February 28, 2019 / 7:59 AM / 5 months ago

AERONAUTIQUE-Rolls-Royce double son bénéfice d'exploitation malgré le Trent 1000

28 février (Reuters) - Rolls-Royce a annoncé jeudi un doublement de son bénéfice d’exploitation en 2018, à 616 millions de livres (719 millions d’euros), et il s’est fixé pour objectif une génération de trésorerie d’au moins 1 milliard de livres en 2020.

Le groupe britannique a aussi porté à 790 millions de livres la charge inscrite pour les problèmes avec ses moteurs Trent 1000, contre 554 millions à l’issue du premier semestre.

Il a annoncé qu’il se retirait de la course pour équiper le futur avion de milieu de gamme de Boeing en se jugeant incapable de tenir le calendrier envisagé.

Principaux résultats trimestriels des autres entreprises du secteur :

* DASSAULT AVIATION PRÉVOIT UNE FORTE HAUSSE DE SON CA 2019

28 février - Dassault Aviation a annoncé jeudi qu’il tablait sur une forte hausse de son chiffre d’affaires cette année en raison notamment de la montée en puissance des commandes d’avions de combat à l’exportation.

Le constructeur du Rafale et des avions d’affaire Falcon a dégagé en 2018 un résultat opérationnel en hausse à 669 millions d’euros (contre 357 millions en 2017). Le chiffre d’affaires s’est élevé à 5.084 millions (contre 4.876 millions) tandis que les prises de commandes ont fortement progressé à 5.024 millions contre 3.289 millions un an plus tôt.

Les consensus IBES/Refinitiv tablait sur un résultat net de 463 millions avec un chiffre d’affaires de 4.952 millions.

* SES ABAISSE SES OBJECTIFS POUR 2020

27 février - SES a abaissé mercredi ses prévisions pour 2020, l’opérateur luxembourgeois de satellites étant plus prudent pour sa division Vidéo, dont le chiffre d’affaires a reculé de 5,5% en 2018.

Le groupe vise désormais pour 2020 un chiffre d’affaires compris entre 2,06 et 2,16 milliards d’euros (au lieu de 2,11-2,21 mds) et un bénéfice avant intérêts, taxes, dépréciations et amortissements (Ebitda) dans une fourchette de 1,26 à 1,34 milliard (contre 1,34-1,41 md auparavant).

L’Ebitda 2018 de SES à taux de change constant a reculé de 2,6% à 1,26 milliard d’euros, mais il est supérieur à la prévision des analystes qui attendaient en moyenne 1,25 milliard d’euros.

* SAFRAN DÉPASSE SES OBJECTIFS ANNUELS

27 février - Safran a dépassé en 2018 ses objectifs de progression du chiffre d’affaires et du bénéfice d’exploitation et a déclaré mercredi s’attendre à une poursuite de sa croissance cette année.

L’équipementier pour l’aéronautique et la défense a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 21,050 milliards d’euros, en hausse de 10,4% sur une base organique contre une croissance attendue entre 7% et 9%. Le résultat opérationnel courant a pour sa part bondi de 24,7% à 3,023 milliards d’euros, hors Zodiac Aerospace, contre une progression attendue d’environ 20%.

Safran a déclaré que la montée en cadence de la production du nouveau moteur LEAP se poursuivait avec la livraison de 1.118 unités l’an dernier. CFM, sa coentreprise avec General Electric , est en bonne voie pour livrer plus de 1.800 moteurs LEAP cette année, a-t-il ajouté.

Les analystes attendaient en moyenne un chiffre d’affaires de 21,039 milliards d’euros et un bénéfice d’exploitation de 2,898 milliards en 2018, selon les données Eikon de Refinitiv.

* THALES DÉÇOIT AVEC SES PRÉVISIONS

26 février - Thales a publié mardi des résultats en nette hausse au titre de 2018, marqués par la solide performance de son secteur transport et un niveau de rentabilité record, mais sa prévision de croissance de 6% à 7% de son bénéfice d’exploitation (Ebit) en 2019 a déçu certains investisseurs.

L’équipementier pour l’aérospatiale, la défense et la sécurité, a enregistré au titre de 2018 un résultat net part du groupe de 982 millions d’euros (+44%), un bénéfice net ajusté part du groupe de 1.178 millions (+40%), un Ebit de 1.685 millions (+23%) et un chiffre d’affaires de 15.855 millions (+4,1% en données brutes, +5,3% en croissance organique).

L’Ebit a ainsi atteint le niveau record de 10,6% du chiffre d’affaires.

* BAE-LES INCERTITUDES GÉOPOLITIQUES POURRAIENT PESER EN 2019

21 février - BAE Systems a dit jeudi anticiper une croissance de son bénéfice en 2019 par rapport à 2018, conformément aux attentes, tout en soulignant que les incertitudes politiques pourraient peser sur ses activités.

Le premier groupe britannique de défense prévoit une progression d’environ 5% de son bénéfice par action courant cette année, par rapport à celui de 42,9 pence réalisé sur l’exercice 2018, quasiment identique à celui de 2017.

En dépit de la croissance de son carnet de commandes, BAE a déclaré que le groupe était “soumis aux incertitudes géopolitiques” susceptibles de nuire à la croissance attendue de ses bénéfices, alors que la Grande-Bretagne s’apprête à quitter l’Union européenne et que des pressions s’exercent pour suspendre les ventes d’armes à l’Arabie saoudite.

* EUTELSAT-BAISSE DU RÉSULTAT DU S1, DOUTES SUR LE CA

15 février - Eutelsat a fait état vendredi d’une baisse de ses résultats semestriels, qui suscitent un certain scepticisme des investisseurs concernant l’objectif de chiffre d’affaires annuel, pourtant confirmé par l’opérateur de satellites de communication.

Le groupe avait abaissé en octobre dernier son objectif de chiffre d’affaires 2018-19 après avoir perdu un contrat avec un distributeur travaillant pour le département américain de la Défense, ce qui avait déjà été sanctionné par le marché. Le titre a perdu près de 11% l’an dernier.

Eutelsat a confirmé son objectif d’un chiffre d’affaires “globalement stable” pour l’exercice en cours en se disant confiant dans une accélération de l’activité au second semestre. Il a également dit viser un retour à une “légère croissance” à partir de l’exercice 2019-2020.

* BOMBARDIER-LES AVIONS D’AFFAIRES GONFLENT LE BÉNÉFICE

14 février - Bombardier a fait état jeudi d’un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes en raison d’une baisse de ses coûts et des solides ventes de ses avions d’affaires.

Le bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit) du groupe canadien pour les trois mois clos au 31 décembre est ressorti à 342 millions de dollars (303 millions d’euros), contre 73 millions de dollars un an plus tôt, un niveau supérieur au consensus moyen de 254,4 millions de dollars, selon des données IBES pour Refinitiv.

Le chiffre d’affaires de la division avions d’affaires sur la période a progressé de plus de 3%, à 1,5 milliard de dollars.

* AIRBUS-FIN DU PROGRAMME A380, BONS RÉSULTATS 2018

14 février - Airbus a annoncé jeudi la fin de son programme de très gros porteur A380, qui n’a jamais remporté le succès escompté et dont le dernier exemplaire sera livré en 2021, une annonce qui contraste avec les solides résultats annuels publiés le même jour par le groupe.

Le leader européen de l’aéronautique, l’espace et la défense a annoncé un Ebit ajusté à 5,8 milliards (+83%) sur la base d’un chiffre d’affaires de 64 milliards (+8%) sur l’année, les résultats du 4e trimestre étant supérieurs aux attentes.

Il table sur 880 à 890 livraisons d’appareils en 2019 - contre 800 en 2018 - avec une hausse de 15% de son résultat d’exploitation et compte accélérer la production de l’A320.

* LES COMMANDES D’ATR DIVISÉES PAR DEUX EN 2018

31 janvier - Le constructeur européen de turbopropulseurs ATR a annoncé avoir signé 52 commandes fermes d’appareils en 2018, soit une baisse de plus de moitié par rapport à l’année précédente (113 unités en 2017).

L’avionneur, détenu à parité par Airbus et l’italien Leonardo, a livré 76 appareils - non loin de son objectif de 80 appareils produits chaque année - ce qui lui a permis de réaliser un chiffre d’affaires de 1,8 milliard d’euros, stable par rapport à l’année précédente.

ATR, qui dispose d’un carnet de commandes représentant trois années de production, maintient sa place de leader sur le marché des turbopropulseurs, avec une part des commandes de quelque 62%.

* BOEING PRÉVOIT DE LIVRER 900 AVIONS EN 2019

30 janvier - Boeing a déclaré s’attendre à livrer entre 895 et 905 avions de ligne en 2019, contre 806 l’an dernier, l’avionneur américain continuant à profiter de l’essor mondial du transport aérien.

Boeing s’attend pour cette année à une génération de trésorerie comprise entre 17 et 17,5 milliards de dollars (14,9 et 15,3 milliards d’euros), après 15,32 milliards en 2018. Cette prévision est supérieure aux 16,73 milliards anticipés en moyenne par les analystes, selon les données IBES de Refinitiv.

Son bénéfice brut a grimpé à 5,48 dollars par action au quatrième trimestre 2018, un niveau là encore supérieur à la prévision des analystes qui l’attendaient à 4,57 dollars après 5,07 dollars un an auparavant.

* LOCKHEED MARTIN VOIT UN BÉNÉFICE 2019 EN DEÇÀ DES ATTENTES

29 janvier - Lockheed Martin a publié mardi une prévision de bénéfice 2019 inférieure aux attentes, après avoir annoncé une baisse de la marge de sa division aéronautique, qui fabrique les avions de chasse F-35 et les avions de transport C-130, au quatrième trimestre.

Le groupe américain de défense table sur un bénéfice annuel compris entre 19,15 et 19,45 dollars (16,76 et 17,02 dollars). Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice de 19,55 dollars, selon les données IBES pour Refinitiv.

La marge d’exploitation de la division aéronautique, la plus importante du groupe, a reculé à 10,6% au quatrième trimestre, contre 11,6% un an plus tôt. (Service Entreprises)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below