October 18, 2019 / 10:39 AM / in a month

LEAD 1-France-La SNCF avance des propositions après une grève surprise

(Actualisé avec propositions de la direction de la SNCF)

PARIS, 18 octobre (Reuters) - La direction de la SNCF, confrontée à une grève surprise de ses agents sur la sécurité du réseau, a avancé vendredi une série de propositions sur ce thème pour tenter de répondre aux revendications des syndicats qui dénoncent des “dérives” préjudiciables aux cheminots et aux usagers.

Le trafic ferroviaire était fortement perturbé, particulièrement dans le Sud, les agents ayant décidé d’exercer leur “droit de retrait” - le droit d’un salarié à cesser le travail en cas de danger imminent pour sa vie ou sa santé.

La situation est particulièrement difficile pour les usagers en Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur (où tous les TER sont suspendus), Nouvelle-Aquitaine et Bretagne.

En Ile-de-France, les lignes B et D du RER sont très perturbées. Sur le RER B, le trafic est interrompu entre la Gare du Nord et Châtelet. Les Transiliens H,J,K,L,N,R sont affectés.

Prise de court, la direction de la SNCF a convoqué dès vendredi matin une réunion avec les représentants syndicaux, près de trois heures de discussions au terme desquelles la direction a promis une série de concertations sur la sécurité.

“Il n’y a pas de danger dans nos trains, il n’y a pas de danger imminent. La sécurité (...) est le sujet prioritaire de la SNCF”, a assuré lors d’une conférence de presse Franck Lacroix, directeur général TER au sein de SNCF Mobilités.

Trois thèmes ont été abordés : la réforme de la procédure de départ des trains prévue au 15 décembre en lien avec la nouvelle règlementation européenne, la sécurité des agents face à une “reprise des agressions ressentie de manière sensible” et les conséquences à tirer de l’accident à l’origine du mouvement social de vendredi.

La CGT et Sud-Rail ont décidé d’une grève à la suite d’une collision, survenue mercredi en Champagne-Ardenne, entre un TER et un convoi exceptionnel à un passage à niveau. La direction de la SNCF a fait état de trois blessés, les syndicats de 11.

Selon la CGT et Sud-Rail, l’agent, qui conduisait le train avec 70 passagers à bord et sans contrôleur, a dû gérer seul la situation alors qu’il était blessé.

Franck Lacroix a précisé que la direction allait étudier les conséquences à tirer de cet accident pour “l’équipement des trains” et “la robustesse des procédures d’intervention”.

Une concertation sera ouverte vendredi sur les trois thèmes évoqués dans l’ensemble des régions, a-t-il précisé.

Une autre sera lancée au niveau national à 17h00 (15h00 GMT)par le directeur général de la sécurité et le groupe de travail “Sécurité” du conseil d’administration de SNCF Mobilités se réunira pour sa part à 15h30 (13h30 GMT), a-t-il dit.

La direction s’engage par ailleurs à étudier la possibilité d’un report de la nouvelle procédure de départ des trains contestée par les syndicats. (Bureau de Paris, édité par Sophie Louet et Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below