July 28, 2018 / 5:14 PM / 20 days ago

LEAD 2-Pakistan-Khan engage des discussions pour former une coalition

* La prestation de serment devrait avoir lieu le 14 août

* Imran Khan ne veut pas négocier avec la PML-N et le PPP

* Des tractations ont été engagées avec le MQM

* Deux autres petites formations souhaiteraient discuter avec Khan (Actualisé avec première réaction de l’Inde au résultat du scrutin, deux derniers paragraphes)

par Idrees Ali

ISLAMABAD, 28 juillet (Reuters) - Imran Khan, dont le parti est arrivé en tête des élections législatives organisées mercredi au Pakistan, a engagé samedi des pourparlers avec au moins une petite formation politique et des élus indépendants, dans le but de mettre sur pied une coalition de gouvernement, a déclaré un porte-parole.

Selon les chiffres quasi complets des élections, communiqués par la commission électorale, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI) d’Imran Khan a recueilli 16,86 millions de suffrages, loin devant les 12,89 millions obtenus par la Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (PML-N) de l’ancien Premier ministre Nawaz Sharif, actuellement emprisonné.

Le PTI n’a toutefois obtenu que 116 sièges sur les 272 que compte le parlement pakistanais, ce qui le contraint à rechercher des alliances pour obtenir une majorité. Imran Khan a exclu de négocier avec les deux autres grands partis du pays - la PML-N, qu’il accuse d’être corrompu, et le PPP (Parti du peuple pakistanais).

Imran Khan, a déclaré le porte-parole du PTI, devrait prêter serment comme nouveau Premier ministre le 14 août, jour de la fête de l’indépendance.

La majorité parlementaire étant de 137 sièges, il resterait au PTI à trouver le soutien de 21 députés, en plus de ses 116 sièges. Et l’arithmétique d’une future coalition se compliquée par le fait que 70 autres sièges, pour la plupart réservés à des sièges et à des représentants de minorités non musulmanes, seront alloués aux partis sur la base de leurs scores. Une fois que ces 70 sièges seront additionnés, la coalition devra s’appuyer en fait sur 172 sièges au moins, au parlement.

LES ESPOIRS DE L’INDE

Le futur chef du gouvernement a engagé des tractations avec le MQM (Mouvement Muttahida Qaumi), une formation qui domine la vie politique de la mégapole de Karachi depuis des décennies et, au plan national, a remporté six sièges de députés lors des élections législatives, après avoir rompu ses liens avec celui qui fut longtemps son dirigeant, Altaf Hussain.

En outre, deux petites formations récemment créées passent pour être ouvertes à une alliance avec le PTI de Khan. Il s’agit de la Grande alliance démocratique (GDA), formée dans la province du Sindh, qui dispose de deux sièges au parlement, et du BAP (Parti Awami du Baloutchistan), qui a obtenu quatre sièges.

L’Inde, réagissant pour la première fois publiquement samedi aux résultats des législatives pakistanaises, a dit son espoir de voir le futur gouvernement pakistanais “oeuvrer de façon constructive” à la fin du terrorisme en Asie du Sud.

“Nous espérons que le nouveau gouvernement pakistanais oeuvrera de façon constructive à l’avènement d’une Asie du Sud sûre, stable et développée, exempte de terrorisme et de violences”, a déclaré le ministère indien des Affaires étrangères. L’Inde et le Pakistan se sont livré trois guerres depuis leur indépendance en 1947, dont deux portant sur la question du Cachemire, région que les deux pays revendiquent dans son intégralité. (Avec Aditya Kalra à New Delhi; Nicolas Delame et Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below