June 8, 2018 / 8:06 AM / 2 months ago

Zuma comparaît à nouveau pour corruption en Afrique du Sud

DURBAN, Afrique du Sud, 8 juin (Reuters) - L’ancien président sud-africain Jacob Zuma, évincé de la direction de l’ANC en février dernier, a comparu brièvement vendredi pour la seconde fois devant la Haute Cour de Durban pour répondre d’accusations de corruption en lien avec un contrat d’armement de 2,5 milliards de dollars conclu à la fin des années 1990 avec le groupe de défense français Thales.

La prochaine audience a été fixée au 27 juillet, afin de donner le temps à l’accusation et la défense de préparer leurs dossiers et d’indiquer à ce moment-là quand ils seront prêts pour un procès.

Jacob Zuma doit répondre de 16 chefs d’accusation pour fraude, racket, blanchiment d’argent en relation avec ce contrat pour lequel il est soupçonné d’avoir perçu des pots-de-vin, alors qu’il était vice-président.

L’ancien président, remplacé par Cyril Ramaphosa à la tête de l’Etat il y a quatre mois, se dit victime d’une chasse aux sorcières.

Plusieurs centaines de ses partisans l’attendaient à la sortie du tribunal en scandant son nom ou brandissant son portrait. (Shafiek Tassiem Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below