May 2, 2019 / 8:48 AM / in 4 months

LEAD 1-Shell soutenu par le négoce et le GNL au T1, le marché satisfait

(Actualisé avec détails, cours de Bourse, commentaire, graphiques)

LONDRES, 2 mai (Reuters) - Royal Dutch Shell a annoncé jeudi un bénéfice en baisse de 2% au premier trimestre, à 5,4 milliards de dollars, mais a aisément battu le consensus grâce à la progression de ses activités de négoce et de gaz naturel liquéfié (GNL).

Les résultats de la major anglo-néerlandaise sont supérieurs à ceux de ses concurrents Exxon Mobil, Chevron et BP, qui ont tous subi un net recul de leur bénéfice trimestriel en raison de la baisse des marges de raffinage et du repli des prix du pétrole brut et du gaz.

A la Bourse de Londres, le titre Shell grimpait de 2% en milieu de matinée, dans un marché en légère baisse.

“Shell a bien débuté l’année 2019”, a déclaré le directeur général Ben van Beurden, dans le communiqué de résultats. “Notre chaîne de valeur intégrée a permis à notre activité dans l’Aval d’obtenir des résultats robustes malgré des conditions de marché difficiles.”

La génération de trésorerie, que Shell avait dans le passé considéré comme une mesure essentielle de sa croissance, a reculé de 9% à 8,6 milliards de dollars en raison de charges exceptionnelles.

Les flux de trésorerie disponibles - les liquidités disponibles pour payer les dividendes et les rachats d’actions - ont été ramenés à 4 milliards de dollars, contre 16,7 milliards au trimestre précédent et 5,2 milliards un an plus tôt.

Shell a pour objectif de générer des flux de trésorerie disponibles de 25 milliards à 30 milliards de dollars par an entre 2019 et 2021.

Le bénéfice net part du groupe a diminué de 2% à 5,43 milliards de dollars 4,84 milliards d’euros) au premier trimestre, contre un consensus fourni par la société de 4,54 milliards.

“Globalement, ces résultats ont été solides, soutenus par une solide génération de flux de trésorerie au cours du trimestre”, a commenté Henry Tarr, analyste chez Berenberg.

La baisse est due à la baisse des marges dans le raffinage et la pétrochimie, à la baisse des prix du pétrole et à la réduction des crédits d’impôt, a précisé Shell. Elles ont été partiellement compensées par des contributions plus fortes des activités de négoce et des prix plus élevés du GNL.

La production de pétrole et de gaz de Shell au cours du trimestre a baissé à 3,782 millions de barils équivalent pétrole, contre 3,788 millions au quatrième trimestre de 2018.

Shell, plus gros distributeur de dividende du monde avec 16 milliards de dollars par an, a poursuivi un programme de rachat d’actions de 25 milliards de dollars sur trois ans, promis après l’acquisition de BG Group en 2016. Le 29 avril, il a annoncé avoir racheté 6,75 milliards de dollars.

Son dividende est resté inchangé à 0,47 dollar par action.

Ron Bousso, Dominique Rodriguez pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below