August 14, 2018 / 10:32 AM / 3 months ago

Erdogan appelle au boycott des produits électroniques américains

ISTANBUL, 14 août (Reuters) - Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mardi que la Turquie allait boycotter les produits électroniques américains, une mesure de rétorsion dans le contentieux qui oppose son pays aux Etats-Unis.

Les tensions actuelles entre Washington et Ankara ont provoqué une chute de la livre turque qui a perdu plus de 40% de sa valeur depuis le début de l’année et a atteint un plus bas historique face au dollar à 7,24 lundi après l’annonce par Donald Trump de tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium turcs.

Pour la seule journée de vendredi, la livre a cédé 18% face au billet vert avant de reprendre des couleurs mardi en début de journée où elle s’échangeait 6,53 pour un dollar.

Erdogan, qui affirme que son pays est la cible d’une guerre économique, a appelé ses concitoyens à soutenir la monnaie nationale tout en affirmant avoir pris les mesures nécessaires pour soutenir l’économie turque.

“Ensemble avec notre peuple, nous allons résister contre le dollar, les prix sur les marchés des changes, l’inflation et les taux d’intérêt. Nous protégerons notre indépendance économique en étant soudés”, a-t-il déclaré lors d’un discours devant les membres de son parti, l’AKP.

“Nous allons imposer un boycott sur les produits électroniques américains. S’ils ont des iPhones, il existe Samsung de l’autre côté, et nous avons nos propres Vestel ici”, a-t-il dit en référence à la société électronique turque dont l’action a gagné 5%.

Washington a instauré des sanctions financières contre les ministres turcs de la Justice et de l’Intérieur en raison de leur implication dans l’arrestation et l’emprisonnement du pasteur Andrew Brunson, accusé par Ankara de terrorisme. L’administration Trump a également décidé de taxer les importations de métaux en provenance de la Turquie.

Erdogan a annoncé que son gouvernement allait prendre de nouvelles mesures incitatives pour les entreprises qui envisagent d’investir en Turquie et les a appelées à ne pas se laisser dissuader par l’incertitude économique.

“Si nous retardons nos investissements, si nous convertissons notre monnaie sur les marchés des changes parce qu’il y a un danger, alors nous cédons à l’ennemi”, a poursuivi Erdogan.

Si la livre connaissait un répit mardi sur les marchés des changes, les investisseurs estiment que les dispositions prises par la banque centrale turque pour éviter une pénurie de liquidités n’a pas résolu le problème structurel de la faiblesse de la monnaie turque.

“Ce qui est nécessaire est une politique monétaire stricte, une politique budgétaire stricte (...) car sans cela les promesses de rétablissement de la situation ne seront pas crédibles”, a commenté Craig Botham, économiste spécialiste des marchés émergents chez Schroders. (Ece Toksabay et Ezgi Erkoyun; Pierre Sérisier pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below