March 4, 2019 / 5:07 PM / 6 months ago

LEAD 1-La famille de Carlos Ghosn saisit l'Onu

(Avec précisions)

PARIS, 4 mars (Reuters) - La famille de Carlos Ghosn, détenu au Japon depuis le mois de novembre, a saisi lundi les instances de l’Onu chargées de veiller au respect des droits fondamentaux, a annoncé l’un de ses avocats, François Zimeray.

Il a lu, lors d’une conférence de presse, une déclaration de l’épouse et des enfants de l’ex-PDG de Renault-Nissan , accusé par la justice japonaise de malversations financières et d’abus de confiance aggravé, accusations qu’il rejette catégoriquement.

“Voilà plus de 100 jours que Carlos Ghosn est emprisonné au Japon dans la citadelle de Kosuge, lieu de détention aux règles moyenâgeuses”, écrivent-ils.

Ils s’inquiètent notamment de voir Carlos Ghosn ne pas bénéficier des conditions d’un procès équitable.

“C’est pourquoi nous avons pris la décision de saisir les instances de l’Onu chargées de veiller au respect des droits fondamentaux pour tous”, ajoutent-ils.

Me Zimeray a précisé pour sa part qu’il avait adressé lundi matin un “dossier complet” au groupe de travail du Haut commissariat aux droits de l’homme de l’Onu, à Genève, chargé d’enquêter sur les cas de détention arbitraire.

Il a dénoncé le système japonais de “justice de l’otage” destiné à obtenir des aveux contraints en faisant “craquer” les détenus, auquel est soumis selon lui Carlos Ghosn.

Son associée Me Jessica Finelle a précisé qu’ils avaient identifié la violation de cinq droits : celui de ne pas être forcé de témoigner contre soi-même ou de s’avouer coupable ; le droit d’être traduit sans délai devant une autorité judiciaire ; ceux d’introduire un recours pour contester sa détention et de disposer du temps et de facilités nécessaires à la préparation de sa défense ; le droit à la présomption d’innocence.

Dans le dossier adressé aux experts de l’Onu, ils accusent aussi les autorités judiciaires japonaises d’avoir “scénarisé” l’interpellation de Carlos Ghosn le 19 novembre 2018, avec “des journalistes et des cameramen prévenus à l’avance”, et de l’avoir présenté au public comme coupable.

“Le groupe de travail constatera que la gravité des violations du droit au procès équitable (...) confère à la détention de Carlos Ghosn un caractère arbitraire”, concluent les deux avocats. (Emmanuel Jarry, édité par Elizabeth Pineau)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below