May 7, 2019 / 4:22 PM / 5 months ago

LEAD 3-Brexit-Discussions "constructives" entre gouvernement et Labour

(Actualisé avec réaction du Labour, 3e et 4e paragraphes)

LONDRES, 7 mai (Reuters) - Les discussions qui se sont tenues mardi entre le gouvernement britannique et l’opposition travailliste, pour tenter de sortir de l’impasse sur le Brexit au parlement, ont été “constructives” et sont “entrées dans les détails”, a déclaré en début de soirée un porte-parole de Downing Street.

“La réunion d’aujourd’hui a été constructive et a permis d’entrer dans les détails. Les délégations sont convenues de se retrouver demain après-midi, reconnaissant la nécessité de sortir de l’impasse en cours sur le Brexit au parlement”, a-t-il ajouté.

L’une des porte-parole du Labour, Rebecca Long-Bailey, s’est montrée beaucoup plus nuancée.

“Ils (les Tories) n’ont pas bougé jusqu’à présent, restant sur leurs positions antérieures”, a-t-elle dit à la chaîne de télévision britannique ITV.

Le projet d’accord conclu entre Theresa May et Bruxelles a été rejeté trois fois par les députés de Westminster, ce qui a conduit à repousser la date de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévue à l’origine le 29 mars dernier.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE sont convenus d’offrir à Londres un report “flexible” du Brexit jusqu’au 31 octobre, avec possibilité de sortir avant cette date si l’Accord de retrait est adopté à Westminster.

Plus de quatre semaines de discussions entre le gouvernement et le Labour n’ont pas permis de progresser de façon décisive.

Le numéro deux du gouvernement, David Lidington, a dû reconnaître dans l’après-midi que le Royaume-Uni participerait bien aux élections européennes, le 23 mai.

Theresa May aurait préféré éviter ce scénario mais ses discussions avec l’opposition travailliste n’ont pour l’instant pas permis de sortir de l’impasse et il n’y a plus assez de temps pour faire ratifier l’Accord de retrait par le Parlement, a expliqué le ministre d’Etat au Bureau du Cabinet.

“Il est malheureusement impossible d’achever cette procédure avant la date légale à laquelle doivent se tenir les élections”, a déclaré Lidington. “Nous allons redoubler d’efforts (...) pour que le délai après les élections soit aussi court que possible. Dans l’idéal, nous aimerions parvenir à ce que les nouveaux élus européens du Royaume-Uni ne siègent pas au Parlement européen.”

La séance inaugurale du nouveau Parlement européen aura lieu début juillet.

LE “MESSAGE CLAIR” DES ÉLECTIONS LOCALES

Theresa May a dit à ses ministres que les résultats des élections municipales de la semaine dernière, marquées par un net recul du Parti conservateur, soulignaient la nécessité de sortir du statu quo actuel.

“La Première ministre a indiqué qu’en l’absence d’accord avec l’opposition, les électeurs ont voulu envoyer un message clair: ils demandent que les deux partis (conservateur et travailliste) aillent de l’avant sur le Brexit”, a dit le porte-parole de Theresa May.

Ni les conservateurs ni les travaillistes ne souhaitaient participer aux élections européennes de la fin du mois, craignant un autre vote sanction.

Dimanche, Theresa May a invité le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn à tirer les leçons des faibles scores enregistrés par le Parti conservateur et le Labour aux municipales de jeudi et à conclure rapidement un accord sur le Brexit.

Le parti de Theresa May a perdu 1.332 sièges dans les conseils municipaux. Le Parti travailliste a lui aussi été sanctionné, dans une bien moindre mesure, avec 81 sièges perdus.

Selon le site d’information BuzzFeed, le gouvernement a proposé durant le week-end aux travaillistes un “arrangement douanier” permanent et un “alignement dynamique” des droits des travailleurs britanniques et européens pour tenter de parvenir à un compromis. Mais des sources au sein du Labour ont minimisé la portée de ces propositions.

Theresa May devait rencontrer mardi le président du Comité 1922, un groupe d’élus conservateurs influent capable de décider du sort des leaders du Parti tory.

Un porte-parole de la Première ministre a déclaré qu’il s’agissait d’une réunion ordinaire, mais certains journaux ont rapporté que le président du comité, Graham Brady, réclamait que Theresa May donne une date ferme de départ. (Elizabeth Piper et Kylie MacLellan; Guy Kerivel, Jean-Stéphane Brosse et Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below