February 9, 2019 / 4:38 PM / 4 months ago

La direction de la Banque d'Italie dans le viseur de Salvini et Di Maio

VICENCE, Italie, 9 février (Reuters) - Matteo Salvini et Luigi Di Maio se sont engagés samedi à remplacer les principaux dirigeants de la Banque centrale d’Italie, qu’ils accusent d’avoir échoué à éviter des scandales bancaires dans lesquels des milliers d’Italiens ont perdu leur épargne.

“Les directions de la Banque d’Italie et de la Consob (ndlr, l’autorité de surveillance des marchés financiers) doivent être entièrement réinitialisées, et pas seulement une ou deux personnes”, a lancé Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite) et ministre de l’Intérieur.

“Nous sommes ici parce que ceux qui avaient la tâche de contrôler ne l’ont pas fait”, a-t-il ajouté lors d’une réunion d’anciens clients des banques des banques Popolare di Vicenza et Veneto Banca, liquidées en 2017.

L’autre co-vice-président du Conseil, et dirigeant du Mouvement 5 Etoiles, Luigi Di Maio, participait également à ce rassemblement à Vicence, en Vénétie.

Le premier dirigeant de la Banque d’Italie qui pourrait être concerné est Luigi Signorini, dont le mandat au sein du conseil supérieur expire ce mois-ci. Deux autres membres du conseil, dont le gouverneur adjoint Salvatore Rossi, pourraient suivre au mois de mai.

Une porte-parole de la banque centrale, contactée par l’agence Reuters, n’a pas voulu commenter ces propos.

Le mandat du gouverneur de la Banque d’Italie, Ignazio Visco, a été renouvelé en 2017, avant l’arrivée au pouvoir de la coalition Ligue-Mouvement 5 Etoiles avec laquelle il entretient des relations teintées de méfiance sans pour autant critiquer ouvertement sa politique.

Il a toutefois mis en garde contre les conséquences que le budget expansionniste voté pour cette année pourraient avoir sur le service de la dette italienne, et a réduit le mois dernier ses prévisions de croissance du PIB italien à 0,6% pour 2019, quand le gouvernement table lui sur une progression de 1,0%.

Le gouvernement a débloqué 1,5 milliard d’euros pour financer des mesures d’indemnisation des petits épargnants frappés par les liquidations bancaires et a promis de créer une commission d’enquête parlementaire pour mettre au jour les responsabilités. (Riccardo Bastianello Henri-Pierre André pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below