August 13, 2018 / 8:01 AM / a month ago

BOURSE-Bayer chute lourdement après le jugement Monsanto (actualisé)

(Actualisé avec précisions, commentaire d’analyste, contexte)

FRANCFORT, 13 août (Reuters) - L’action Bayer a perdu jusqu’à 14% lundi en Bourse de Francfort après la décision d’un jury américain condamnant Monsanto, que le groupe allemand vient de racheter, à payer 289 millions de dollars (253 millions d’euros) d’indemnités à un jardinier victime d’un cancer après avoir utilisé du Roundup, l’herbicide vedette de la marque.

Le titre du groupe allemand d’agrochimie cédait 11,1% à 83,00 euros à 14h30 GMT, la plus forte baisse de l’indice européen Stoxx 600, alors en repli de 0,14%.

Au plus bas du jour, à 80,37 euros, un niveau auquel il n’était pas tombé depuis 2013, Bayer a effacé plus de 12 milliards d’euros de capitalisation boursière.

Bayer a mis 63 milliards de dollars sur la table pour prendre le contrôle de Monsanto, une opération qui attend encore le feu vert de certaines autorités antitrust concernées.

Le groupe américain a annoncé dès vendredi son intention de faire appel du jugement rendu par le jury californien dans le procès intenté par Dewayne Johnson, atteint d’un lymphome non-hodgkinien, un cancer du système lymphatique, en phase terminale.

Plus de 5.000 autres plaintes mettant en cause le glyphosate, composant de base du Roundup, sont en cours d’instruction rien qu’aux Etats-Unis.

Bayer estime que le jugement de vendredi “est en contradiction avec le poids des preuves scientifiques, des décennies d’expérience dans le monde réel et les conclusions des autorités réglementaires du monde entier confirmant que le glyphosate est sans danger et ne provoque aucun lymphome non-hodgkinien”.

L’Agence internationale de recherche sur le cancer (IARC), qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé, classe le glyphosate comme “cancérogène probable pour l’être humain”, ce qui n’est pas le cas de l’EPA, l’Agence fédérale de protection de l’environnement américaine.

Pour les analystes financiers de Barclays, Bayer doit se préparer à affronter “un casse-tête judiciaire”.

“Si un appel est assuré et peut de fait conduire au minimum à une réduction de la sanction financière, sinon à son annulation pure et simple, il est probable que le nombre déjà grand de cas similaires va se multiplier”, expliquent-ils.

Pour Alistair Campbell, analyste de Berenberg, le dossier du glyphosate pourrait coûter cinq milliards de dollars à Bayer si l’on se fonde sur les coûts de scandales de santé antérieurs, comme celui de l’anticholestérol Baycol. (Ludwig Burger, Wilfrid Exbrayat et Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below