July 27, 2018 / 3:11 PM / 5 months ago

LEAD 1-USA-Réunion sur la cybersécurité, nouvelles accusations contre Moscou

(Actualisé avec déclarations de James Mattis, trois derniers paragraphes)

WASHINGTON, 27 juillet (Reuters) - Donald Trump devait réunir vendredi ses conseillers à la sécurité nationale pour parler des questions de cybersécurité dans la perspective des élections de mi-mandat en novembre.

De nouvelles accusations d’ingérence de la Russie dans les élections américaines ont vu le jour récemment. Jeudi, la sénatrice démocrate Claire McCaskill a été identifiée comme la cible d’une tentative de piratage informatique. Un cadre supérieur de Microsoft avait indiqué la semaine dernière que des hackers russes avaient visé au moins trois candidats, dont il n’avait pas divulgué les noms.

Des questions demeurent sur la capacité des Etats américains à déjouer des cyberattaques, alors même que le débat est loin d’être clos sur l’ingérence de la Russie dans les élections américaines de novembre 2016, que Trump et le Parti républicain avait remportées.

L’enjeu, concernant les élections à mi-mandat, est grand. Les républicains sont majoritaires dans les deux chambres du Congrès, mais si les schémas habituels se répètent, les démocrates, dans l’opposition, devraient enregistrer des gains et remporter peut-être le Sénat, voire la Chambre des représentants.

Tom Burt, vice-président de la sécurité clients chez Microsoft, a déclaré la semaine dernière au forum d’Aspen sur la sécurité que sa société avait mis au jour des opérations de phishing (hameçonnage) menées par un groupe lié à des officiers des services de renseignement militaires russes (GRU).

MATTIS PARLE D’ACTIONS EN COURS

Ces hameçonnages visaient des politiciens en campagne, ce qui a déclenché une enquête du site internet d’information Daily Beast.

Jeudi, Claire McCaskill, sénatrice démocrate du Missouri, s’en est pris à Moscou à la suite des révélations de Daily Beast sur la cyberattaque dont elle a été la cible. Cette cyberattaque, qui n’a pas abouti, émanait des services de renseignement russes déjà à l’origine d’ingérence dans les élections de 2016, selon l’enquête de Daily Beast.

“La Russie continue de se livrer à une cyberguerre contre notre démocratie”, a accusé jeudi Claire McCaskill.

Le secrétaire à la Défense, James Mattis, a déclaré vendredi, sans donner de précisions, que les Etats-Unis prenaient des mesures actuellement pour empêcher des acteurs étrangers d’influer sur l’électorat américain, dans la perspective des élections de mi-mandat.

“Soyez assurés, des actions sont en cours pour protéger nos élections et ne pas les exposer à des efforts extérieurs pour influer sur les Américains”, a dit le chef du Pentagone à la presse, en invoquant par exemple la diffusion de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux. “Mais je ne vais pas rentrer dans les détails”, a-t-il ajouté.

Le directeur du Renseignement national, Dan Coats, a averti que la Russie et d’autres entités étrangères étaient susceptibles de s’immiscer dans des élections, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, cette année mais aussi par la suite. (Susan Heavey et Eric Beech; Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below