May 15, 2019 / 9:54 AM / a month ago

LEAD 1-La France continue de freiner Kingfisher

* Les ventes du groupe à périmètre constant sous les attentes

* Recul de 3,7% des ventes en France

* La DG sur le départ mais la stratégie demeure

* Le titre lâche plus de 3,5% (Actualisé avec précisions et cours de Bourse)

par James Davey

LONDRES, 15 mai (Reuters) - Kingfisher a fait état mercredi de ventes inférieures aux attentes sur le trimestre clos fin avril, freinées par une nouvelle mauvaise performance en France où le groupe possède entre autres l’enseigne Castorama.

Le titre du distributeur britannique lâchait 3,6% à 233,10 pence vers 09h30 GMT à la Bourse de Londres, plus forte baisse du Footsie (+0,17%).

Kingfisher a vu ses ventes progresser de 0,8% à périmètre constant sur la période février-avril, premier trimestre de son exercice décalé, alors que les analystes attendaient en moyenne une croissance deux fois plus forte, de l’ordre de 1,6%.

Kingfisher, également propriétaire des marques Brico Dépôt en France et B&Q et Screwfix en Grande-Bretagne, est dans la quatrième année d’un plan quinquennal censé augmenter son bénéfice annuel de 500 millions de livres à partir de 2021.

Ce dernier a cependant reculé sur l’exercice 2018-2019 et Kingfisher a annoncé en mars le prochain départ de sa directrice générale Véronique Laury, sans en fixer la date mais en précisant que le processus de succession avait été lancé.

Si Kingfisher se sépare de Véronique Laury, il conserve sa stratégie. Son plan, dont le coût est évalué à 800 millions de livres sur cinq ans, visait à unifier les gammes de produits de toutes les marques, à développer les ventes en ligne et à accroître les gains de productivité.

Si au Royaume-Uni et en Irlande, en Pologne et en Roumanie, les ventes à périmètre comparable ont respectivement progressé de 3,4%, de 6,2% et de 24,6%, elles ont en revanche reculé de 3,7% en France.

OBJECTIFS CONFIRMÉS

“Nous pensons que les ventes en France ont été affectées par des perturbations constantes dans la gamme et que l’offre numérique met du temps à se développer”, a déclaré Richard Chamberlain, analyste chez RBC Europe, qui est à “sous-performer” sur le titre.

“Nous voyons toujours un risque élevé d’une réévaluation potentielle de la marge par un nouveau directeur général, en particulier en France”, a-t-il ajouté.

Les ventes totales du groupe se sont établies à 2,8 milliards de livres, sur le trimestre, en hausse de 1,7%.

Kingfisher, qui a annoncé en mars dernier un projet de fermeture de 11 magasins en France d’ici novembre 2020, a confirmé ses objectifs pour l’exercice en cours.

Avant la publication de ces résultats mercredi, les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice courant ajusté de 671 millions de livres sur l’exercice actuel, contre 693 millions sur l’exercice précédent. (Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below