October 20, 2019 / 10:05 PM / 23 days ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 22H00 GMT (21/10)

LONDRES ASSURE QUE LE ROYAUME-UNI QUITTERA BIEN L’UE LE 31 OCTOBRE

LONDRES - Au lendemain d’un nouveau rebondissement dans le feuilleton du Brexit, le gouvernement britannique a assuré dimanche que le Royaume-Uni quitterait bien comme prévu l’Union européenne le 31 octobre, faisant de la demande de Boris Johnson d’un nouveau report une formalité sans conséquence sur la détermination du Premier ministre à sortir du bloc.

“Nous partirons d’ici au 31 octobre, nous avons les moyens et la capacité d’y arriver”, a déclaré le ministre chargé des préparatifs d’un “no-deal”, Michael Gove, à Sky News. “Cette lettre a été envoyée parce que le Parlement a demandé qu’elle le soit (...) mais le Parlement ne peut pas changer la pensée du Premier ministre, le Parlement ne peut pas changer la politique du gouvernement ou sa détermination.”

Réunie en session extraordinaire, la Chambre des communes britannique a adopté samedi une amendement reportant l’approbation par le Parlement de l’accord conclu entre Londres et Bruxelles sur le Brexit et contraignant le Premier ministre à demander à l’UE un nouveau report de la date du divorce.

A Bruxelles, il apparaît peu probable que les Vingt-Sept, qui ont déjà accordé à deux reprises un délai supplémentaire, refusent d’en accorder un nouveau même si le chef de l’Etat français Emmanuel Macron a une nouvelle fois martelé samedi qu’un délai “ne serait dans l’intérêt d’aucune partie”.

“Nous souhaitons avoir plus de clarté à la fin de la semaine, en espérant que d’ici là nous verrons également comment les choses évoluent à Londres”, a dit un diplomate européen.

VOIR AUSSI

ENCADRE Feuilleton du Brexit: et maintenant ?

CHRONOLOGIE de l’interminable feuilleton du Brexit

—-

QUATRIÈME JOUR DE CONTESTATION AU LIBAN, HARIRI ANNONCE UN ENSEMBLE DE RÉFORMES

BEYROUTH - Sous la pression de la rue, le Premier ministre libanais Saad Hariri et ses partenaires de coalition se sont entendus dimanche soir sur un ensemble de réformes économiques censées répondre au mouvement de contestation.

L’accord a été obtenu tandis que des centaines de milliers de personnes manifestaient pour la quatrième journée dans les rues de la capitale.

Cette marée humaine d’où émergeaient des drapeaux libanais a réclamé une révolution comparable au “printemps arabe” de 2011.

Ce mouvement de contestation - le plus important depuis des décennies au Liban - a été provoqué par la hausse du coût de la vie et l’annonce de nouveaux impôts, notamment la création d’une taxe sur les appels passés par l’application WhatsApp - mesure sur laquelle le gouvernement est revenu face aux protestations.

Il s’est mué en remise en cause du pouvoir et des élites politiques. Fait rare, cette mobilisation vise l’ensemble des dirigeants politiques, quelle que soit leur confession, que les manifestants accusent de corruption et d’avoir pillé le pays où plus du quart de la population vit sous le seuil de pauvreté et qui affiche une dette publique représentant 150% de son PIB.

—-

SYRIE: UN SOLDAT TURC TUÉ À TAL ABYAD, LES FDS SE RETIRENT DE RAS AL AÏN

ANKARA - Un soldat turc a été tué et un autre blessé dans la ville frontalière de Tal Abyad, en Syrie, après une attaque des combattants kurdes du YPG commise en dépit du cessez-le-feu de cinq jours accepté par Ankara jeudi, a annoncé dimanche le ministère turc de la Défense.

La Turquie a riposté à cette attaque, commise contre ses soldats alors qu’ils effectuaient une mission de reconnaissance et de surveillance dans la ville, et reste pleinement engagée dans la trêve, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), sous commandement kurde, ont annoncé de leur côté qu’elles avaient retiré tous leurs combattants de la ville frontière de Ras al Aïn, à une centaine de kilomètres plus à l’est, dans le cadre de l’accord négocié par les Etats-Unis avec Ankara.

—-

FORTE PROGRESSION DES ÉCOLOGISTES EN SUISSE

BERNE - Les conservateurs nationalistes de l’Union démocratique du centre (UDC) sont arrivés en tête des élections fédérales de dimanche en Suisse mais cèdent du terrain, selon les projections de la télévision suisse qui pointent également une forte progression des formations écologistes, désormais aux portes du Conseil fédéral, l’exécutif de la confédération.

L’UDC est donnée à 25,8% contre 29,4% il y a quatre ans. Le Parti socialiste (PS) est aussi en recul, passant de 18,8% à 16,6%. Les libéraux du PLR conservent leur troisième place, à 15,3% (-1,1 point).

Les partis écologistes confirment en revanche la progression annoncée par les sondages sur les intentions de vote. Passant de 7,1 à 13% des voix, les Verts deviennent le quatrième parti du pays. Les Vert’libéraux passent eux de 4,6 à 7,9%.

“Ce n’est pas une vague verte, c’est un tsunami, un ouragan”, a commenté au micro de la radio suisse la numéro deux des Verts, Céline Vara, élue dans le canton de Neuchâtel au Conseil des Etats, le Sénat suisse.

—-

MATTHIEU PIGASSE, LE BANQUIER STAR, QUITTE LAZARD

PARIS - Le banquier star français Matthieu Pigasse a annoncé dimanche son départ de Lazard après 17 années passées dans la prestigieuse banque d’affaires, officialisant une rumeur qui agitait le secteur bancaire depuis plus d’un mois.

“Après plus de quinze années passionnantes chez Lazard, je ressentais le besoin d’une nouvelle étape, d’un nouveau défi, et j’ai décidé de m’engager dans un projet personnel de nature entrepreneuriale”, écrit-il dans un message adressé aux salariés de la banque.

“Je quitte Lazard avec émotion et avec la fierté du travail que nous avons accompli ensemble tout au long de ces années (...)”, poursuit-il.

Dans un communiqué, la banque a précisé que le départ de son directeur général adjoint du conseil financier et directeur général de Lazard France serait effectif le 31 décembre. Elle ajoute que son nouvel état-major en France sera dévoilé sous peu.

—-

LA SNCF ANNONCE UNE REPRISE PROGRESSIVE DU TRAFIC

PARIS - La SNCF a annoncé une “reprise progressive” du trafic avec un retour à la normale pour lundi après trois jours de fortes perturbations sur le réseau en raison d’un conflit entre la direction et les syndicats qui évoquent respectivement “une grève sauvage” et l’exercice légitime du droit de retrait.

“Les nouvelles sont rassurantes”, a déclaré le président directeur général de la SNCF, Guillaume Pépy, invité de France Info en fin d’après-midi. Il a confirmé que le trafic serait normal sur toutes les liaisons à grande vitesse et les Transiliens en Île-de-France et a précisé que deux tiers des liaisons TER et Intercités seraient assurées. “Ça s’améliorera en cours de journée”, a-t-il ajouté.

Le patron de la SNCF a par ailleurs annoncé deux mesures exceptionnelles pour faire face à cette “grève exceptionnelle”: tous les billets seront “intégralement remboursables à 100%” même s’il s’agit de billet normalement non remboursable et un Fonds d’indemnisation doté d’un million d’euros sera créé cette semaine pour les voyageurs victimes de dommages exceptionnels (comme la perte d’une nuit d’hôtel par exemple).

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below