May 2, 2019 / 6:23 AM / 6 months ago

Allemagne/Indicateurs-Le nombre de demandeurs d'emploi augmente en mai

(.)

BERLIN/FRANCFORT, 29 mai (Reuters) - Principaux indicateurs économiques allemands publiés depuis le début du mois:

* LE NOMBRE DE DEMANDEURS D’EMPLOI EN HAUSSE

29 mai - Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté contre toute attente au mois de mai, pour la première fois depuis près de deux ans, ce qui suggère que le ralentissement de la première économie du monde commence à se faire sentir sur le marché du travail.

Le nombre de personnes sans emploi a augmenté de 60.000 en données ajustées des variations saisonnières pour atteindre 2,279 millions, montrent les données publiées par l’Office fédéral du Travail. Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à 8.000 demandeurs d’emploi en moins.

Le taux de chômage augmente légèrement, à 5,0% contre 4,9%, toujours en données corrigées des variations saisonnières.

Tableau de la statistique

* LE MORAL DES MÉNAGES EN LÉGÈRE BAISSE À UN CREUX DE 2 ANS

28 mai - Le moral des ménages allemands est en légère baisse à l’approche de juin, à son plus bas niveau depuis plus de deux ans, dans un climat de pessimisme accru concernant les perspectives de la première économie d’Europe.

L’indice le mesurant publié par l’institut GfK de Nuremberg, et calculé à partir d’un échantillon de 2.000 personnes, est de 10,1, contre 10,2 le mois dernier (révisé en baisse par rapport à l’annonce initiale) et alors que le consensus était à 10,4.

Il est à son plus bas niveau depuis le mois de mai 2017.

Cet indicateur suggère que les dépenses des ménages pourraient ralentir à la fin du deuxième trimestre après la publication d’un indice Ifo du climat des affaires ayant montré que la contraction de l’activité manufacturière commençait à se propager dans le secteur des services.

Au premier trimestre, la consommation a été le principal moteur du rebond de 0,4% de la croissance d’un trimestre sur l’autre, à la faveur d’un marché de l’emploi dynamique, de salaires en hausse et de faibles taux d’intérêt.

Malgré la baisse du moral des ménages, les économistes s’attendent à ce que les dépenses de consommation soient en progression d’environ 1,5% cette année.

“La demande intérieure sera un pilier important de la croissance économique”, confirme Rolf Bürkl, chercheur du GfK.

Tableau:

* LA CROISSANCE DU T1 CONFIRMÉE À 0,4%

23 mai - La croissance de l’économie allemande a atteint 0,4% au premier trimestre par rapport aux trois mois précédents grâce au dynamisme de la consommation des ménages et à la reprise de l’activité du secteur de la construction, montrent les statistiques détaillées publiées jeudi, qui confirment l’estimation initiale.

Le produit intérieur brut (PIB) allemand avait stagné au dernier trimestre 2018.

Détails:

* L’INDICE ZEW CHUTE À -2,1 EN MAI

14 mai - Le sentiment des investisseurs allemands s’est nettement dégradé en mai en raison du regain de tension sur le front commercial entre les Etats-Unis et la Chine, selon l’enquête publiée mardi par l’institut de recherche économique ZEW.

L’indice ZEW a chuté à -2,1 ce mois-ci, contre +3,1 en avril, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse à +5,0%.

“La dernière escalade dans le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine relance les incertitudes autour des exportations allemandes, un facteur clé pour la croissance du produit intérieur brut”, a expliqué Achim Wambach, le président de l’institut de Mannheim dans un communiqué.

Le sous-indice des conditions actuelles s’est en revanche amélioré plus fortement que prévu à 8,2 contre 5,5 en avril et 6,0 attendu par les économistes.

* LE TAUX D’INFLATION CONFIRMÉ À 2,1% EN AVRIL

14 mai - La hausse de l’indice des prix à la consommation harmonisé aux normes européennes (IPCH) a été confirmée à 2,1% en avril en Allemagne en variation annuelle, a annoncé mardi Destatis, l’office fédéral de la statistique.

D’un mois sur l’autre, l’inflation est confirmée à +1,0%.

En données non harmonisées, la hausse des prix à la consommation ressort à 1,0% d’un mois sur l’autre et à 2,0% sur un an.

Ces chiffres confirment les données provisoires publiées le 30 avril, qui marquaient une accélération inattendue avec un taux d’inflation supérieur à l’objectif de la Banque centrale européenne pour la première fois depuis novembre.

La BCE vise le maintien d’une hausse des prix dans la zone euro proche mais légèrement inférieure à 2% par an.

Tableau

* HAUSSE DE 1,5% DES EXPORTATIONS EN MARS (CONSENSUS: -0,3%)

10 mai - Les exportations ont augmenté en mars contre toute attente, un bon point pour la première économie européenne, dont on craint qu’elle ait sensiblement ralenti au premier trimestre, en raison notamment des conflits commerciaux en cours.

L’Office fédéral de la statistique a annoncé vendredi que les exportations ont augmenté de 1,5% en mars, tandis que les importations ont progressé de 0,4%.

Cela donne un excédent commercial de 20,0 milliards d’euros, dépassant les 18,7 milliards d’euros de février.

Les économistes interrogés par Reuters projetaient une baisse de 0,3% des exportations et une hausse de 0,5% des importations.

L’excédent commercial était ainsi attendu en recul, à 18,2 milliards d’euros.

* HAUSSE INATTENDUE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN MARS

8 mai - La production industrielle allemande a affiché en mars une progression inattendue de 0,5%, sous l’impulsion des biens de consommation et des biens intermédiaires, montrent les données publiées mercredi par Destatis, l’office fédéral de la statistique.

Trente-cinq économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse de 0,5%, leurs estimations allant de -2,2% à +0,6%.

La production de biens de consommation a augmenté de 1,1% et celle des biens intermédiaires de 0,4%, alors que celle de biens d’équipement stagnait, a précisé Destatis.

La hausse de février de la production industrielle a été révisée à la baisse, à +0,4% au lieu de +0,7% initialement annoncé.

Tableau

* COMMANDES À L’INDUSTRIE +0,6% EN MARS (+1,5% ATTENDU)

7 mai - Les commandes à l’industrie ont augmenté en mars, mais moins que prévu, après avoir nettement baissé les deux mois précédents, a annoncé l’Office fédéral de la statistique mardi.

Ces commandes ont augmenté de 0,6%, alors qu’elles étaient attendues en hausse de 1,5%, et le chiffre n’est ainsi pas particulièrement encourageant pour la première économie européenne, confrontée à un ralentissement de la croissance.

Les prévisions des analystes variaient de 0,0% à +3,4%.

La baisse de février a été révisée: elle est de 4,0% et non plus de 4,2% comme annoncé précédemment.

Les commandes intérieures ont subi une baisse de 4,2% en mars, compensée par une hausse équivalente des commandes à l’exportation.

Développé

Tableau

* LES VENTES AU DÉTAIL BAISSENT MOINS QU’ATTENDU EN MARS

2 mai - Les ventes au détail ont baissé en mars mais moins qu’attendu, montrent des données publiées jeudi par Destatis, l’office fédéral de la statistique.

Indicateur volatil souvent sujet à révision, les ventes au détail ont baissé de 0,2% en termes réels, moitié moins que le consensus établi par Reuters, après une hausse de 0,5% (+0,9% en première estimation) en février.

Sur un an, les ventes au détail affichent un recul de 2,1% en termes réels, après +4,4% en février. Les économistes attendaient en moyenne une progression de 2,9%.

Sur les trois premiers mois de l’année, les ventes au détail ont augmenté de 1,7% en termes réels, et de 2,3% en valeur nominale, par rapport à la période correspondante de 2018.

Tableau

Les indicateurs publiés en avril (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below