May 7, 2019 / 9:27 AM / a month ago

BOURSE-Imerys chute, inquiétude sur la mine américaine de wollastonite

PARIS, 7 mai (Reuters) - Imerys décroche mardi à la Bourse de Paris, les investisseurs s’inquiétant de l’annonce de l’arrêt temporaire d’une usine du groupe à Willsboro, aux Etats-Unis, en raison d’une contamination à l’amiante.

L’action du groupe de spécialités minérales pour l’industrie est également pénalisée par des résultats trimestriels jugés unanimement inférieurs aux attentes.

A 11h13, l’action Imerys plonge de 10,71% à 42,18 euros, de loin le plus fort repli du SBF 120 et du Stoxx 600 .

Il s’agit de sa plus forte baisse en séance depuis le 23 septembre 1997.

“Avec l’arrivée du nouveau CEO et le Capital Markets Day le 13 juin, la tentation de redevenir plus agressif sur le titre était grande. Mais le T1 est venu éteindre la flamme avec non seulement des résultats inférieurs à nos attentes mais aussi de nouveaux problèmes d’amiante dans une mine aux Etats-Unis”, commentent les analystes d’Oddo BHF dans une note.

Dans un communiqué publié lundi soir, Imerys a indiqué avoir fermé de façon temporaire son usine américaine de wollastonite, sans donner plus de précisions.

Il a ensuite expliqué à des journalistes que l’arrêt était lié à des problèmes de qualité, mais n’a dévoilé le rapport à l’amiante que lors de sa conférence téléphonique avec les analystes.

Interrogé par l’un d’entre eux sur des informations de presse évoquant un problème d’amiante, le directeur général Conrad Keijzer a reconnu les faits, précisant que les traces d’amiante étaient inférieures aux normes, selon la retranscription écrite de la conférence.

Le groupe va lancer une nouvelle campagne minière pour s’assurer que les traces d’amiante ont disparu et s’attend à redémarrer ses activités vers la fin du deuxième trimestre, a ajouté le dirigeant.

DES DIFFICULTÉS QUI S’ACCUMULENT

“C’est une erreur de communication grossière. C’est hallucinant d’omettre que le problème est lié à l’amiante”, s’insurge un analyste sous couvert d’anonymat.

Eric Lemarié, analyste chez Bryan Garnier, rappelle que les difficultés de la mine américaine de wollastonite viennent s’ajouter aux problèmes récents rencontrés sur les proppants industriels, le talc et la mine de graphite en Namibie.

Le talc, utilisé par exemple pour les bébés, est notamment au coeur d’une controverse aux Etats-Unis où des femmes accusent le produit - fourni également par Johnson & Johnson - d’avoir provoqué des cancers.

Imerys a placé fin 2018 trois de ses filiales en Amérique du Nord sous la protection du “chapitre 11” pour régler leurs litiges judiciaires.

Concernant l’usine de wollastonite aux Etats-Unis, Imerys a indiqué que l’arrêt de la mine avait eu un impact de 3,4 millions d’euros sur son résultat opérationnel courant du premier trimestre, et qu’il devrait amputer de 25 millions d’euros environ le résultat net annuel du groupe. (Blandine Hénault, édité par Gilles Guillaume)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below