October 3, 2019 / 11:13 PM / 16 days ago

Surtaxes US-L'UE n'a pas à prendre de mesures de rétorsion, dit Washington

WASHINGTON, 4 octobre (Reuters) - Le conseiller économique de la Maison blanche a prévenu jeudi que l’Union européenne ne devait pas prendre des mesures de rétorsion après que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a autorisé les Etats-Unis à surtaxer des produits européens dans le cadre du litige sur les subventions au secteur aéronautique.

S’exprimant dans un entretien à la chaîne de télévision Fox Business, Peter Navarro a déclaré qu’il n’y aurait pas de représailles menant à une “surenchère” puisque les Etats-Unis se conformaient aux règles de l’OMC. L’Union européenne “ne doit rien faire en retour”, a-t-il dit.

Il a fait cette déclaration plusieurs heures après que le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a averti que l’UE était prête à infliger des sanctions aux Etats-Unis si ceux-ci laissaient sans réponse son offre de dialogue.

“Nous tendons la main. Nous avons tendu la main depuis plusieurs mois parce que nous pensons que c’est dans l’intérêt économique et politique des Etats-Unis comme de Europe. Si l’administration américaine refuse la main tendue par la France et par l’Union européenne, nous nous tenons prêts à réagir par des sanctions (...), des sanctions que l’OMC nous autoriserait à prendre”, a-t-il déclaré.

L’Office du représentant américain au Commerce (USTR) a annoncé mercredi l’entrée en vigueur dès la mi-octobre des droits de douane de 10% pour les avions et de 25% pour d’autres produits industriels et agricoles importés de l’UE, dont le vin français, le fromage italien ou le whisky écossais, dans le dossier des subventions européennes à Airbus.

Washington a reçu mercredi le feu vert de l’Organisation mondiale du commerce pour appliquer des droits de douane sur 7,5 milliards de dollars d’importations européennes dans le cadre de ce litige vieux de quinze ans.

Donald Trump s’est félicité jeudi de la “belle victoire” obtenue par les Etats-Unis au détriment de l’UE, laquelle “les traitait très mal depuis de nombreuses années en matière de commerce”, a dit le président américain sur Twitter.

L’USTR a indiqué qu’il allait continuellement réexaminer les droits de douane en fonctions des discussions avec l’UE, précisant qu’il pourrait augmenter ces surtaxes “à n’importe quel moment, ou modifier les produits affectés”.

Une source proche du dossier a déclaré que l’USTR cherchait à persuader l’Union européenne de prendre part à des discussions. (David Shepardson et Andrea Shalal à Washington, Leigh Thomas et Jean-Philippe Lefief à Paris; Jean Terzian pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below