April 25, 2019 / 5:03 AM / 3 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 05H00 GMT (25/04)

MACRON VA DÉFENDRE SES MESURES DE SORTIE DE CRISE

PARIS - Ni “reniement”, ni “entêtement” : après trois mois de débat national, Emmanuel Macron présentera jeudi ses mesures de sortie de la crise des “Gilets jaunes”, dont une partie a d’ores et déjà fuité dans la presse, dans l’espoir de redonner du souffle à son quinquennat à l’approche des élections européennes.

“Face à la crise importante que notre pays a connu”, le chef de l’Etat a “souhaité qu’il y ait des changements profonds (...) sans qu’il ne puisse y avoir de reniement par rapport à ce qu’a été le début de ce quinquennat mais sans non plus qu’il y ait de l’entêtement”, a dit mercredi la porte-parole du gouvernement.

Il a insisté, a ajouté Sibeth Ndiaye lors du compte-rendu du conseil des ministres, “sur la nécessité que, très rapidement après les annonces, le gouvernement puisse se mettre en ordre de bataille pour mettre en application et définir un calendrier”, notamment via un “séminaire de la majorité” qui se tiendra lundi prochain.

L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris le 15 avril a contraint Emmanuel Macron à repousser son allocution télévisée d’une dizaine de jours et à la transformer en déclaration suivie d’une conférence de presse - une première depuis son accession à l’Elysée en mai 2017.

—-

LA DEMANDE DE LIBÉRATION SOUS CAUTION DE GHOSN APPROUVÉE

TOKYO - Le tribunal du district de Tokyo a accepté jeudi la demande de libération sous caution effectuée par Carlos Ghosn, détenu depuis sa nouvelle arrestation le 4 avril en raison de soupçons d’enrichissement personnel au détriment de Nissan.

Le président déchu de Nissan a effectué le versement d’une caution de 500 millions de yens (4 millions d’euros environ), a indiqué le tribunal, ouvrant la voie à sa libération imminente.

Carlos Ghosn a été inculpé lundi d’un chef d’accusation supplémentaire d’abus de confiance aggravé par le parquet de Tokyo, sa quatrième inculpation depuis le début des procédures judiciaires engagées à son encontre au Japon.

L’architecte de l’alliance Renault-Nissan, qui clame son innocence, avait été libéré une première fois sous caution le 6 mars après 108 jours de détention sur des accusations de malversations financières.

—-

EXPLOSION ENTENDUE DANS LA VILLE SRI-LANKAISE DE PUGODA

COLOMBO - Une explosion a été entendue jeudi aux abords d’un tribunal de la ville sri-lankaise de Pugoda, située à 40 km à l’est de la capitale Colombo, ont rapporté la police et des habitants.

Aucune victime n’est à déplorer, a précisé un porte-parole de la police, qui a ouvert une enquête sur cet incident survenu quatre jours après des attentats simultanés contre des églises et des hôtels du pays qui ont fait 359 morts.

—-

PREMIER SOMMET ENTRE KIM JONG-UN ET VLADIMIR POUTINE

VLADIVOSTOK, Russie - Kim Jong-un et Vladimir Poutine ont entamé leur sommet inédit par une poignée de main, jeudi à Vladivostok, affichant leur volonté de profiter de cette rencontre pour définir les moyens qui permettront de résoudre la question nucléaire dans la péninsule coréenne.

Le président russe a déclaré qu’il se réjouissait des efforts du dirigeant nord-coréen pour normaliser les relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis.

Le numéro un de Pyongyang a pour sa part estimé que ce sommet en Russie contribuerait à coordonner les positions des deux pays.

Cette rencontre à Vladivostok, ville portuaire de l’Extrême-Orient russe, sur le Pacifique, intervient à un moment où les négociations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis entamées après le sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump en juin dernier semblent dans une impasse.

—-

SOUDAN-UN DIRIGEANT DU CONSEIL MILITAIRE DÉMISSIONNE

KHARTOUM - Le chef du comité politique du conseil militaire au pouvoir au Soudan a remis sa démission, a annoncé le groupe mercredi soir, après la tenue d’une réunion avec l’opposition visant à trouver une issue à l’impasse dans laquelle se trouve le pays depuis le départ forcé du président Omar el Béchir.

Dans un communiqué, le conseil militaire de transition indique que la démission du général Omar Zaïne al Abidine n’a pas encore été acceptée. Le général Jalal al Dine al Cheick et le général Babakr Ali Fadeel ont eux aussi remis leur démission, précise-t-il.

Un peu plus tôt dans la soirée, le conseil militaire de transition et l’opposition avaient convenu lors d’une réunion de former un comité destiné à résoudre leurs divergences, alors que les tensions s’accentuent autour du calendrier du transfert du pouvoir aux civils. L’opposition exige que le pouvoir soit rapidement rendu aux civils alors que les militaires jugent que ce processus pourrait prendre jusqu’à deux ans.

—-

UN NOUVEAU CYCLONE ATTENDU JEUDI AU MOZAMBIQUE

MAPUTO - Un nouveau cyclone, Kenneth, doit frapper jeudi les côtes du Mozambique, un peu plus d’un mois après celui qui a balayé la ville portuaire de Beira et fait des centaines de morts, ont fait savoir des météorologues.

Certaines parties du sud de la Tanzanie pourraient être aussi touchées par le cyclone Kenneth, selon le centre de veille cyclonique de La Réunion.

—-

NOTRE-DAME:

DÉROGATIONS POSSIBLES POUR TENIR LE DÉLAI FIXÉ PAR MACRON

PARIS - Le projet de loi sur la reconstruction de Notre-Dame de Paris présenté mercredi au conseil des ministres prévoit de permettre au gouvernement de déroger à nombre de procédures pour tenir le délai de cinq ans fixé par Emmanuel Macron.

Le texte donne au gouvernement l’autorisation de procéder par ordonnances en la matière, a précisé la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, lors du compte rendu du conseil.

“L’idée est que toutes les dispositions législatives qui permettent de faciliter la réalisation des travaux de restauration puissent être prises, y compris, le cas échéant, en dérogeant à un certain nombre de procédures de construction, l’objectif étant, à chaque fois, d’accélérer le chantier”, a-t-elle ajouté.

—-

“GILETS JAUNES”-L’AP-HP RECONNAÎT UNE “ERREUR” DANS L’UTILISATION DE FICHIERS

PARIS - L’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) a reconnu mercredi une “erreur” dans la constitution de fichiers concernant des patients ayant participé aux manifestations de “Gilets jaunes”, confirmant des informations du Canard enchaîné.

Après avoir nié dans un premier temps, l’AP-HP reconnaît désormais que le fichier nominatif SI-VIC recensant les blessés pris en charge incluait parfois “de manière inappropriée” des données médicales “pour rajouter des informations que les équipes pensaient utiles sur la nature de la blessure”.

Dans un communiqué publié mercredi, l’AP-HP assure que “les instructions sont données pour corriger ces éléments” et annonce la mise en place d’une “inspection pour objectiver de façon transparente l’utilisation qui a été faite de l’application dans ces dernières semaines.”

—-

DELEVOYE FERME SUR L’ÂGE DE RETRAITE, RAFFARIN LE CONTREDIT

PARIS - Jean-Paul Delevoye s’engage mercredi au maintien de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans, alors que l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, allié d’Emmanuel Macron, ajoute à la confusion en se prononçant pour un report de l’âge légal.

La concertation sur la réforme des retraites, qui doit s’achever en mai, a pâti d’une cacophonie gouvernementale sur l’hypothèse d’un recul de l’âge minimum de la retraite, aujourd’hui fixé à 62 ans, auquel le chef de l’Etat s’était engagé à ne pas toucher durant la campagne de 2017.

Dans un entretien publié mercredi dans L’Est républicain, le Haut-commissaire à la réforme des retraites l’assure : “J’ai souhaité une clarification apportée par le Premier ministre qui a confirmé mon mandat : l’âge légal ne changera pas”.

FO s’est retiré la semaine dernière des discussions en estimant que l’attitude de l’exécutif dévoyait “le sens et l’objectif de la concertation”. Le Medef a proposé pour sa part de repousser l’âge de la retraite à 64 ans d’ici à 2028.

—-

DÉCÈS DU COMÉDIEN FRANÇAIS JEAN-PIERRE MARIELLE

PARIS - L’acteur populaire français Jean-Pierre Marielle, au long parcours déroulé dans une centaine de films, est décédé mercredi à l’âge de 87 ans, ont annoncé plusieurs médias, citant sa famille.

L’élégant comédien à la voix grave s’est fait remarquer de dans nombreuses comédies comme “Le Diable par la queue” de Philippe de Broca (1969), “Signes extérieurs de richesse” de Jacques Monnet (1983) ou plus récemment “Les Grands ducs” de Patrice Leconte (1996) aux côtés de ses complices Philippe Noiret et Jean Rochefort, disparus eux aussi.

Jean-Pierre Marielle a aussi joué dans des films devenus des classiques comme “Tous les matins du monde” d’Alain Corneau, grand succès de l’année 1991.

Nommé sept fois aux César, la cérémonie de récompense du cinéma français, il n’a jamais reçu le prix.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below