May 2, 2019 / 8:35 PM / 22 days ago

POINT MARCHÉS-Wall Street termine en baisse, Fed et pétrole ont pesé (actualisé)

* Les investisseurs digèrent encore les annonces de la Fed

* La Fed refroidit les espoirs d’une baisse de taux en 2019

* Hausse du dollar et des rendements des obligations du Trésor

* Les valeurs de l’énergie dans le rouge avec les cours du brut

* Le Dow a perdu 0,46%, le S&P 0,21% et le Nasdaq 0,16%

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK, 2 mai (Reuters) - Wall Street a fini en repli jeudi, affectée comme la veille par les annonces de la Réserve fédérale qui ont douché les espoirs d’une baisse de taux cette année, ainsi que par la baisse des valeurs liées à l’énergie dans le sillage des cours du pétrole.

L’indice Dow Jones a perdu 122,35 points, soit 0,46%, à 26.307,79. Le S&P-500, plus large, a cédé 6,21 points, soit 0,21%, à 2.917,52. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 12,87 points (-0,16%) à 8.036,77 points.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré mercredi qu’il n’avait aucun motif sérieux de modifier sa politique monétaire pour le moment et que l’inflation fléchissait en raison de facteurs à caractère ponctuel.

A cela s’est ajoutée la chute du pétrole à la suite de l’annonce mercredi d’une augmentation plus forte que prévu des stocks de brut américains. L’indice S&P des valeurs de l’énergie a accusé de loin le plus net repli sectoriel (-1,71%).

Alors que la saison des résultats trimestriels arrive bientôt à son terme, les investisseurs cherchent des nouveaux catalyseurs du côté des négociations commerciales sino-américaines et des indicateurs économiques.

“Les marchés semblent marquer le pas après avoir atteint des plus hauts historiques et on a commencé à voir les investisseurs prendre quelques bénéfices”, dit Robert Pavlik, responsable de la stratégie et gérant de portefeuille chez SlateStone Wealth.

Les investisseurs attendent également le dernier rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis prévu vendredi, qui devrait faire ressortir moins de créations d’emplois qu’en mars.

Plus de 350 sociétés du S&P ont d’ores et déjà publié leurs résultats et les analystes prévoient une hausse des bénéfices de 0,5% au premier trimestre, alors qu’ils anticipaient une baisse de 2% début avril, selon des données de Refinitiv.

VALEURS

Qualcomm a gagné 0,89% alors que les analystes jugent que le fabricant de puces est bien placé sur les réseaux 5G et malgré une prévision de chiffre d’affaires pour le trimestre en cours décevante.

3M a perdu 0,70%, le conglomérat ayant annoncé l’achat de l’équipementier médical Acelity pour 6,7 milliards de dollars.

Dow a lâché 6,11%, le groupe de science des matériaux scindé en avril de DowDupont, ayant publié un bénéfice d’exploitation en baisse de 24%, conforme à sa prévision, en raison principalement de la baisse des prix.

Tesla a pris 4,31%. Le constructeur de voitures électriques place 2,3 milliards de dollars de titres auprès d’investisseurs institutionnels et a annoncé que son fondateur Elon Musk y investirait 10 millions de dollars.

Kellogg a perdu 3,38% après l’annonce de la démission de son directeur financier et d’une baisse de 36,5% de son bénéfice du premier trimestre à cause d’une hausse de coûts.

Le fabricant de vêtements de sports Under Armour a pris 3,61% après avoir relevé sa prévision de bénéfice annuel et enregistré un chiffre d’affaires trimestriel meilleur que prévu grâce à une forte demande hors des Etats-Unis.

LES INDICATEURS DU JOUR

Aux Etats-Unis, le nombre des inscriptions au chômage n’a pas varié la semaine dernière, sans remettre en cause le constat d’un marché du travail qui reste tendu.

La productivité a augmenté de son côté au premier trimestre à son rythme le plus soutenu depuis plus de quatre ans, exerçant une pression baissière sur les coûts du travail et plus largement sur l’inflation américaine.

Les nouvelles commandes à l’industrie ont augmenté à leur rythme le plus soutenu en sept mois en mars grâce à la forte demande d’équipements de transport mais la hausse des stocks et un faible rebond des carnets de commandes annoncent un ralentissement de l’activité manufacturière.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes, fermées pour la plupart mercredi pour le 1er mai, ont connu un retour difficile, ayant terminé dans le rouge sous l’effet des annonces faites la veille par la Réserve fédérale, d’indices PMI manufacturiers sans bonne surprise et de résultats d’entreprises mitigés.

À Paris, l’indice CAC 40 a terminé en baisse de 0,85% à 5.538,86 points. Le Footsie britannique a cédé 0,46% et le Dax allemand a terminé quasiment inchangé.

L’indice EuroStoxx 50 a lâché 0,73%, le FTSEurofirst 300 0,55% et le Stoxx 600 0,58%.

BNP Paribas a gagné 1,16%, parmi les principales hausses du CAC 40, après avoir fait état de résultats supérieurs aux attentes, et Bayer a pris 3,76% après la publication mardi par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) d’un communiqué affirmant que le glyphosate n’était pas cancérigène.

TAUX

Les rendements des Treasuries sont en légère hausse, les investisseurs ayant continué à digérer les déclarations du président de la Fed. Le rendement de l’obligation à 10 ans est remonté de 2,51% à 2,55%.

Les traders sur le marché des futures de taux évaluent dorénavant à 54% la probabilité d’une baisse des taux d’ici décembre, alors qu’elle était de 64% avant les annonces de la banque centrale, selon le baromètre FedWatch de CME Group.

En Europe, les rendements obligataires européens ont également terminé en hausse, celui du Bund ayant fini la journée en hausse de 1,9 point de base à 0,031%.

CHANGES

Le dollar s’est apprécié face à un panier de devises de référence, les traders ne pariant plus autant sur une baisse des taux d’ici la fin de l’année depuis les déclarations du président de la Fed Jerome Powell de mercredi.

La livre sterling a perdu du terrain après que la Banque d’Angleterre (BoE) a laissé ses taux inchangés et relevé sa prévision de croissance, tout en avertissant que le Brexit rendait les données économiques plus difficiles à interpréter.

Son gouverneur Mark Carney a déclaré en outre que les investisseurs sous-estimaient sa capacité à durcir les conditions monétaires en fonction de l’évolution des discussions sur le Brexit après que le comité de politique monétaire de l’institution a observé le statu quo.

PÉTROLE

Les cours du pétrole perdaient plus de 2,5%, affectés par l’annonce la veille d’une augmentation plus forte que prévu des stocks de brut américains.

Le contrat juin sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) chute de 3,24% à 61,54 dollars le baril et le Brent cède 2,45% à 70,41 dollars.

A SUIVRE VENDREDI :

Les investisseurs seront notamment attentifs vendredi à la première estimation d’inflation en zone euro et aux créations d’emplois aux Etats-Unis pour le mois d’avril. (Caroline Valetkevitch, Juliette Rouillon pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below