September 11, 2018 / 10:54 AM / 2 months ago

BOURSE-Aryzta s'envole après un accord avec les banques sur son capital

11 septembre (Reuters) - Le titre Aryzta gagnait près de 13% mardi en fin de matinée après que le groupe helvético-irlandais, l’un des premiers acteurs mondiaux de la boulangerie surgelée, a annoncé un accord de souscription avec cinq banques, ce qui ouvre la voie à un renforcement de son bilan via une levée de capitaux de 800 millions d’euros.

L’entreprise, qui a perdu un milliard d’euros en 2017 en raison notamment d’une frénésie d’acquisitions qui a mal tourné, entend également toujours céder pour 450 millions d’euros d’actifs, dont près de la moitié du capital de la marque de surgelés française Picard.

Aryzta, qui fournit le pain des hamburgers à McDonald’s et qui fabrique les biscuits Otis Spunkmeyer, avait annoncé le mois dernier son intention de lever 800 millions d’euros, en vue de faire baisser une dette qui était de 1,6 milliard d’euros à fin janvier, soit près de quatre fois l’excédent brut d’exploitation du groupe.

Vers 10h50 GMT, l’action Aryzta prend 12,71% à 9,81 francs suisses, faisant nettement mieux qu’un indice SMI de la Bourse de Zurich en léger repli (0,11%).

Ce bond ramène à moins de 75% le recul de la valeur depuis le début de l’année, dont la capitalisation boursière, désormais d’un peu plus de 800 millions de francs (708 millions d’euros), a été divisée par près de huit en près de quatre ans.

Le groupe, dont les difficultés ont notamment été le fait d’une hausse des coûts en Amérique du Nord, de problèmes avec des travailleurs sans papiers dans un site aux Etats-Unis, d’une augmentation du prix de beurre et d’un tassement de la demande dans certains pays européens, a également fait état d’un accord avec une majorité de ses créanciers pour une modification de ses conditions de prêts en cours.

Le ratio dette nette sur EBE a ainsi été relevé de 4,0 à 5,75 pour les termes janvier 2019 et de 3,5 à 5,25 pour juillet 2019.

Selon Andreas von Arx, analyste chez Baader Helvea, l’accord avec les banques et les créanciers “montre qu’Aryzta fait un pas vers l’augmentation de capital” et “donne de la flexibilité pour mettre en oeuvre les mesures de redressement” de l’entreprise.

Mais il ne modifie pas pour autant sa recommandation, qui reste à “conserver” étant donné que, selon lui, Aryzta a échoué de manière répétée par le passé à tenir ses engagements en matière de cessions d’actifs et de stabilisation de résultats. (John Miller, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below