February 27, 2019 / 9:22 AM / 22 days ago

Zone euro/Indicateurs-L'indice du sentiment économique à un plus bas de deux ans

BRUXELLES, 27 février (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques de la zone euro publiés depuis le début du mois:

* NOUVEAU PLUS BAS DE DEUX ANS POUR LE SENTIMENT ÉCONOMIQUE

27 février - Le sentiment économique s’est altéré un huitième mois d’affilée en février, et ressort à un nouveau plus bas de deux ans, les entreprises industrielles étant plus pessimistes sur leurs stocks, leurs carnets de commandes et leurs perspectives de production.

L’indice le mesurant s’inscrit à 106,1 points ce mois-ci, au plus bas depuis novembre 2016, contre 106,3 (révisé en hausse) en janvier et 106,0 attendu, a annoncé la Commission européenne mercredi.

Le sentiment de l’industrie fléchit pour le troisième mois consécutif, à -0,4 point contre 0,6 en janvier et 0,1 attendu.

Dans les services, le sentiment a au contraire progressé à 12,1 contre 11,0 en janvier, alors qu’il était prévu inchangé, une amélioration tenant surtout aux conditions d’activité passées.

Le sentiment du consommateur ressort à -7,4 contre -7,9 en janvier et celui de la distribution à -1,6 contre -2,1.

L’indice du climat des affaires était lui inchangé en février, à 0,69, contre un consensus de 0,60. Il est au plus bas depuis janvier 2017.

Tableau:

* FORT RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES

27 février - La croissance du crédit aux entreprises de la zone euro a nettement fléchi en janvier, donnant à la Banque centrale européenne (BCE) un motif de plus pour servir aux banques une nouvelle facilité de liquidité.

Le crédit aux entreprises non financières a augmenté de 3,3% en janvier après 3,9% en décembre et un pic post-crise de 4,3% atteint en septembre, a annoncé la BCE mercredi.

La croissance du crédit aux particuliers n’a pas varié, à 3,2%.

La BCE a dit en janvier que les perspectives de croissance se dégradaient rapidement, laissant penser que le ralentissement risquait d’être plus long et marqué que prévu.

Craignant que les banques ne restreignent l’accès des entreprises au crédit et n’aggravent de ce fait la conjoncture, la BCE se préparer à leur octroyer un supplément de liquidités à long terme et aux conditions intéressantes.

Elle pourrait également repousser à 2020 sa première hausse des taux post-crise, afin de stimuler la croissance.

Par ailleurs, le taux de croissance annuel de l’agrégat monétaire M3, considéré souvent comme un indicateur précurseur de l’activité économique, a été de 3,8% en janvier contre 4,1% en décembre, alors que le marché attendait 4,0%.

* INFLATION EN RECUL EN JANVIER, INFLATION “CORE” EN HAUSSE

22 février - L’inflation dans la zone euro a ralenti pour le troisième mois d’affilée en janvier en raison d’une forte décélération des prix de l’énergie mais elle a légèrement progressé hors éléments volatils, l’évolution la plus étroitement suivie par la Banque centrale européenne (BCE).

Les prix de détail ont baissé de 1,0% d’un mois sur l’autre en janvier, donnant une inflation annuelle de 1,4%, un chiffre conforme au consensus, a annoncé Eurostat vendredi, confirmant ainsi sa première estimation donnée au tout début du mois.

En décembre, l’inflation en rythme annuel était ressortie à 1,6%.

Les prix de l’énergie ont baissé de 0,9% d’un mois sur l’autre, affichant une hausse de 2,7% par rapport à janvier 2018, bien inférieure aux taux de 5,5% de décembre et de 9,1% de novembre.

L’indice des prix hors énergie et produits alimentaires non transformés, privilégié par la BCE, a baissé de 1,2% sur le mois et sa progression en rythme annuel ressort à 1,2% après 1,1% en décembre.

Si elle accélère, cette mesure de l’inflation reste très éloignée de l’objectif de la BCE, qui est d’un petit peu moins de 2%.

La plus forte poussée inflationniste vient du secteur des services, dont la contribution au taux annuel est de 0,7 point, suivi par les produits alimentaires, l’alcool et le tabac (0,36 point) et l’énergie (0,26 point).

Tableau:

* L’INDICE DE CONFIANCE DU CONSOMMATEUR REMONTE À -7,4 EN 1RE ESTIMATION

20 février - L’indice de confiance du consommateur dans la zone euro calculé par Eurostat est remonté à -7,4 en première estimation pour le mois de février, soit un demi-point au-dessus de son niveau de janvier.

Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de -7,8.

Pour l’ensemble de l’Union européenne, cet indice a progressé de 0,6 point à -7,2, précise Eurostat.

L’un et l’autre sont nettement supérieurs à leur moyenne de long terme (-11,3 pour la zone euro, -10,5 pour l’ensemble de l’Union).

* L’EXCÉDENT COURANT BAISSE À €16 MDS, UN CREUX DE DEUX ANS

19 février - L’excédent des comptes courants de la zone euro a fortement diminué à 16 milliards d’euros en décembre, au plus bas depuis deux ans, contre 23 milliards le mois précédent, a annoncé mardi la Banque centrale européenne (BCE).

Cette baisse reflète le recul des exportations européennes ces derniers mois dans le contexte de tensions commerciales à l’international.

Sur les 12 mois à fin décembre, l’excédent courant des 19 pays ayant adopté la monnaie unique représente 3,0% de leur produit intérieur brut (PIB) global, contre 3,2% sur les 12 mois précédents.

L’excédent commercial représente la majeure partie de l’excédent courant de la zone euro, régulièrement pris pour cible par les Etats-Unis. Selon les prévisions de la BCE, l’excédent courant des 19 devrait revenir à 2,7% du PIB cette année puis à 2,5% d’ici 2021.

* EXCÉDENT COMMERCIAL EN BAISSE À €194,2 MILLIARDS EN 2018

15 février - L’excédent commercial de la zone euro a diminué en 2018 à cause d’une augmentation des importations bien supérieure à celle des exportations, montrent les statistiques publiées vendredi par Eurostat.

Le solde de la balance commerciale en données brutes est revenu à 194,2 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année contre 234,9 milliards en 2017, soit une baisse de 17,3%.

Les importations des 19 pays ayant opté pour la monnaie unique ont augmenté de 6,2% alors que leurs exportations progressaient de 3,7% seulement sur l’année.

Pour le seul mois de décembre, l’excédent commercial de la zone euro ressort à 17 milliards d’euros, contre 24,5 milliards en décembre 2017. En données corrigées des variations saisonnières (CVS), il revient à 15,6 milliards d’euros en décembre, un montant quasi inchangé par rapport à novembre (15,8 milliards).

Eurostat n’a pas publié le détail par secteur de la balance commerciale de la zone euro mais précise que l’Union européenne dans son ensemble accuse pour 2018 un déficit de ses échanges d’énergie en hausse à 298,5 milliards d’euros, après 234,8 milliards un an plus tôt.

Tableau

* LA CROISSANCE AU 4E TRIMESTRE CONFIRMÉE À +0,2%

14 février - L’économie de la zone euro a connu au quatrième trimestre 2018, comme au troisième, une croissance de 0,2%, au plus bas depuis quatre ans, a annoncé jeudi Eurostat, l’institut de la statistique de l’Union européenne, confirmant ses précédentes estimations.

En rythme annuel, la croissance du produit intérieur brut (PIB) des 19 pays ayant adopté la monnaie unique a ralenti à 1,2% sur la période octobre-décembre, une donnée qui elle aussi confirme la première estimation préliminaire publiée en janvier, contre un rythme de croissance de 1,6% au troisième trimestre.

La croissance de l’Union européenne à 28 est ressortie à 0,2% également d’un trimestre sur l’autre et à 1,4% sur un an.

Ces chiffres restent sujets à révision.

Dans un communiqué distinct, Eurostat a aussi confirmé ses estimations de croissance de l’emploi dans la zone euro.

Le nombre de personnes employées en zone euro a augmenté de 0,3% d’un trimestre sur l’autre et de 1,2% sur un an, comme prévu, contre des taux de croissance de 0,2% et 1,3% respectivement au troisième trimestre.

Tableaux

* LA PRODUCTION INDUSTRIELLE A ENCORE BAISSÉ EN DÉCEMBRE

13 février - La production industrielle a baissé de 0,9% en décembre, plus que prévu, sous l’effet notamment d’un recul des biens d’investissement, montrent les données publiées mercredi par Eurostat.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse de 0,4% après celle de 1,7% en novembre.

Sur un an, la chute atteint 4,2% alors que le consensus était à -3,2%.

La production de biens d’investissement, comme les machines-outils, a reculé de 1,5% en décembre par rapport à novembre et elle a chuté de 5,5% sur un an, une baisse qui s’accélère après celle de 4,4% en novembre.

La production de biens de consommation non durables a aussi diminué de 1,5% d’un mois sur l’autre alors qu’elle est restée stable pour les biens intermédiaires et a augmenté de 0,7% pour les biens de consommation durables, selon Eurostat.

La production d’énergie a baissé de 0,4%.

La baisse de la production industrielle et de la production de biens d’équipement confirme la tendance au ralentissement de la croissance dans la zone euro, que la Commission européenne prévoit à 1,3% cette année après 1,9% en 2018.

Tableau

* BAISSE DE 0,8% DES PRIX À LA PRODUCTION EN DÉCEMBRE

4 février - Les prix à la production dans la zone euro ont baissé plus qu’attendu en décembre avec le recul des prix de l’énergie, montrent les statistiques publiées lundi par Eurostat.

Par rapport à novembre, leur baisse a atteint 0,8% et elle ressort à 3,0% par rapport à décembre 2017.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse de 0,6% d’un mois sur l’autre et de 3,2% en rythme annuel.

Les prix de l’énergie ont baissé de 2,6% en décembre, ramenant leur progression en rythme annuel à 7,7%.

L’indice des prix à la production hors énergie affiche un recul de 0,1% sur un mois et une hausse de 1,3% sur un an.

Tableau

* LE MORAL DES INVESTISSEURS SE DÉGRADE ENCORE

4 février - Le moral des investisseurs dans la zone euro est tombé à son plus bas niveau depuis plus de quatre ans, en grande partie en raison des inquiétudes liées à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, montre lundi l’enquête mensuelle de l’institut Sentix.

Son indice a reculé à -3,7 pour février après -1,5 en janvier, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une légère remontée à -0,6.

En baisse pour le sixième mois consécutif, il revient ainsi à son plus bas niveau depuis novembre 2014.

Le sous-indice du jugement sur la situation actuelle est lui aussi en recul pour le sixième mois d’affilée, au plus bas depuis décembre 2016.

L’enquête a été menée entre le 31 janvier et le 2 février auprès de 1.004 investisseurs.

* NOUVEAU TASSEMENT DE L’INFLATION AVEC L’ÉNERGIE

1er février (Reuters) - L’inflation dans la zone euro a ralenti comme attendu pour un troisième mois consécutif en janvier avec la hausse moins prononcée des prix de l’énergie mais l’inflation sous-jacente a légèrement progressé.

Selon Eurostat, les prix dans les 19 pays ayant adopté l’euro ont progressé de 1,4% sur un an le mois dernier, conformément aux attentes des économistes interrogés par Reuters. En décembre, l’inflation en zone euro était ressortie à 1,6%.

L’inflation sous-jacente, surveillée de près par la BCE car elle exclut les évolutions volatiles des prix de l’énergie et de l’alimentaire, a progressé à 1,2% en janvier, au-delà des attentes qui tablaient sur un taux stable à 1,1%.

Le ralentissement général de l’inflation est principalement lié à l’atténuation de l’impact de la hausse des prix de l’énergie: ceux-ci n’ont progressé que de 2,6% sur un an en janvier, contre +5,4% en décembre. (Précisions:)

Tableau

Les indicateurs économiques publiés en janvier (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below