May 1, 2019 / 10:21 AM / in 4 months

Le conseil de Bayer va se réunir sur la crise de gouvernance-Wirtschaftswoche

BERLIN, 1er mai (Reuters) - Le conseil de surveillance de Bayer prévoit de se réunir prochainement en séance extraordinaire pour débattre de la crise frappant le directoire du groupe allemand après le camouflet infligé par les actionnaires lors de la dernière assemblée générale, rapporte mercredi le magazine Wirtschaftswoche.

Citant un membre non identifié de ce conseil, le journal ajoute que cette réunion devrait avoir lieu dans les deux ou trois prochaines semaines. “Nous ne pouvons tout simplement pas continuer ainsi”, dit cette source.

Un porte-parole de Bayer a refusé de s’exprimer sur le sujet.

Lors de l’assemblée générale annuelle organisée vendredi dernier, une majorité d’actionnaires de Bayer a désapprouvé l’action de l’équipe dirigeante du groupe chimique.

Le lendemain, le conseil de surveillance a exprimé son soutien unanime au directoire tout en annonçant qu’il continuerait à examiner les résultats des votes de l’AG dans les prochaines semaines.

La colère des actionnaires trouve sa source dans la chute du titre Bayer en Bourse de Francfort à la suite du rachat du semencier américain Monsanto pour 63 milliards de dollars (56 milliards d’euros).

Certains investisseurs reprochent au directoire d’avoir sous-estimé les risques juridiques de l’opération alors qu’un jury aux Etats-Unis a décidé en août dernier que Bayer pouvait être tenu responsable du manque d’informations fournies par Monsanto au sujet des risques présumés de cancer liés au Roundup.

Plus de 13.000 plaignants réclament des indemnités dans des dossiers liés à cet herbicide à base de glyphosate.

En mars, un jury de San Francisco a accordé 80 millions de dollars de dommages et intérêts à un plaignant qui affirmait que le Roundup était la cause de son cancer.

Bayer a fait appel ou compte faire appel des différents jugements rendus jusqu’à présent sur le Roundup.

L’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a déclaré mardi que le glyphosate n’était pas cancérigène, ce qui va à l’encontre des décisions de jurys américains lui attribuant une responsabilité dans le cancer de plaignants.

En 2015, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé pour sa part le glyphosate parmi les produits “probablement cancérigènes pour les humains”. (Emma Thomasson Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below