September 13, 2018 / 4:21 PM / 7 days ago

LEAD 1-Le dir commercial d'Airbus remplacé au pied levé par le pdt d'ATR

(Actualisé avec précisions, contexte)

par Tim Hepher

PARIS, 13 septembre (Reuters) - Airbus a changé jeudi de directeur commercial pour la deuxième fois en moins d’un an, à la suite de la démission d’Eric Schulz, recruté neuf mois plus tôt chez Rolls-Royce afin de livrer bataille face à son grand rival américain Boeing < BA.N>.

Eric Schulz est remplacé avec effet immédiat par Christian Scherer, actuellement à la tête d’ATR, un ancien vétéran d’Airbus qui n’avait pas été retenu pour ce même poste en novembre dernier.

Reuters avait annoncé auparavant le départ d’Eric Schulz, attribué par Airbus à des “raisons personnelles”.

Christian Scherer dirigeait depuis octobre 2016 ATR, un constructeur d’avions à turbopropulseurs détenu à parité par Airbus et l’italien Leonardo. Le nom de son successeur sera annoncé dans les prochains jours, a dit ATR.

Recruté chez le motoriste britannique Rolls-Royce, Eric Schulz avait pris ses fonctions le 25 janvier dernier, succédant à John Leahy, entré il y a plus de 30 ans chez Airbus et qui a largement contribué au succès commercial du constructeur européen.

Cette démission intervient dans un contexte de ralentissement des ventes d’Airbus, confronté par ailleurs à des problèmes de fiabilité sur les moteurs de certains appareils, qui auraient suscité l’impatience d’Eric Schulz, selon des sources industrielles.

Ce dernier avait été recruté à l’extérieur afin d’injecter du sang neuf dans le groupe, alors englué dans des enquêtes sur des soupçons de corruption en France et au Royaume-Uni, qui ont déclenché une vaste enquête interne et une série de départs.

Certains voyaient en Eric Schulz un potentiel remplaçant de l’actuel président d’Airbus, Tom Enders, dont le mandat expire l’année prochaine.

Selon plusieurs sources, une guerre larvée s’était engagée entre Eric Schulz et Guillaume Faury, à la tête de la division avions commerciaux du groupe et perçu comme le candidat interne naturel pour succéder à Tom Enders.

“Je pense que Schulz a compris dans quel sens le vent tournait”, a observé une source proche du dossier.

Une autre source admet les tensions entre les deux hommes mais dément qu’elles soient à l’origine de ce départ.

Le titre Airbus a terminé en baisse de près de 1%, passant immédiatement dans le rouge après l’annonce de ce départ.

Tim Hepher, version française Jean-Michel Bélot, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below