February 14, 2019 / 3:23 PM / 3 months ago

LEAD 1-USA-Un ralentissement qui favorise la "patience" de la Fed

* Ventes au détail -1,2% en décembre

* Ventes au détail “core” -1,7%

* Hausse de 4.000 des inscriptions au chômage

* Prix producteurs -0,1% en janvier

* (Actualisé avec précisions et contexte)

par Lucia Mutikani

WASHINGTON, 14 février (Reuters) - Les ventes au détail ont subi en décembre aux Etats-Unis leur plus forte baisse depuis plus de neuf ans, ce qui paraît confirmer un net ralentissement de l’économie à la fin de l’année dernière et justifier la prudence de la Réserve fédérale dans la conduite de sa politique monétaire.

Une autre statistique est venue assombrir un peu plus le tableau: les inscriptions au chômage ont augmenté de façon inattendue la semaine dernière, entraînant la moyenne mobile sur quatre semaines à un pic d’un an, ce qui semble annoncer un tassement de la croissance du marché du travail.

Enfin, l’économie américaine n’est guère créatrice d’inflation avec une baisse des prix à la production en janvier comme en décembre.

Une inflation discrète et un tassement de la demande intérieure ne peuvent qu’aider la Réserve fédérale à continuer de se montrer “patiente” avant de poursuivre la normalisation de sa politique monétaire.

“On peut penser que le mot ‘patience’ figurera un bon moment dans le jargon de la Fed”, observe Jennifer Lee, économiste de BMO Capital Markets à Toronto.

Une quatrième statistique également publiée jeudi a enfin montré que les stocks des entreprises, qui ont subi en novembre leur baisse la plus prononcée depuis huit mois, ont pu également freiner la croissance économique au dernier trimestre de 2018

Le département américain du Commerce a annoncé que les ventes au détail avaient diminué de 1,2% en décembre, leur recul le plus prononcé depuis septembre 2009, époque où l’économie américaine sortait à peine de la récession. Les données de novembre ont en outre été légèrement révisées à la baisse, à une hausse de 0,1% et non plus de 0,2%.

Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,2% des ventes de détail en décembre. Sur un an, ces ventes ont augmenté de 2,3%.

La publication de cette statistique a été reportée en raison du blocage partiel (“shutdown”) des administrations fédérales 35 jours durant jusqu’au 25 janvier dernier. Aucune date de publication n’a été donnée pour la parution des ventes au détail de janvier, qui était prévue vendredi.

Le tassement des ventes au détail est intervenu à un moment où la Bourse dévissait et où la confiance du consommateur était bien altérée. Le shutdown prolongé a pu aussi entraver les ventes au détail.

En excluant l’automobile, l’essence, les matériaux de construction et les services alimentaires, les ventes au détail ont reculé de 1,7% en décembre et la variation de novembre a été revue à +1,0% contre +0,9%. Cet indicateur “de base” (core) se rapproche de la composante des dépenses de consommation du produit intérieur brut (PIB).

La statistique des ventes au détail de décembre suggère que les dépenses des ménages ont fléchi lors du quatrième trimestre 2018. Ces dernières, qui représentent les deux tiers du PIB, ont progressé de 3,5% en rythme annualisé au troisième trimestre.

La croissance du PIB des Etats-Unis du quatrième trimestre est estimée autour de 2,7%, après les 3,4% enregistrés le trimestre précédent.

Les Treasuries ont monté après la parution de ces statistiques tandis que le dollar tombait à un plus bas de séance face à un panier de devises de référence et que les futures sur indices de Wall Street réduisaient leurs gains.

FAIBLESSE GÉNÉRALISÉE

Les ventes en ligne ont chuté de 3,9% en décembre, leur plus forte baisse depuis novembre 2008, après une hausse de 2,8% en novembre. Les recettes des stations-services ont plongé de 5,1%, leur plus forte baisse en pourcentage depuis février 2016, en raison de la baisse des prix de l’essence.

Les ventes des magasins d’articles de confection et de mobilier ont aussi diminué tandis que le chiffre d’affaires des restaurants et des bars a baissé de 0,7% et que les dépenses de loisirs ont chuté de 4,9%, un recul d’une ampleur inédite depuis septembre 2008.

En revanche, les ventes des concessionnaires automobiles ont progressé de 1,0% en décembre, après déjà une hausse de 0,7% le mois précédent, et les ventes des magasins de bricolage ont augmenté de 0,3%.

Les perspectives des dépenses des ménages, qui reposaient sur un marché du travail très dynamique et sur une essence moins chère, n’ont rien d’encourageant. Un rapport publié cette semaine par la Réserve fédérale de New York montre que la dette globale des Américains a atteint un record de 13.500 milliards de dollars au quatrième trimestre 2018.

Le département du Travail a annoncé de son côté que le nombre des inscriptions au chômage avait augmenté de 4.000 à 239.000 dans la semaine au 9 février. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient 225.000 inscriptions.

Ces inscriptions étaient au nombre de 253.000 dans la semaine au 26 janvier, proches d’un plus haut d’un an et demi, et la hausse inattendue de la semaine dernière donne l’image d’un certain reflux du marché du travail.

La moyenne mobile sur quatre semaines, considérée comme un meilleur indicateur des tendances du marché de l’emploi en lissant des chiffres hebdomadaires instables, a augmenté de 6.750 à 231.750 la semaine dernière, au plus haut depuis janvier 2018.

Le département du Travail a enfin fait savoir que les prix à la production avaient baissé de 0,1% en janvier comme en décembre, dans le sillage des prix alimentaires et énergétiques.

Sur 12 mois à fin janvier, leur hausse est de 2,0%, la plus faible depuis juillet 2017, après +2,5% en décembre. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse mensuelle de 0,1% et annuelle de 2,1% en janvier.

Le département du Travail avait annoncé mercredi que les prix de détail n’avaient pas varié en janvier, pour le troisième mois consécutif. (Lucia Mutikani, Blandine Hénault et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below