July 26, 2018 / 5:44 PM / 20 days ago

Paris pas opposé à un rachat de Linxens par un groupe chinois

PARIS, 26 juillet (Reuters) - Le gouvernement français n’est pas opposé à un rachat du spécialiste français de la production de connecteurs de cartes à puce Linxens par le chinois Tsinghua Unigroup Ltd, jugeant que la société ne revêt pas de caractère stratégique, a déclaré jeudi un porte-parole du ministère de l’Economie.

Selon cinq sources au fait du dossier, le fabricant chinois de semi-conducteurs a conclu un accord pour acquérir le français, détenu par le fonds CVC, dans le cadre d’une transaction représentant 2,2 milliards d’euros. L’accord, conclu il y a plus d’un mois selon ces sources, n’a pas encore été annoncé officiellement

Comme plusieurs autres pays européens, La France s’apprête à renforcer son arsenal de protection des entreprises stratégiques avec l’examen à venir du projet de loi Pacte qui tente de trouver l’équilibre entre attractivité économique et protection des intérêts nationaux face aux appétits de nations étrangères, Chine et Etats-Unis en tête.

Le gouvernement n’aura toutefois pas recours à la procédure d’autorisation préalable des investissements étrangers, Linxens fabriquant la partie “passive” des cartes à puces qui ne tombe pas dans le champ d’un décret de 2014 détaillant les secteurs protégés ni sa version élargie prévue dans la loi Pacte pour inclure notamment les semi-conducteurs, a précisé le porte-parole.

“La France n’a rien bloqué”, a-t-il dit à Reuters.

Linxens n’a pas répondu aux sollicitations de Reuters.

Le français fabrique des microconnecteurs qui font l’interface entre une carte et un lecteur électronique et commercialise également des antennes et modules utilisés dans des applications comme le paiement sans contact, les contrôles d’accès ou les transports.

Le groupe, qui a son siège près de Paris, emploie 3.500 personnes dans le monde et a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 535 millions d’euros. Le groupe est également présent en Chine, à Singapour et en Thaïlande.

Gwénaëlle Barzic et Michel Rose, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below