July 31, 2018 / 8:58 AM / 3 months ago

EDF n'exclut pas que l'Etat décide de revoir sa structure

PARIS, 31 juillet (Reuters) - L’Etat français pourrait à un moment donné revoir la structure d’EDF et le groupe travaillera avec lui le cas échéant, a déclaré mardi son PDG, Jean-Bernard Lévy.

Alors que le scénario d’une scission d’EDF entre activités nucléaires et renouvelables circule régulièrement depuis plusieurs mois, le dirigeant avait jusqu’à présent simplement déclaré que le groupe n’avait pas été “sollicité” par le gouvernement pour revoir l’organisation de ses activités.

“C’est le privilège de l’actionnaire majoritaire d’EDF, l’Etat Français, de regarder si la structure actuelle des actifs est optimisée afin de répondre aux attentes que l’Etat pourrait avoir au regard des missions d’EDF (...)”, a déclaré Jean-Bernard Lévy lors d’une conférence téléphonique avec les analystes.

“Quand l’Etat regardera ces objectifs, peut-être parmi d’autres incluant bien sûr la création de valeur, (il) aura peut-être à un moment donné des réflexions sur une restructuration potentielle. Mais, à ce stade, nous ne sommes pas au courant que l’Etat nous ait demandé de regarder quel que scénario spécifique que ce soit.”

“EDF travaillera bien sûr avec l’Etat (...) si cela arrive”, a également dit Jean-Bernard Lévy.

L’Etat détient 83,7% du capital d’EDF.

Le titre EDF avait bondi en Bourse le 21 juin sur fond de résurgence d’un scénario de scission du groupe entre activités nucléaires et renouvelables alimenté par des déclarations de Nicolas Hulot et des informations de presse.

L’hebdomadaire Challenges rapportait alors que l’Agence des participations de l’Etat (APE) planchait sur un schéma “techniquement prêt à la rentrée” consistant à scinder l’entreprise, avec une “sanctuarisation du nucléaire” et une cotation des énergies renouvelables.

Des sources au fait du dossier avaient par ailleurs déclaré à l’automne dernier que le ministère de l’Economie réfléchissait à différentes pistes pour modifier la structure de l’électricien public, parmi lesquelles une scission des activités nucléaires, mais qu’il n’avait pas arrêté de projet précis.

Nicolas Hulot a également dit à des journalistes début 2018 que l’hypothèse de loger les actifs nucléaires d’EDF dans une entité à part avait fait l’objet de discussions au sein du gouvernement mais qu’il n’y avait pas à ce stade de scénario privilégié d’évolution de l’organisation du groupe. (Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below