qui avait contracté le virus est mort à l’hôpital de Wuhan, a déclaré samedi un porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis à Pékin.

A Genève, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déploré vendredi que la demande de matériel de protection sanitaire a été multipliée par 100 et que les prix ont grimpé en flèche, provoquant une grave pénurie.

La Commission nationale chinoise de la santé a rapporté samedi que le coronavirus a causé la veille 86 décès supplémentaires en Chine continentale, portant à 722 le nombre de cas mortels dans le pays.

En 2002-2003, l’épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère), elle aussi apparue en Chine et transmise de l’animal à l’homme, avait causé 774 décès dans le monde.

Pour l’heure, seuls deux cas mortels du coronavirus ont été signalés hors de Chine continentale, à Hong Kong et aux Philippines. Quelque 332 cas de contamination étaient recensés vendredi hors de Chine, répartis dans 27 pays et régions.

Dans un communiqué publié samedi, la Commission nationale chinoise de la Santé a indiqué que 3.399 cas de contamination supplémentaires au coronavirus ont été recensés la veille, portant à 31.774 le nombre de patients infectés dans le pays.

VOIR AUSSI

Renault suspend sa production en Corée du Sud

Le coronavirus assombrit les perspectives de l’industrie du luxe pour 2020

Le coronavirus affectera une majorité de sociétés US en Chine - étude

—-

TRUMP RÉVOQUE DEUX REPRÉSENTANTS AYANT TÉMOIGNÉ CONTRE LUI

WASHINGTON/NEW YORK - Deux jours après son acquittement par le Sénat à l’issue de son procès en destitution, Donald Trump a demandé à son administration de révoquer vendredi deux représentants ayant livré des témoignages préjudiciables à son encontre lors des auditions menées par les démocrates.

Gordon Sondland, l’ambassadeur auprès de l’Union européenne, a publié un communiqué indiquant qu’il allait être révoqué, quelques heures après que l’avocat d’Alexander Vindman, principal conseiller sur l’Ukraine de la Maison blanche, a annoncé que son client avait été révoqué de son poste au Conseil national de sécurité (NSC).

En novembre dernier, durant les auditions menées par les commissions de la Chambre où les démocrates sont majoritaires, Alexander Vindman a dit avoir alerté un avocat du NSC sur une demande “inappropriée” faite par Donald Trump lors d’une conversation avec son homologue ukrainien Volodimir Zelenski.

Gordon Sondland, entendu à plusieurs reprises par les commissions de la Chambre, a déclaré que Donald Trump avait conditionné le déblocage d’une aide financière à l’Ukraine à l’ouverture par Kiev d’enquêtes anticorruption qu’il réclamait.

L’entretien téléphonique de juillet dernier entre Trump et Zelenski fut au coeur de la procédure de destitution (“impeachment”) lancée par la Chambre, qui a voté en décembre en séance plénière la mise en accusation du président républicain, pour abus de pouvoir et entrave au Congrès.

Le Sénat, où les républicains sont majoritaires, a prononcé mercredi l’acquittement du locataire de la Maison blanche.

—-

USA 2020-WALSH, ADVERSAIRE DE TRUMP DANS LE CAMP RÉPUBLICAIN, ARRÊTE LES FRAIS

WASHINGTON - Le républicain Joe Walsh, ancien élu de l’Illinois à la Chambre des représentants, a annoncé vendredi sur CNN qu’il se retirait de la primaire républicaine en vue de l’élection présidentielle de novembre.

Il était l’un des deux seuls rivaux de Donald Trump dans le camp républicain. Mais sa candidature de témoignage n’a pas survécu à la première étape des primaires, les caucus de l’Iowa, où Walsh n’a obtenu lundi que 1,1% des voix contre 97,1% pour Trump. Bill Weld a fait un peu mieux, avec un score de 1,3%.

Sur CNN, il a affirmé que le Grand Old Party n’était “plus un parti, mais une secte” tout entière vouée au culte de Donald Trump. “On ne peut pas le battre dans le cadre d’une primaire républicaine”, a-t-il ajouté.

VOIR AUSSI

ENCADRE Les principales dates de la campagne présidentielle

—-

MALI-UNE TRENTAINE DE DJIHADISTES TUES PAR LA FORCE BARKHANE

PARIS - Les soldats de la force Barkhane ont neutralisé une trentaine de djihadistes jeudi et vendredi au Mali, dans le cadre de trois opérations distinctes, a annoncé vendredi l’état-major de l’armée française dans un communiqué.

Un drone Reaper, une patrouille de Mirage 2000 ainsi qu’un hélicoptère Tigre et un Cougar ont participé à deux frappes ciblées qui ont fait une vingtaine de morts parmi les combattants de la katiba du Gourma, liée à Al Qaïda, précise l’armée. Les autres opérations ont été menées dans la région du Liptako contre l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS).

—-

MACRON PRÊT À ASSOCIER LES EUROPÉENS À LA DISSUASION NUCLÉAIRE FRANÇAISE

PARIS - Emmanuel Macron s’est dit prêt vendredi à “associer” les pays européens qui le souhaitent aux exercices des forces françaises de dissuasion, à l’heure où certains Etats membres, dépendants du “parapluie américain” en matière de sécurité, s’inquiètent d’un désengagement des Etats-Unis de la scène internationale.

Dans un discours très attendu sur la stratégie de défense française, le chef de l’Etat a insisté sur le rôle “dissuasif” des forces nucléaires tricolores dans une ère post-Brexit qui fait de la France la seule puissance européenne dotée de l’arme nucléaire.

“Soyons clairs : les intérêts vitaux de la France ont désormais une dimension européenne”, a-t-il souligné à l’école militaire, à Paris. “Dans cet esprit, je souhaite que se développe un dialogue stratégique avec nos partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire dans notre sécurité collective”.

“Les partenaires européens qui souhaitent s’engager sur cette voie pourront être associés aux exercices des forces françaises de dissuasion”, a-t-il poursuivi, un geste dans la continuité de ses discours de ces derniers mois appelant à muscler la défense européenne face à une alliance atlantique en état de “mort cérébrale”.

—-

IRLANDE-LA MONTÉE DU SINN FEIN POURRAIT MARQUER LA FIN DU POUVOIR POUR VARADKAR

DUBLIN - Appelés aux urnes samedi pour des élections législatives anticipées, les Irlandais semblent sur le point de priver le Premier ministre sortant Leo Varadkar du pouvoir, alors que la montée des nationalistes du Sinn Fein pourrait redessiner le paysage politique.

Les sondages effectués ces derniers jours créditent le principal parti d’opposition, le Fianna Fail, du plus grand nombre de sièges et le donnent à la tête d’une coalition gouvernementale, ou d’un gouvernement minoritaire, avec un agenda politique similaire à celui du Fine Gael (centre droit) de Varadkar sur les questions économiques et post-Brexit.

Cependant le Sinn Fein pourrait remporter le vote populaire si l’issue du scrutin est fidèle aux récentes enquêtes d’opinion. L’ex-vitrine politique de l’Armée républicaine irlandaise (Ira) était créditée lundi de 25% des voix, devant le Fianna Fail (23%) et le Fine Gael (20%).

Mais le Sinn Fein présente trop peu de candidats pour capitaliser sur cette montée dans l’opinion qui a surpris dans les rangs mêmes du parti nationaliste, qui avait reculé à 9% des suffrages lors d’élections locales l’an dernier.

Les bureaux de vote fermeront samedi à 22h00 GMT. Le dépouillement des bulletins débutera dimanche à 09h00 GMT et de premiers résultats partiels sont attendus dimanche après-midi.

—-

AIRBUS VA PROBABLEMENT RACHETER À BOMBARDIER SA PART DANS LE PROGRAMME A220 - SOURCES

PARIS/MONTREAL - Airbus va probablement racheter à Bombardier sa participation dans le programme A220, a-t-on appris vendredi de sources industrielles.

L’opération, qui porte sur le rachat des 33,58% détenus par le canadien, pourrait être annoncée dès la semaine prochaine, avant la publication des résultats des deux groupes aéronautiques, ont dit les deux sources.

Ni Airbus ni Bombardier, qui feront part de leurs résultats le 13 février, n’ont accepté de commenter ces informations.

Les contours de l’opération restent flous, mais si elle se concrétise, la vente marquerait la fin de la présence de Bombardier sur le secteur de l’aviation commerciale.

Le groupe basé à Montréal est confronté à d’importantes difficultés de maîtrise des coûts et s’est mis à la recherche de partenaires pour ses activités ferroviaires, approchant notamment le français Alstom.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below