January 28, 2019 / 12:27 PM / 2 months ago

GRAPHES-Les marchés émergents annonciateurs d'un "bull market"

* Les émergents devancent historiquement l’évolution du MSCI Monde

* En hausse après avoir été précurseurs de la correction en 2018

* Chine, Turquie et Argentine ont les variations les plus fortes

* La Turquie vient de passer en bull market, le Brésil +40%

par Marc Jones

LONDRES, 28 janvier (Reuters) - Annonciateurs de l’un des marchés baissiers les plus étendus de l’histoire boursière il y a tout juste un an, les marchés émergents mènent désormais la charge en sens inverse.

Malgré quelques nuances, un schéma observable depuis des décennies se répète encore.

Pendant la crise financière mondiale, les marchés actions émergents ont atteint un niveau de baisse de 20% par rapport à leur plus haut des 12 derniers mois - la définition d’un “bear market” ou marché baissier - trois semaines avant les indices mondiaux et ils ont amorcé le rebond quatre mois avant.

Cela s’est aussi observé en 2016 et lors de l’éclatement de la bulle internet en 2000. A l’époque, les marchés émergents ont commencé à baisser trois semaines plus tôt, sont tombés en territoire baissier beaucoup plus vite et ont touché le fond 11 mois avant le MSCI Monde.

“Il y a davantage de volatilité et une base d’investisseurs plus en mouvement sur les marchés émergents”, explique Kiran Nandra-Koehrer, chez Pictet Asset Management à Londres. “Si bien que lorsque la peur tend à s’emparer du marché, il peut se présenter des opportunités d’achat vraiment intéressantes.”

La correction de l’année dernière a vu les indices émergents et mondiaux commencer à glisser à quelques heures d’intervalle, mais des schémas devenus familiers ont pu être observés.

La forte baisse de la Bourse chinoise et celle encore plus marquée de la Turquie ont fait plonger le MSCI EM en “bear market” dès septembre, alors que l’indice mondial a résisté jusqu’à Noël.

Sous l’impulsion des valeurs technologiques, les indices américains S&P 500 et Nasdaq ont enchaîné des sommets jusqu’à la fin septembre et dans les premiers jours d’octobre. A ce stade, la Chine était en baisse de 30%, les marchés émergents dans l’ensemble reculaient de 23% et la Turquie comme l’Argentine étaient déjà sur des plus bas.

Mais les marchés émergents ont aussi mené le rebond. Le MSCI EM a commencé à remonter dès la fin octobre, deux mois avant le MSCI Monde.

D’après les enquêtes de Bank of America Merrill Lynch, les fonds d’actions EM ont enregistré des entrées nettes d’argent frais sur les 15 dernières semaines et leur indice affiche une hausse de 7% depuis le début du mois, soit autant que ce qu’il avait gagné en janvier 2018 avant de corriger brutalement.

“On constate un intérêt accru dans les actifs émergents depuis quelques mois”, confirme Andrew Milligan, responsable de la stratégie mondiale chez Aberdeen Standard Investments.

Une autre symétrie étonnante est que pratiquement jour pour jour après la première attaque des “bears”, la Bourse turque a bouclé la boucle et atteint le niveau de “bull market” - soit une remontée de 20% par rapport à ses plus bas.

Mais plus que la Turquie, c’est le Brésil qui avait donné le ton. Alors en baisse de 20% sur ses plus hauts, son indice boursier Bovespa a commencé à rebondir en juin et se trouvait déjà en “bull market” quand le candidat libéral et d’extrême-droite Jair Bolsonaro a remporté le premier tour de l’élection présidentielle début octobre. Les actions brésiliennes affichent à présent une hausse de 40% par rapport à leurs plus bas et sont à des niveaux jamais atteints.

Sunil Krishnan, responsable des fonds multi-actifs chez Aviva Investors, a commencé à acheter des actifs émergents en novembre.

“Si on a raison en pensant que la situation macro américaine reste correcte, qu’il y a de l’espace pour une amélioration du dialogue USA-Chine au moins dans certains domaines et que les autorités chinoises seront plus agressives dans leurs mesures de soutien à l’économie (...) alors ce devrait être une année constructive pour les marchés émergents”, dit-il.

Graphique interactif des "bear markets" : tmsnrt.rs/2QCzyvm

Véronique Tison pour le service français, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below