September 10, 2019 / 7:45 PM / 2 months ago

LEAD 1-Berlin s'en tient à son objectif de budget à l'équilibre, dit Merkel

(Actualisé avec déclarations de Merkel et contexte)

BERLIN, 10 septembre (Reuters) - Angela Merkel a déclaré mardi que son gouvernement s’en tenait à sa politique d’équilibre budgétaire, modérant les anticipations d’un plan de relance en Allemagne.

“En tant que gouvernement fédéral, nous prenons au sérieux l’engagement de mener une politique budgétaire solide”, a dit la chancelière allemande lors d’une conférence organisée par la fédération des contribuables allemands. “Et je peux vous assurer que nous nous en tenons à l’objectif d’un budget à l’équilibre.”

Auparavant, le ministre des Finances Olaf Scholz, qui brigue la présidence du Parti social-démocrate (SPD), partenaire de la coalition gouvernementale, a dit que le gouvernement allemand pouvait parer à une éventuelle crise économique en injectant “des milliards d’euros” dans l’économie, laissant ainsi entendre que Berlin était prêt à lancer un grand programme de relance si l’économie versait dans la récession.

Le rendement des obligations souveraines allemandes à 30 ans est passé en territoire positif mardi pour la première fois depuis plus d’un mois, soutenu par les anticipations de relance et l’incertitude concernant les annonces de la Banque centrale européenne (BCE) à l’issue de sa réunion de jeudi, notamment sur la mise en place d’un nouveau programme de rachat d’actifs.

Mais Angela Merkel a souligné l’importance qu’il y avait pour l’Allemagne à adopter une politique budgétaire stricte étant donné le vieillissement de sa population.

“Je dis toujours dans les discussions internationales que vu notre situation démographique, cette question (de la dette) est beaucoup plus importante pour nous que peut-être pour d’autres pays dont l’évolution démographique est différente”, a-t-elle expliqué.

Ses propos laissent penser que l’Union chrétienne-démocrate (CDU) d’Angela Merkel est en mesure de résister à toute tentative de ses partenaires sociaux-démocrates de relâcher les cordons de la bourse face à la menace de récession.

Reuters a rapporté lundi, de trois sources au fait du dossier, que Berlin envisageait de créer de nouveaux organismes publics qui pourraient emprunter pour investir et soutiendraient ainsi l’économie sans remettre en cause les règles strictes encadrant la dette publique.

La création de ces entités indépendantes permettrait de tirer parti de la faiblesse historique des taux d’intérêt pour investir dans les infrastructures et la lutte contre le dérèglement climatique, au-delà des seuils d’endettement fixés par la Constitution allemande, ont expliqué ces trois personnes.

Les craintes de voir la première économie d’Europe entrer en récession augmentent, la baisse des exportations due au ralentissement de l’économie mondiale, aux tensions commerciales et aux incertitudes sur le Brexit ayant conduit à une contraction de 0,1% du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre. (Paul Carrel, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below