April 24, 2019 / 9:46 AM / in 2 months

LEAD 1-Allemagne - Dégradation du climat des affaires en avril

(Actualisé avec des précisions, citation, contexte)

BERLIN, 24 avril (Reuters) - Le moral des chefs d’entreprises allemands s’est dégradé en avril, alors qu’on s’attendait au contraire à ce qu’il s’améliore un peu, attestant des difficultés qu’éprouve la première économie européenne à relancer sa croissance dans un contexte de tensions commerciales.

L’indice de l’institut munichois Ifo le mesurant est ressorti mercredi à 99,2 contre un indice de mars revu en hausse à 99,7. L’indice d’avril était attendu à 99,9.

L’indice avait progressé en mars, après avoir fléchi six mois d’affilée.

“L’économie allemande continue de perdre de son allant”, a dit Clemens Fuest, le président de l’institut Ifo.

“L’optimisme mesuré de mars pour les mois qui allaient suivre s’est dissipé”.

Le gouvernement allemand n’attend plus qu’une croissance de 0,5% cette année, soit moitié moins que sa prévision de 1,0% de janvier qui avait déjà été revue en baisse par rapport à un objectif initial de 1,8%. Pour 2020, Berlin table sur un rebond avec une croissance qui atteindrait 1,5%.

L’indice Ifo d’avril renvoie à une croissance économique inférieure à 0,8% cette année, après 1,4% en 2018, estime Klaus Wohlrabe, économiste de l’institut munichois, qui observe que le secteur industriel entraîne l’ensemble de l’économie vers le bas.

Locomotive économique de la zone euro, l’Allemagne en est à sa dixième année de croissance mais elle a échappé de peu à la récession l’an passé.

Les exportateurs allemands doivent faire face à un contexte économique difficile fait de baisse de la demande, de tensions commerciales provoquées par la politique “America First” du président Donald Trump et d’incertitudes entourant le Brexit.

C’est pourquoi la demande intérieure, s’appuyant sur un emploi record, sur des revalorisations salariales supérieures à l’inflation et sur des coûts d’emprunt très bas, sera sans doute l’unique moteur de la croissance cette année et la suivante.

De fait, la fédération HDE de la distribution a confirmé mercredi sa prévision d’une hausse des ventes au détail de 2% cette année, soit une dixième année de croissance, portée par une consommation intérieure qui semble immunisée contre le ralentissement économique mondial.

La HDE n’a pas de prévision pour 2020 mais remarque que le ralentissement du secteur industriel risque d’avoir des répercussions sur la distribution.

Pour ce qui est de l’indice Ifo proprement dit, la composante des conditions actuelle est ressortie à 103,3, en baisse par rapport à un consensus la donnant à 103,6 et au sous-indice de mars revu à 103,9, et celle des anticipations a également fléchi, à 95,2 contre un consensus de 96,1.

Tableau: (Paul Carrel et Matthias Inverardi, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below