July 24, 2018 / 4:41 PM / 3 months ago

CHANGES-La livre turque plombée par le statu quo inattendu sur les taux

ISTANBUL, 24 juillet (Reuters) - La livre turque a connu mardi un nouvel accès de faiblesse après le statu quo inattendu observé par la banque centrale sur ses taux directeurs, pour sa première décision de politique monétaire depuis la réélection à la tête du pays du président Recep Tayyip Erdogan, doté de pouvoirs élargis.

La banque centrale, déjà soupçonnée par les investisseurs de manquer d’indépendance vis-à-vis du pouvoir politique, a mis en avant des signes d’affaiblissement de la demande intérieure pour expliquer le maintien de son principal taux directeur à 17,75%.

La livre turque, qui a déjà perdu 20% de sa valeur depuis le début de l’année, a plongé de près de 5% contre le dollar après cette annonce. Elle a ensuite effacé une partie de ses pertes et se traitait à 4,8760 livres pour un dollar vers 16h15 GMT, en baisse de 3%.

Quinze des 16 économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une hausse des taux directeurs de l’ordre de 100 à 125 points de base alors que la devise turque est fragilisée depuis des mois par une inflation à un plus haut de 14 ans, à 15,39% en rythme annuel, et des comptes courants déficitaires.

La réunion de politique monétaire faisait figure de test après l’entrée en vigueur du nouveau régime présidentiel turc et la nomination par le président Erdogan de son gendre, Berat Abayrak, comme ministre des Finances.

La décision de la banque centrale est apparue en contradiction avec l’engagement pris ce week-end par Berat Abayrak de ne pas aller à l’encontre des marchés financiers et surtout avec la politique monétaire conduite depuis la fin avril, qui s’est traduite par un relèvement de 500 points de base des taux directeurs.

“La banque centrale a de manière regrettable maintenu le taux repo à une semaine inchangé (...) C’est une erreur de politique majeure de la part des Turcs et une occasion manquée de s’appuyer sur la crédibilité engrangée grâce aux 500 points de base de resserrement monétaire réalisés durant le deuxième trimestre”, a commenté Paul Greer, gérant Dette Emergente et Fixed Income chez Fidelity International.

Recep Tayyip Erdogan a multiplié les appels en faveur de taux bas afin de soutenir la croissance de l’économie turque. (Ezgi Erkoyun et Humeyra Pamuk, Marc Joanny et Patrick Vignal pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below