May 12, 2019 / 10:04 PM / in 2 months

Compromis franco-italien chez EssilorLuxottica - presse

PARIS, 13 mai (Reuters) - Les camps français et italien qui s’affrontaient depuis plusieurs mois au sujet de la gouvernance d’EssilorLuxottica sont parvenues à un compromis dimanche, rapportent Les Echos et Le Figaro, qui ne citent pas leurs sources.

Le numéro un mondial de l’optique, né de la fusion l’an dernier entre le géant français des verres optiques Essilor et le lunetier italien Luxottica, est confronté depuis plusieurs mois à une grave crise de gouvernance, avec des relations particulièrement tendues entre les deux co-dirigeants du groupe issu de la fusion: Leonardo Del Vecchio, fondateur de Luxottica et PDG d’EssilorLuxottica, et Hubert Sagnières, vice-président exécutif d’EssilorLuxottica et également président d’Essilor.

Selon les deux quotidiens français, l’accord trouvé à quelques jours de la prochaine assemblée générale des actionnaires d’EssilorLuxottica, prévue jeudi, prévoit que les deux co-dirigeants du groupe devraient “séparer leurs fonctions opérationnelles de celles de présidents” et déléguer “une partie de leurs pouvoirs à leur bras droit respectif”. “En substance, le duo Francesco Milleri, actuel directeur général de Luxottica, et Laurent Vacherot, son homologue côté Essilor, récupéreraient provisoirement les pouvoirs opérationnels en délégation - avec pour mission d’accélérer la fusion et d’approfondir les synergies”, expliquent Les Echos.

Cet accord devrait également s’accompagner d’un abandon des procédures judiciaires en cours, selon les deux quotidiens français.

“Il a été mis fin à toutes les procédures judiciaires entre les deux camps, et notamment l’arbitrage demandé en mars par Delfin, holding de Leonardo Del Vecchio, qui détient 31 % des droits de vote du groupe, pour régler son différend avec Essilor et Sagnières”, souligne Le Figaro.

Une porte-parole d’EssilorLuxottica a refusé de commenter ces informations de presse et la porte-parole de Leonardo Del Vecchio n’était pas joignable dans l’immédiat.

Le groupe issu du rapprochement, présenté comme un accord logique et une fusion entre égaux, est confronté depuis plusieurs mois à une grave crise de gouvernance, chaque partie accusant l’autre de vouloir prendre l’ascendant alors qu’Essilor et Luxottica sont supposés avoir le même poids au sein du conseil d’administration de la société fusionnée en vertu d’un accord qui expire en 2021. (avec Claudia Cristoferi à Milan; Myriam Rivet pour le service français, édité par Jean Terzian)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below