February 14, 2019 / 6:02 AM / a month ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 06H00 GMT (14/02)

FRANCE : JUPPÉ NOMMÉ AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL

PARIS - Alain Juppé va être nommé au Conseil constitutionnel sur proposition du président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, un choix qui signe la fin de la carrière politique de l’ex-Premier ministre et bientôt ex-maire de Bordeaux.

Emmanuel Macron a pour sa part proposé mercredi la nomination de son ancien ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, et le président du Sénat, Gérard Larcher, celle du sénateur du Cher François Pillet.

Les trois institutions en ont fait l’annonce dans des communiqués distincts.

Ces trois nominations doivent encore être entérinées par les commissions des lois de l’Assemblée et du Sénat. Une fois cet obstacle franchi, les trois nouveaux conseillers siègeront pour neuf ans aux côtés des six autres membres nommés et de Valéry Giscard d’Estaing, membre de droit en sa qualité d’ex-président.

Au Conseil constitutionnel, Alain Juppé, âgé de 73 ans, remplacera formellement celui qui lui a succédé à Matignon voilà plus de 20 ans, Lionel Jospin, fait “sage” en 2014.

—-

PHILIPPE VIVEMENT INTERPELLÉ LORS D’UN DÉBAT TÉLÉVISÉ

PARIS - Edouard Philippe a été interpellé, parfois avec véhémence, mercredi soir lors d’un échange télévisé avec dix Français sur fond de “grand débat national” organisé en réponse à la crise des “Gilets jaunes”.

Pendant plus de deux heures, le Premier ministre s’est plié au jeu des questions-réponses lors de l’émission “La grande explication” (RTL-LCI-Le Figaro) avec une retraitée, un chef d’entreprise, un restaurateur ou encore un étudiant, dont certains n’ont pas mâché leurs mots.

“Je m’étais dit ‘je viens voir le Premier ministre, je rentre chez moi avec son scalp ce soir’, je vous le dis clairement”, a lancé un restaurateur des Hauts-de-Seine de 33 ans, coupant à plusieurs reprises la parole à Edouard Philippe.

Sur la question du pouvoir d’achat, au coeur des revendications des manifestants ces derniers mois, une des figures des “Gilets jaunes”, Ingrid Levavasseur, a quant à elle appelé le Premier ministre à “redescendre sur terre”.

“Je reconnais, vous et moi aujourd’hui, on n’a pas la même vie, c’est un fait”, a répliqué Edouard Philippe. “J’ai fait systématiquement ce que je croyais être utile.”

“La France est confrontée à des problèmes qui sont compliqués (...) notamment parce que tout le monde n’est pas d’accord sur ce qu’il faut faire pour les résoudre”, a-t-il ajouté.

—-

LE BOXEUR “GILET JAUNE” CONDAMNÉ À UN AN DE PRISON FERME

PARIS - Le tribunal correctionnel de Paris a condamné mercredi l’ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger à deux ans et demi de prison, dont 18 mois avec sursis et mise à l’épreuve, pour s’en être pris le 5 janvier à deux gendarmes en marge d’une manifestation des “Gilets jaunes” à Paris.

La peine d’un an ferme pourra être aménagée sous le régime de la semi-liberté.

Le ministère public avait requis trois ans de prison dont un avec sursis et mise à l’épreuve.

Cet homme de 37 ans, ancien champion de France lourd-léger (2007-2008), était jugé pour violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique ayant notamment entraîné une incapacité temporaire de travail supérieure à huit jours.

Il a déjà passé plus d’un mois en détention provisoire.

—-

BREXIT-NOUVELLE PASSE D’ARMES AU PARLEMENT BRITANNIQUE

LONDRES - Le gouvernement de Theresa May va soumettre jeudi au vote des députés britanniques une motion par laquelle ceux-ci reconnaissent qu’il faut plus de temps à la Première ministre pour renégocier avec l’Union européenne un accord de Brexit acceptable par le Parlement.

Les débats parlementaires devraient donner lieu à une nouvelle passe d’armes entre “Brexiters” et partisans d’un maintien dans l’UE, sur fond d’exaspération croissante des députés face à la stratégie illisible de Theresa May.

Le négociateur en chef britannique, Olly Robbins, a ajouté à la confusion en déclarant lundi soir au bar d’un hôtel de Bruxelles que la seule alternative à l’accord de Brexit actuellement sur la table - que Bruxelles exclut de renégocier - était d’accepter un report significatif du Brexit.

Cette position contredit celle du gouvernement, qui assure que le divorce avec l’UE aura lieu comme prévu le 29 mars prochain à 23h00 GMT, avec ou sans accord. Theresa May l’a répété mercredi devant le Parlement, tout en insistant sur le fait qu’elle “souhaite partir avec un accord”.

—-

UE-ACCORD ENTRE PAYS ET PARLEMENTAIRES SUR LE COPYRIGHT

BRUXELLES - Les pays et parlementaires de l’Union européenne (UE) ainsi que la Commission européenne ont convenu mercredi de réformer le droit de la propriété intellectuelle afin d’assurer un équilibre entre les géants de l’internet et, en face d’eux, les éditeurs, médias et artistes.

Cet accord permettra à l’Europe de jouir d’un “droit de la propriété intellectuelle moderne, adapté à l’âge numérique, avec de réels avantages pour tout un chacun: des droits garantis pour l’usager, une rémunération juste des créateurs, clarté des règles pour les plate-formes (en ligne)”, a déclaré Andrus Ansip, responsable du numérique auprès de l’UE.

La Commission européenne avait ouvert le dossier voici deux ans, estimant que le droit en vigueur avait besoin d’être dépoussiéré afin de mieux protéger l’héritage culturel européen et d’assurer au secteur de la création une juste rémunération.

La question a opposé d’un côté les géants de l’internet que sont Google, Facebook, Microsoft, Mozilla, d’autres sociétés high tech et même l’encyclopédie en ligne Wikipedia et de l’autre les éditeurs et les créateurs de contenus.

—-

NÉGOCIATIONS USA-CHINE

TRUMP POURRAIT REPOUSSER DE 60 JOURS SON ULTIMATUM-BLOOMBERG

TOKYO - Donald Trump envisage de repousser de 60 jours l’ultimatum fixé à la Chine pour la conclusion d’un accord commercial, rapporte jeudi Bloomberg, sans préciser ses sources.

Le président des Etats-Unis a déclaré mardi qu’il pourrait repousser “un petit peu” l’échéance fixée au 1er mars pour les discussions commerciales avec Pékin, même s’il préférerait ne pas le faire.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et le représentant au Commerce, Robert Lighthizer, participent jeudi et vendredi à Pékin à des discussions avec le vice-Premier ministre chinois Liu He, principal conseiller économique du président Xi Jinping.

—-

LE CONGRÈS US EXAMINE LE COMPROMIS SUR LE FINANCEMENT DU MUR

WASHINGTON - Le Congrès américain doit examiner dans l’urgence un accord bipartisan destiné à financer en partie le mur que Donald Trump entend ériger à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, avec l’espoir d’éviter un nouveau blocage (“shutdown”) d’une partie de l’administration fédérale.

La Chambre des représentants à majorité démocrate et le Sénat à majorité républicaine ont jusqu’à vendredi soir pour approuver ce texte de compromis.

Donald Trump, qui a accepté de suspendre jusqu’au 15 février le gel des crédits de fonctionnement d’environ un quart des services publics du pays, doit ensuite le promulguer.

—-

AIRBUS MET FIN À SON PROGRAMME DE TRÈS GROS PORTEUR A380

PARIS - Airbus a annoncé jeudi qu’il mettait un terme à son programme de très gros porteur A380, qui n’a jamais remporté le succès escompté et dont le dernier exemplaire sera ainsi livré en 2021.

Le constructeur a annoncé avoir conclu un accord avec la compagnie Emirates, l’un des principaux clients pour ce programme, qui va réduire son carnet de commandes de 39 A380 et commander en échange 40 long-courriers A330neo et 30 A350.

“La conséquence de cette décision est que notre carnet de commandes n’est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l’A380 (...) Cela mettra un terme aux livraisons d’A380 en 2021”, a déclaré Tom Enders, président exécutif d’Airbus, dans un communiqué.

“Les conséquences de cette décision sont en grande partie intégrées dans nos résultats financiers 2018”, ajoute-t-il.

L’Airbus A380, l’avion de ligne le plus gros du monde, est entré en exploitation il y a 12 ans.

—-

MACRON ANNONCE UN PLAN À €700 MILLIONS POUR LES BATTERIES

PARIS - Emmanuel Macron a annoncé mercredi que l’Etat soutiendrait des projets de développement de batteries à hauteur de 700 millions d’euros, avec des mesures pour conforter l’essor du véhicule électrique, et a invité les industriels européens à collaborer dans les véhicules autonomes.

Ces 700 millions d’euros, prévus pour être déboursés sur cinq ans, doivent contribuer à l’émergence d’une filière européenne de batteries capable de rivaliser avec les constructeurs chinois et coréens notamment.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below