May 16, 2019 / 12:01 PM / 5 months ago

LEAD 1-Di Maio veut exclure les dépenses d'infrastructure des règles budgétaires

(Actualisé avec nouvelles déclarations de Di Maio)

MILAN, 16 mai (Reuters) - Les règles de l’Union européenne en matière de déficit budgétaire doivent être révisées car elles ont freiné l’investissement en Europe ces dernières années, a déclaré jeudi le vice-président du Conseil italien Luigi Di Maio.

Les dépenses d’infrastructures des Etats ne devraient pas être prises en compte dans le calcul du déficit budgétaire pris en compte pour évaluer le respect des règles communautaires, a-t-il précisé lors d’une conférence à Florence.

“Personne ne veut relever le ratio de dette/PIB à 140% mais il est possible de financer les investissements via des dépenses qui creusent le déficit dans un cadre permettant à la création de richesse de réduire la dette publique”, a-t-il dit.

Ces propos font suite à ses déclarations dans la presse selon lesquelles le Mouvement 5 Etoiles refuserait tout budget qui se traduirait par une augmentation de la dette publique même si le gouvernement veut également éviter une hausse de la TVA.

“Le Mouvement 5 Etoiles (...) n’autorisera pas de loi de Finances qui augmente la dette publique”, a dit Di Maio, dans un entretien publié jeudi par le quotidien Corriere della Sera.

Mercredi, Matteo Salvini a déclaré que l’Italie était prête à enfreindre la règle européenne plafonnant le déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB) et à porter la dette au-delà de 140% du PIB pour favoriser l’emploi, provoquant une envolée des rendements obligataires italiens.

Luigi Di Maio est chef de file du Mouvement 5 Etoiles (M5S, autoproclamé “anti-système”) et Matteo Salvini, l’autre vice-président du Conseil, est leader de la Ligue (extrême droite), les deux partis formant la coalition au pouvoir.

Di Maio et Salvini s’affrontent régulièrement depuis le début de la campagne pour les élections européennes du 26 mai sur des sujets allant de l’immigration à la lutte contre la corruption.

Luigi Di Maio avait déjà répliqué mercredi aux déclarations de Matteo Salvini sur le déficit budgétaire en disant qu’il était “assez irresponsable” de créer des tensions sur les marchés financiers en évoquant une augmentation de la dette publique.

Matteo Salvini avait récidivé en affirmant que les dispositions budgétaires européennes affamaient l’Europe et devaient être modifiées.

Giovanni Tria, le ministre de l’Economie, a dû intervenir en assurant que Rome s’efforçait de respecter ses engagements budgétaires, détendant ainsi un peu les taux sur le marché obligataire italien.

Dans son entretien au Corriere della Sera, Di Maio dit aussi que la coalition gouvernementale ira au bout de son mandat de cinq ans et confirme sa volonté d’éviter une hausse de la TVA prévue pour l’an prochain. (Valentina Za, Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below