October 24, 2019 / 5:04 AM / 21 days ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 05H00 GMT (24/10)

BREXIT

LES VINGT-SEPT EN QUÊTE DE CONSENSUS SUR UN NOUVEAU REPORT

BRUXELLES - Les ambassadeurs des Vingt-Sept se sont réunis mercredi à Bruxelles pour examiner la demande d’un nouveau report de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne formulée par le président du Conseil européen Donald Tusk.

Trois sources diplomatiques européennes ont indiqué que les ambassadeurs, qui souhaitent parvenir à une décision unanime par “procédure écrite”, devraient à nouveau se réunir vendredi pour débattre du sujet.

L’hypothèse d’un report de trois mois du Brexit, à fin janvier 2020, est la plus probable, ont ajouté les sources.

L’Allemagne a fait savoir qu’elle ne s’opposerait à aucune sorte d’extension. La France s’est dite prête à accorder un report “technique” de quelques jours “mais en dehors de ces circonstances, une extension destinée à gagner du temps ou à rediscuter de l’accord est exclue”, insiste-t-on à l’Elysée.

Boris Johnson a déclaré mardi qu’il revenait à l’UE de décider d’un éventuel report du Brexit et de sa durée, après le rejet par la Chambre des communes de son calendrier législatif en vue d’une sortie du Royaume-Uni du bloc le 31 octobre.

Selon son porte-parole, le Premier ministre britannique a toutefois réaffirmé à Donald Tusk qu’il voulait toujours voir son pays quitter l’UE le 31 octobre.

VOIR AUSSI

ENCADRE Feuilleton du Brexit: et maintenant ?

CHRONOLOGIE L’interminable feuilleton du Brexit

—-

SYRIE-DÉPLOIEMENT RUSSE À KOBANÉ, TRUMP LÈVE LES SANCTIONS CONTRE LA TURQUIE

MOSCOU/ANKARA/WASHINGTON - La police militaire russe a commencé mercredi à se déployer dans le nord-est de la Syrie, dans la ville-symbole de Kobané où les Kurdes étaient parvenus à repousser une offensive du groupe Etat islamique en 2015, au lendemain d’un accord entre Moscou et Ankara visant à mettre fin à l’offensive kurde.

Le Kremlin a dans le même temps haussé le ton contre les combattants kurdes syriens des Unités de protection du peuple (YPG), les prévenant qu’ils seraient “taillés en pièces” par l’armée turque s’ils ne quittaient pas “volontairement” la zone frontalière dans les prochains jours.

Le détachement de la police militaire russe arrivé à Kobané doit superviser, en coordination avec les forces du président syrien Bachar al Assad, le retrait des miliciens kurdes de la “zone de sécurité” qu’Ankara compte établir jusqu’à environ 30 kilomètres de la frontière en territoire syrien.

A Washington, Donald Trump a annoncé la levée des sanctions américaines contre la Turquie qui, a-t-il dit, l’a assuré de la permanence du cessez-le-feu. Le président américain a précisé avoir donné instruction à son secrétaire au Trésor de lever les sanctions imposées mi-octobre mais a prévenu qu’elles seraient rétablies “s’il se produit quelque chose qui nous déplaît”.

L’ambassadrice américaine auprès de l’Otan, dont les ministres de la Défense, turc compris, se réuniront vendredi à Bruxelles, a demandé mercredi l’ouverture d’une enquête pour déterminer si des crimes de guerre ont été commis par l’armée turque et ses alliés pendant leur offensive.

—-

ISRAËL-BENNY GANTZ OFFICIELLEMENT CHARGÉ DE FORMER UN NOUVEAU GOUVERNEMENT

JERUSALEM - Benny Gantz, chef de file de la coalition centriste Bleu et Blanc, a été officiellement chargé mercredi par le président israélien Reuven Rivlin de former un gouvernement après l’échec de Benjamin Netanyahu.

Gantz, ancien chef d’état-major de Tsahal âgé de 60 ans, a 28 jours pour relever le défi. En cas d’échec, de nouvelles élections législatives auraient lieu en 2020.

Depuis 2008, la tâche de bâtir une coalition gouvernementale incombait à Benjamin Netanyahu, mais les élections législatives d’avril et septembre derniers n’ont pas permis de départager les deux rivaux et ont plongé Israël dans l’impasse politique.

Le Premier ministre sortant avait renoncé lundi à former un nouveau gouvernement, faute de majorité au Parlement.

—-

DES ÉLUS RÉPUBLICAINS PERTURBENT UNE AUDITION DU CONGRÈS

WASHINGTON - Plus d’une vingtaine de parlementaires républicains ont fait irruption mercredi dans la salle sécurisée où une représentante du Pentagone devait être entendue par les commissions de la Chambre des représentants qui mènent l’enquête dans le cadre de la procédure de destitution (“impeachment”) visant Donald Trump.

Le témoignage à huis clos de Laura Cooper, représentante du département de la Défense en charge des questions liées à l’Ukraine et la Russie, a été reporté d’environ quatre heures suite à cet incident qui fait écho à la demande de Donald Trump de voir ses pairs républicains combattre avec plus de fermeté la procédure des démocrates à son encontre.

Selon les démocrates, le président américain est passible d’une destitution pour avoir demandé à un dirigeant étranger, son homologue ukrainien Volodimir Zelenski, d’enquêter sur Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama et candidat à l’investiture démocrate que Donald Trump pourrait donc affronter lors de l’élection présidentielle de novembre 2020.

—-

BOLIVIE-MORALES DÉNONCE UN PUTSCH POUR LE PRIVER D’UN NOUVEAU MANDAT

LA PAZ - Evo Morales a répété mercredi qu’il avait remporté l’élection présidentielle de dimanche en Bolivie et a accusé l’opposition de fomenter un coup d’Etat après que des manifestants ont protesté contre ce qu’ils considèrent comme une tentative du président sortant de truquer le scrutin.

Selon les résultats partiels, Evo Morales était donné en tête du scrutin avec 46,49% des voix mais ne disposait pas d’une avance suffisante sur son principal rival, Carlos Mesa, pour être élu dès le premier tour.

Dans un discours prononcé depuis le siège du gouvernement à La Paz, le dirigeant socialiste a critiqué les heurts qui ont éclaté après la fermeture des bureaux de vote et a imputé cette vague de violence à l’opposition de droite.

Il s’agit du plus important défi auquel fait face Morales, au pouvoir depuis 2006, qui est critiqué pour avoir défié le référendum de 2016 sur la limitation des mandats présidentiels.

—-

LA POLICE BRITANNIQUE DÉCOUVRE 39 CORPS DANS UN CONTENEUR

LONDRES - La police britannique a annoncé mercredi la découverte de 39 corps dans un conteneur transporté par un camion, dans une zone industrielle à l’est de Londres.

Le camion, qui serait parti de Bulgarie, serait arrivé en Grande-Bretagne samedi via Holyhead, au pays de Galles, a-t-elle précisé. Le chauffeur, un Nord-Irlandais âgé de 25 ans, a été arrêté.

—-

FRANCE-SANDRO GOZI QUITTE SON POSTE DE CONSEILLER À MATIGNON

PARIS - L’ex-secrétaire d’Etat italien Sandro Gozi a annoncé mercredi soir qu’il quittait son poste de chargé de mission à Matignon, au terme de plusieurs jours de polémique sur des soupçons de conflit d’intérêts.

“Mon choix de démissionner de ma fonction professionnelle de chargé de mission auprès d’Edouard Philippe s’inscrit pleinement dans mon engagement et mes principes”, a-t-il écrit sur Twitter. “Il est temps de cesser cette dérive dans le débat public de suspicion sans fond”.

Le Premier ministre avait demandé des explications au responsable italien, candidat sur la liste LaRem aux élections européennes de mai et qui a rejoint Matignon en juillet, après des informations de presse sur ses activités.

Selon le quotidien Times of Malta, Sandro Gozi travaillait parallèlement pour le compte du chef du gouvernement de Malte depuis juin 2018 pour le conseiller “sur toutes les institutions et priorités européennes”.

—-

LES AVOCATS DE CARLOS GHOSN DEMANDENT L’ANNULATION DES POURSUITES AU JAPON

TOKYO - Les avocats de Carlos Ghosn ont demandé au tribunal du district de Tokyo d’annuler les poursuites visant l’ancien président de Nissan, accusant les procureurs et des représentants du constructeur japonais de collusion dans le but d’”évincer” Ghosn et de l’empêcher de renforcer l’alliance avec Renault.

Les conseils de l’architecte de l’alliance Renault-Nissan ont dit jeudi avoir soumis deux mémoires qui détaillent les “nombreux et graves manquements commis par les procureurs” et des “faits précis” prouvant l’innocence de leur client.

Arrêté en novembre 2018 pour des accusations de malversations financières, qu’il rejette, Carlos Ghosn se trouve en résidence surveillée depuis sa libération sous caution en avril dernier. Son procès devrait débuter en mars prochain, a rapporté par le passé l’agence de presse Kyodo.

Dans un communiqué diffusé en amont d’une audience préliminaire devant le tribunal du district de Tokyo jeudi, les avocats de Ghosn dénoncent les “multiples violations de la procédure” qui rendent “illégales, déloyales et dépourvues d’intégrité” les accusations portées contre leur client.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below