April 18, 2019 / 7:46 AM / 5 months ago

Europe/PMI-La faiblesse de l'activité persiste pour le début du T2

18 avril (Reuters) - Principaux résultats provisoires des enquêtes Markit auprès des directeurs d’achat du secteur privé en Europe, publiés jeudi :

* RECUL INATTENDU DE L’ACTIVITÉ EN ZONE EURO EN AVRIL

LONDRES - L’activité économique en zone euro a débuté le deuxième trimestre au ralenti, avec un recul inattendu de la croissance sur fond de faiblesse de la demande en dépit de la hausse limitée des prix, montrent jeudi les indices des directeurs d’achat (PMI).

Ces chiffres interviennent une semaine après que la Banque centrale européenne a conforté la perspective d’un soutien monétaire accru pour faire face au ralentissement de l’économie de la zone euro s’il devait se poursuivre.

L’indice IHS Markit composite, considéré comme un baromètre avancé de la conjoncture, est tombé à 51,3 pour le mois d’avril selon sa version “flash”, après 51,6 en mars, un chiffre inférieur aux attentes des économistes interrogés par Reuters, qui tablaient sur une amélioration à 51,8.

“Il n’est toujours pas en territoire récessionniste mais il signale une croissance économique modérée et terne et cela se reflète dans les attentes moroses”, observe Chris Williamson, économiste en chef chez IHS Markit.

Selon lui, les indices PMI, s’ils devaient se maintenir à ces niveaux, suggèrent une croissance du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro de moins de 0,2% au deuxième trimestre, sous la prévision de 0,3% ressortie dans une enquête Reuters au début du mois.

Le tassement de l’activité en avril est de nouveau lié à la dégradation observée depuis plusieurs mois dans le secteur manufacturier. Si l’indice PMI manufacturier a progressé à 47,8 en avril, contre 47,5 le mois précédent, il reste pour le troisième mois d’affilée sous la barre des 50 qui marque une contraction de l’activité.

Il est aussi inférieur aux attentes des économistes, qui visaient une amélioration plus marquée à 47,9.

Le sous-indice mesurant la production a progressé à 48,1 contre 47,2 mais celui mesurant l’évolution des carnets de commandes est tombé à un plus bas de plus de six ans, à 44,4 contre 45,0.

De son côté, l’indice PMI mesurant l’activité dans les services a reculé plus que prévu, tombant à 52,5 contre 53,3, bien en deçà des attentes des économistes qui le voyaient à 53,2.

“Nous avons des signaux supplémentaires montrant que le ralentissement du secteur manufacturier se propage aux services”, indique Chris Williamson.

Signe d’une plus grande prudence des entreprises des services, le sous-indice mesurant les attentes en terme d’activité a reculé à 62,0 contre 62,3.

* ALLEMAGNE - LE DYNAMISME DES SERVICES COMPENSE LA CONTRACTION DE L’INDUSTRIE

BERLIN - La croissance de l’activité du secteur allemand des services a atteint en avril son plus haut niveau depuis sept mois alors que la baisse des exportations continuait de pénaliser le secteur manufacturier, montrent les premiers résultats de l’enquête mensuelle d’IHS Markit.

L’indice PMI flash composite allemand, qui mesure l’évolution de l’activité dans les services et l’industrie manufacturière, a ainsi rebondi à 52,1 après 51,4 en mars.

Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un chiffre de 51,7.

Le PMI flash des services a atteint 55,6, au plus haut depuis septembre 2018, alors que le secteur manufacturier accuse un quatrième mois consécutif de contraction de l’activité avec un indice PMI flash à 44,5 après 44,1 en mars.

Le PMI flash manufacturier enregistre néanmoins sa première hausse en neuf mois.

“Avec le rythme actuel de baisse des nouvelles commandes, nous nous attendons à ce que la contraction du secteur allemand de la production de biens reste assez soutenue pendant les mois à venir”, commente Chris Williamson, économiste de Markit.

* FRANCE - L’ACTIVITÉ SE STABILISE DANS LE PRIVÉ

PARIS - L’activité s’est stabilisée ce mois-ci dans le secteur privé en France à la faveur d’un retour d’une légère croissance dans les services qui a permis de compenser une contraction dans l’industrie manufacturière, toujours pénalisée par un recul des nouvelles commandes.

L’indice PMI du secteur manufacturier s’est établi à 49,6 en première estimation “flash” pour le mois en cours, alors que les économistes interrogés par Reuters l’anticipaient à 50,0 après 49,7 en mars.

Il évolue ainsi pour le deuxième mois d’affilée sous la barre de 50 qui sépare croissance et contraction de l’activité, ce qui ne lui était pas arrivé depuis l’été 2016.

A l’inverse, l’indice des services est repassé au-dessus de ce seuil, à 50,5 - un plus haut de cinq mois - contre 49,1 en mars, alors que les économistes attendaient une hausse moins prononcée (49,8).

L’indice PMI composite, qui associe des éléments des indices des deux secteurs, revient à 50,0 après 48,9 en mars.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below