May 3, 2019 / 10:31 AM / in 20 days

ENTRETIEN MACRO-Accord avec les USA et ouverture, clés de la relance en Chine

PARIS, 3 mai (Reuters) - La Chine, dont les performances sont toutes proportions gardées en demi-teinte, doit aboutir à un accord commercial avec les Etats-Unis et promouvoir plus d’ouverture économique pour se relancer, estime Tomasz Michalski, professeur associé en économie et sciences de la décision à HEC Paris.

1/ Les indicateurs économiques chinois laissent une impression mitigée; peut-on penser que, dans ces conditions, les marchés ne doivent pas anticiper un rebond vigoureux de l’économie chinoise?

“Pour l’instant, il semble que le moteur de la demande interne ne se substitue pas, comme on l’attendait, à une demande externe qui fait défaut. Cela veut dire qu’un accord commercial avec les Etats-Unis accompagné de la suppression des ‘droits Trump’ est crucial pour relancer l’économie. Un accord (en passe d’être potentiellement conclu) apporterait un coup de pouce nécessaire à la demande, de façon à ce qu’il ne soit pas nécessaire de recourir à d’autres stimulants”.

2/ Les mesures de relance prises par le gouvernement chinois sont moins radicales que par le passé; est-ce que cela peut contribuer à une croissance qui soit moins importante qu’on ne le voudrait?

“Comme il est dit plus haut, un accord commercial peut en soi fournir un stimulant moins problématique qu’une expansion monétaire ou budgétaire. L’Etat démantèle peu à peu le système de ‘shadow banking’, tente de maîtriser la ‘bulle’ immobilière et surveille l’endettement des régions, du secteur public et des entreprises privées. Aucun des outils macroéconomiques habituels n’est pertinent à cet égard et c’est pourquoi le gouvernement est prudent. Cela explique peut-être aussi pourquoi les stimulants n’ont pas eu des effets plus forts que prévu: l’économie chinoise est confrontée à des défis multiples et ne fonctionne pas encore totalement comme une économie de marché”.

3/ Quels sont les principaux défis ou dangers qui pourraient entraver un redémarrage de l’économie chinoise (en dehors de l’existence d’une dette énorme)?

“Sans réforme des entreprises publiques, l’économie chinoise ne pourra accélérer sa croissance. Des études montrent que ces entreprises publiques sont moins productives et innovantes. En outre, au cours des dernières années, elles ont obtenu la plus grande partie des prêts bancaires, privant le secteur privé de ressources. Dans une certaine mesure, elles ressemblent par bien des aspects à des ‘firmes zombies’ (...) mises sous perfusion par les banques ou les pays qui redoutent leur dissolution. Plus de liberté économique pourrait se traduire à court terme par une hausse de l’investissement et de l’emploi dans le privé qui aboutirait à d’importants gains de productivité à moyen et long termes et en fin de compte à une hausse des bénéfices des entreprises et du PIB. Au vu des récents propos du président (Xi Jinping), il semble qu’un changement se prépare lentement en ce sens. Un autre problème habituel est la règle de droit et la protection de la propriété intellectuelle. Sans institutions légales fonctionnant bien, il sera difficile de bâtir une économie qui soit hautement compétitive et innovante”.

4/ Les autorités chinoises sont-elles en définitive plus préoccupées de relancer l’économie intérieure que de stimuler l’économie mondiale?

“Maintenir la stabilité intérieure est un objectif important du gouvernement. L’une des conditions préalables est de garder un chômage bas, non seulement globalement mais également au niveau régional. Par exemple, déverser de l’acier à prix cassé sur les marchés mondiaux ces dernières années avait pour but de garder en activité certaines aciéries en divers points du territoire et d’éviter d’avoir à licencier des milliers de jeunes travailleurs. D’un autre côté, l’économie chinoise a besoin des marchés étrangers pour écouler une bonne partie de ses produits. Elle en a également besoin pour être à la pointe de la technologie dans plusieurs secteurs différents”.

5/Dans ces conditions, le conflit commercial avec les Etats-Unis n’est-il pas encore plus dommageable pour l’Europe que pour la Chine elle-même ?

“Des entreprises chinoises les plus diverses ont vraiment souffert des droits de douane et la performance en demi-teinte de l’économie chinoise s’explique en partie par le conflit commercial avec les Etats-Unis. Il est vrai qu’une Europe vouée à l’exportation souffre actuellement d’un ralentissement de la croissance de la demande chinoise mais ce n’est pas le principal problème des économies de l’Union européenne (UE). Si un accord commercial est signé entre les Etats-Unis et la Chine, les USA risquent d’enchaîner par un contentieux avec l’UE, surtout dans les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique et de l’espace. En outre, il n’est pas évident que la Chine soit disposée à accorder à l’UE des avantages similaires à ceux servis aux Etats-Unis une fois qu’un accord aura été signé. Il se peut donc que des temps difficiles se préparent, surtout pour l’Europe”.

Wilfrid Exbrayat, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below