March 5, 2019 / 2:59 PM / 18 days ago

Italie-Des lueurs d'espoir dans le PIB détaillé du T4

* Le PIB du T4 révisé à -0,1% au lieu de -0,2%

* Une contraction due surtout à la baisse des stocks

* La consommation, l’investissement, l’export ont progressé

* Le secteur des services a renoué avec la croissance en février

par Gavin Jones

ROME, 5 mars (Reuters) - L’économie italienne se porte un peu moins mal que ce que laissaient penser les chiffres préliminaires du produit intérieur brut du quatrième trimestre, au vu des données détaillées publiées mardi par l’institut national de la statistique Istat.

La contraction de la troisième économie de la zone euro a été révisée à -0,1% au lieu de -0,2%.

Après celle, identique, de 0,1% au troisième trimestre, l’Italie est bel et bien entrée en récession en fin d’année, situation définie par deux trimestres consécutifs de contraction du PIB.

Mais le détail de la statistique montre que la baisse est surtout due à une réduction importante des stocks, alors que les composantes liées à la demande intérieure et extérieure sont en progression.

“Ces données sont meilleures que prévu, non seulement à cause de la révision à la hausse du quatrième trimestre mais aussi à cause de l’amélioration des composantes”, commente Paolo Mameli, économiste chez Intesa Sanpaolo.

La baisse des stocks peut constituer un signal positif dans la mesure où elle obligera les entreprises à augmenter leur production pour répondre à la demande future. Mais d’un autre côté elle peut montrer que les entreprises anticipent une demande morose.

La correction des stocks a amputé la croissance de 0,4 point d’un trimestre à l’autre, contrebalançant des contributions légèrement positives de la consommation des ménages, de l’investissement et des exportations : les deux premiers ont contribué à hauteur de 0,1 point et les exportations de 0,2 point.

Les indicateurs mensuels publiés depuis le début de l’année sont restés maussades mais les rendements de la dette italienne se sont détendus mardi à l’annonce d’un indice PMI meilleur que prévu dans le secteur des services en février.

L’indice des directeurs d’achat calculé par IHS Markit a atteint 50,4 en février contre 49,7 en janvier, dénotant un retour à la croissance dans le secteur des services. Les 14 économistes interrogés par Reuters l’attendaient en moyenne à 49,4, sous la barre de 50 qui marque la frontière entre expansion et contraction.

Les données détaillées du PIB et l’enquête dans les services laissent espérer un retour à la croissance au premier trimestre et non plus une contraction, veut croire Paolo Mameli, l’économiste d’Intesa Sanpaolo.

Le gouvernement de coalition table sur une expansion de 1,0% en 2019 mais la plupart des économistes prévoient une croissance moitié moindre, et certains n’écartent pas une contraction.

En 2018, la croissance annuelle s’est établie à 0,9% selon l’Istat.

Le retournement baissier des deux derniers trimestres de 2018 a laissé un acquis de croissance négatif de -0,1% pour 2019, ce qui signifie que l’économie se contracterait de 0,1% en cas de stabilité du PIB sur les quatre trimestres de cette année.

A la fin 2017, l’acquis de croissance était de +0,5%. (Gavin Jones, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Joanny)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below