June 7, 2018 / 8:25 PM / 2 months ago

POINT MARCHÉS-Wall Street freinée par les "techs"

(Actualisé avec volumes, changes, Treasuries)

* Le Dow a gagné 0,38% mais le S&P a perdu 0,07% et le Nasdaq 0,7%

* Repli des valeurs technologiques après six séances de hausse

* McDonald’s et pétrole soutiennent le Dow

par Sinéad Carew

NEW YORK, 7 juin (Reuters) - La Bourse de New York a fini jeudi en ordre dispersé, tiraillée entre les hausses du pétrole et de McDonald’s, qui ont soutenu le Dow Jones, et le reflux des valeurs technologiques, qui a davantage pénalisé le S&P-500 et surtout le Nasdaq.

L’indice Dow Jones a gagné 95,02 points (+0,38%), à 25.241,41. Le Standard & Poor’s 500, plus large et principale référence des investisseurs, a terminé sans grand changement avec un recul de 1,98 point (-0,07%), à 2.770,37. Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a perdu 54,173 points, soit 0,7%, à 7.635,07.

“Le marché est juste un petit peu fatigué”, pense Ken Polcari, de O’Neil Securities. “Il ne peut pas monter chaque jour sans subir de repli. La logique veut qu’il ait besoin de repos.”

La prudence semble en outre de mise à la veille d’un sommet du G7 qui pourrait déclencher une nouvelle poussée de fièvre sur le front commercial entre les Etats-Unis et les autres pays membres.

Le président américain Donald Trump ne devrait pas dévier de sa ligne après avoir imposé des droits de douane sur l’aluminium et l’acier en provenance notamment du Canada, hôte de ce sommet, et de l’Union européenne. Le Canada a d’ores et déjà riposté à ces droits de douane et l’UE a annoncé qu’elle le ferait.

“Il y a de la prudence associée à ce sommet du G7 alors qu’ils sont historiquement neutres pour le marché. Ce sommet du G7 ne répond pas au modèle habituel particulièrement en raison du commerce”, dit Quincy Krosby, responsable de la stratégie de marché de Prudential Financial.

“De même il y a les réunions de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale la semaine prochaine. Les deux sont d’une importance capitale pour la direction du marché”, a-t-il ajouté.

QUALCOMM TIRE SON ÉPINGLE DU JEU

Les investisseurs s’attendent à ce que la Fed relève ses taux pour la deuxième fois de l’année mercredi. Ils seront surtout attentifs au moindre signe suggérant qu’elle pourrait effectuer quatre hausses de taux en tout en 2018, alors qu’elle en anticipe officiellement trois pour le moment.

La BCE devrait pour sa part débattre jeudi de l’arrêt de son programme de rachats d’actifs d’ici la fin de l’année. Ses responsables ont affiché ces derniers jours une certaine détermination à mettre fin à ces rachats, ce qui a contribué à raffermir l’euro.

La monnaie européenne a touché jeudi un plus haut depuis le 17 mai à 1,1840 dollar avant de revenir vers 1,18 dollar. L’euro a repris plus de 2,5% depuis un plus bas de 10 mois touché la semaine dernière. L’indice dollar a perdu 0,23% jeudi.

Sur les marchés actions américains, après une série de six séances de hausse qui l’a porté à des records, l’indice du secteur technologique a certainement subi des prises de bénéfices et s’est replié de 1,09%, plus mauvaise performance sectorielle du jour, avec des baisses de 1,65% pour Facebook , de 1,57% pour Microsoft ou encore de 1,09% pour Alphabet.

L’ensemble du secteur n’a cependant pas souffert et Qualcomm s’est distingué avec une hausse de 1,34% à la suite de l’annonce par Washington d’un accord avec ZTE qui permettra aux fabricants américains de puces de fournir à nouveau le groupe chinois d’équipements télécoms et de smartphones.

LES RENDEMENTS DES TREASURIES BAISSENT

Le secteur de l’énergie a été le plus performant (+1,58%) en profitant de la nette hausse des cours du pétrole, avec un baril de brut américain en hausse de près de 2%. Chevron a pris 2,9%, principal soutien du S&P-500, et Exxon Mobil 1%.

Le titre McDonald’s, qui a fini sur un gain de 4,37%, a contribué pour plus de moitié à la hausse en points du Dow Jones à la suite d’une information du Wall Street Journal selon laquelle le géant de la restauration rapide prévoit de nouvelles suppressions d’emploi.

Environ 7,25 milliards d’actions ont été échangées au cours de la séance sur les différents marchés américains contre une moyenne de 6,64 milliards sur les 20 séances précédentes.

Sur le front obligataire, les craintes sur le commerce mondial et les difficultés actuelles des marchés émergents ont favorisé un mouvement de repli vers les emprunts du Trésor américain, dont le rendement à 10 ans a baissé de cinq points de base à 2,93%. (Avec Caroline Valetkevitch à New York et Sruthi Shankar à Bangalore Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below