July 31, 2018 / 10:33 AM / 3 months ago

Autolib' prend fin dans l'acrimonie mais les nouveaux acteurs abondent

(.)

* Bolloré pourrait réclamer jusqu’à 250 millions d’euros

* Des solutions fleurissent, sans stations fixes

* Une vingtaine de communes veulent garder Autolib’

par Samuel Kahn

PARIS, 31 juillet (Reuters) - Le service d’autopartage Autolib’ prend fin ce mardi soir sur fond de tensions financières avec les communes dans lesquelles il était implanté, laissant le champ libre à de nouveaux acteurs accueillis à bras ouverts par la mairie de Paris.

Le Syndicat Autolib’ Vélib’ métropole (SAVM) a voté en juin la résiliation du contrat qui le liait avec le groupe Bolloré , après que ce dernier lui a demandé d’éponger son déficit à hauteur de 233 millions d’euros.

Aujourd’hui, Bolloré, qui bénéficiait d’une délégation de service public depuis 2011, faisant de Paris une ville pionnière en la matière, estime à environ 250 millions d’euros la somme qu’il pourrait réclamer au SAVM à titre d’indemnisation pour l’arrêt du service.

Une demande inacceptable pour le syndicat.

“Nous ne voulons pas payer les sommes astronomiques qui sont demandées par le groupe Bolloré”, a déclaré à Reuters Catherine Baratti-Elbaz, maire (PS) du 12e arrondissement de Paris et présidente du SAVM, jointe par téléphone.

Elle accuse Bolloré de s’être servi de Paris comme d’une vitrine pour sa technologie, sans réelle volonté de pérenniser le service Autolib’.

“Est-ce qu’une fois qu’ils ont fait la démonstration que leur batterie pouvait fonctionner, ça les a intéressé de développer le service ?”, s’est-elle interrogée.

La directrice générale des applications mobilité du groupe Bolloré, Marie Bolloré, pointe, elle, la responsabilité du syndicat. “Les choses sont devenues très compliquées du fait de la volonté du syndicat d’étendre le périmètre du service”, a-t-elle déclaré dans un interview au Journal du dimanche.

“Nous avons signalé à plusieurs reprises que plus on s’éloignait de Paris, plus la perspective de rentabilité s’éloignait. Malgré cela, l’année dernière encore, alors que les pertes atteignaient déjà 180  millions d’euros, l’extension géographique s’est poursuivie”, a-t-elle expliqué.

NOUVELLES OPPORTUNITÉS

Catherine Baratti-Elbaz ne semble cependant pas regretter les petites voitures électriques qui faisaient partie du paysage parisien et vante les nouvelles solutions de mobilité partagée qui affluent désormais vers la capitale et qui ne seront pas dépendantes des stations de recharge.

“Pour l’usager, c’est une liberté, car il peut déposer sa voiture dans n’importe quelle place de stationnement, a-t-elle déclaré.

Renault, PSA, Drivy ou encore Zipcar, nombreuses sont les sociétés, grandes ou petites, qui ont vu leur appétit aiguisé par l’arrêt d’Autolib’.

“La sortie d’Autolib’ amène de nouvelles opportunités”, a déclaré à Reuters la directrice générale de Zipcar en France et en Belgique Kate Croisier. Elle ne pense cependant pas qu’un seul opérateur va pouvoir remplacer Autolib’.

En effet, le nombre de véhicules annoncé par les opérateurs est pour l’instant très éloigné de la flotte d’Autolib’, qui comptait près de 4.000 véhicules.

Cela a amené les maires d’une vingtaine de communes à demander le maintien du service, regrettant une décision unilatérale de Paris qui détient la majorité des voix dans le SAVM.

Parmi eux, le maire du Chesnay (Yvelines), Philippe Brillault, y voit une ingérence de la ville de Paris dans les affaires des communes périphériques. “Est-ce que c’est madame Hidalgo qui préside le syndicat ou est-ce que c’est la présidente actuelle?”, a-t-il déclaré à TV78 le 11 juillet.

“Les communes autour de Paris tiennent Paris pour responsable de beaucoup de choses”, tempère Catherine Baratti-Elbaz, qui affirme “défendre l’intérêt des contribuables de nos communes et pas simplement celui des abonnés et des usagers”.

Malgré les 5,7 millions de trajets effectués par 154.000 abonnés selon un rapport publié en 2016, Autolib’ n’a cessé d’accumuler les dettes depuis son lancement. (Edité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below