June 5, 2018 / 2:59 PM / 6 months ago

LEAD 1-Mémoires DRAM-Pékin enquête sur Samsung, SK Hynix et Micron

* Soupçons d’entente sur les prix des DRAM

* Samsung, SK Hynix rejettent les accusations-Séoul

* Les prix des DRAM ont plus que doublé en deux ans

* Les trois groupes contrôlent 96% du marché (Actualisé avec détails, réactions et contexte)

par Ju-min Park

SEOUL, 5 juin (Reuters) - La Chine a ouvert une enquête sur les pratiques de Samsung Electronics, SK Hynix et Micron Technology, les trois fabricants de semi-conducteurs qui contrôlent le marché des mémoires DRAM.

Une source au fait du dossier a rapporté que Pékin enquêtait sur des allégations d’entente sur les prix des mémoires DRAM, qui ont fortement augmenté.

C’est la première fois que Pékin ouvre une telle procédure.

“L’enquête a vraiment commencé”, a dit la source.

Cette décision survient au moment où Séoul et Pékin semblent vouloir normaliser leurs relations après des tensions bilatérales l’an dernier, mais les analystes ont déclaré que l’affaire n’avait rien à voir avec les querelles passées et le différend commercial actuel entre la Chine et les Etats-Unis.

Au contraire, le coût élevé des puces a pénalisé de nombreux fabricants d’électronique, les fabricants chinois étant parmi les plus durement touchés car leurs marges d’exploitation sont plus réduites que celles de leurs concurrents.

Selon Moon Sung-wook, haut responsable du ministère sud-coréen de l’Industrie, Samsung et SK Hynix soutiennent qu’il n’y a pas eu de fixation de prix.

“C’est une situation où une forte demande stimule les prix et les usines ne peuvent pas répondre à ce niveau de demande même à pleine capacité”, a-t-il déclaré à Reuters.

Le ministre sud-coréen de l’Industrie, en visite à Pékin dans le cadre des efforts pour stimuler les investissements de son pays en Chine, a demandé à son homologue chinois de traiter de manière équitable les sociétés sud-coréennes visées dans l’enquête, selon un communiqué du ministère.

Le ministre chinois du Commerce, Zhong Shan, a “promis de traiter l’affaire de manière équitable”, ajoute le ministère sud-coréen.

Les mémoires DRAM, qui facilitent l’exécution de plusieurs tâches à la fois, ont vu leur prix plus que doublé en deux ans.

Bien que la Chine investisse massivement pour développer son industrie de puces encore naissante, elle est actuellement le premier importateur de mémoires, et absorbe 20% des DRAM produites à travers le monde, selon le cabinet de recherche Trendforce.

96% DU MARCHÉ

Plusieurs enquêtes réglementaires sur des soupçons de fixation des prix ont visé le secteur des DRAM, où une vague de consolidation a permis aux deux entreprises sud-coréennes et leur concurrent américain de contrôler 96% du marché.

Selon Trendforce, Samsung détenait 44,9% du marché au premier trimestre, devant SK Hynix (27,9%) et Micron (22,6%).

En avril, un recours en nom collectif aux Etats-Unis a été intenté contre les trois groupes pour entente sur le marché des mémoires DRAM.

Lenovo Group, le fabricant chinois de PC qui dispute à l’américain HP la première place mondiale, a déclaré le mois dernier que sa marge bénéficiaire brute avait diminué de 0,4 point de pourcentage essentiellement en raison de la hausse des coûts des composants, notamment celle des puces mémoire.

Le cabinet d’études Gartner prévoit que le prix de vente moyen des puces DRAM augmentera de 14,8% cette année.

Luca Maestri, le directeur financier d’Apple, a cependant déclaré le mois dernier que les prix des DRAM pourraient être “proches de leur pic, peut-être à la fin de cette année”.

Les trois groupes ont indiqué que des responsables de l’Administration chinoise pour la régulation du marché s’étaient récemment rendus dans leurs locaux.

“La Chine (tente) de protéger son marché des PC et des smartphones de la hausse du prix des mémoires DRAM”, explique Kevin Cassidy, analyste chez Stifel Nicolaus.

Un porte-parole de Samsung a déclaré que le groupe coopérait avec les autorités chinoises, sans donner davantage de détails. Un porte-parole de SK Hynix s’est refusé à tout commentaire. (avec Supantha Mukherjee et Laharee Chatterjee à Bangalore, Brenda Goh à Shanghai et Joyce Lee à Seoul, Catherine Mallebay-Vacqueur et Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below