May 7, 2019 / 12:47 PM / in 19 days

Gilets jaunes-Philippe défend la politique de redistribution

PARIS, 7 mai (Reuters) - A 19 jours des élections européennes, Edouard Philippe a défendu mardi la redistribution de pouvoir d’achat décidée par Emmanuel Macron face à la crise des “Gilets jaunes”, tout en assurant qu’il ne laisserait pas filer le déficit et la dette.

Le Premier ministre a confirmé après le conseil des ministres que les mesures annoncées par le président le 10 décembre représentaient quelque 10 milliards d’euros.

Reprenant des chiffres de l’OFCE (Observatoire français des politiques économiques), il a ajouté que le pouvoir d’achat devrait croître de 2% cette année en France, soit 850 euros par ménage, dont 390 liés aux mesures décidées par Emmanuel Macron.

Selon certains économistes, cette injection financière soutiendra l’activité par le biais d’une reprise de la consommation, ce qui permettra à l’économie française de mieux résister au ralentissement cette année que d’autres économies de la zone euro, sans pour autant résoudre les problèmes sous-jacents.

Un choix de l’exécutif, qui voulait pourtant privilégier l’offre à la demande, confirmé par les annonces faites le 25 avril par Emmanuel Macron, notamment une baisse de cinq milliards d’euros de l’impôt sur le revenu.

“La priorité est donnée à l’amélioration immédiate du pouvoir d’achat, au détriment de la maîtrise des finances publiques et du redressement de compétitivité”, soulignait récemment le directeur des études de Rexecode, Emmanuel Jessua.

“Face aux 16 milliards d’euros de soutien public supplémentaire en faveur des ménages, les pistes d’économies sont encore très hypothétiques”, remarquait-il dans une note, et “les entreprises pourraient être de nouveau mises à contribution, à travers la suppression de niches”.

“STRATÉGIE ECONOMIQUE GLOBALE”

Edouard Philippe, issu des rangs de la droite, a défendu mardi le choix du chef de l’Etat.

“Ces annonces du 10 décembre (...) s’inscrivent dans une stratégie économique qui est globale, cohérente et qui a commencé il y a deux ans: relancer la croissance”, a-t-il dit.

“Faire en sorte que le travail paye est un des leitmotivs de l’action du gouvernement (...), faire en sorte de baisser les impôts, le montant des prélèvements obligatoires dans la richesse nationale, c’est là encore un objectif assumé par le président de la République et mis en oeuvre par le gouvernement. Cette cohérence, c’est le gage du succès à long terme pour notre pays”, a-t-il ajouté.

Les mesures du 10 décembre avaient forcé Emmanuel Macron et le gouvernement à renoncer à réduire cette année le déficit public sous la barre de 3% du produit intérieur brut (PIB), la limite européenne.

Après les nouvelles annonces du président, l’objectif est de “travailler à des économies sur le fonctionnement de la structure publique, faire en sorte de ne pas accroître la dette et de ne pas laisser filer les déficits”, a déclaré Edouard Philippe. (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below