May 29, 2018 / 8:49 AM / 5 months ago

MARCHÉS -Les taux italiens s'envolent sur la perspective de nouvelles élections (actualisé)

(Actualisé avec précisions, spread, Moody’s, commentaire)

PARIS, 29 mai (Reuters) - Les rendements des emprunts d’Etat italiens flambent mardi en raison de la crise politique qui secoue la péninsule et pèse également sur l’euro et les actions.

Le mouvement sur le marché obligataire touche surtout les taux courts: le rendement des obligations d’Etat à deux ans prend près 1,6 point de pourcentage à 2,483%, son plus haut niveau depuis 2013, contre moins de 0,9% lundi.

Le deux ans italien est ainsi en passe d’enregistrer sa plus forte hausse sur une séance depuis 26 ans, avant le lancement de l’euro.

Les taux longs suivent le mouvement, le dix ans prenant 0,477 point de pourcentage pour dépasser 3,159%

L’écart de rendement (“spread”) entre les titres à dix ans italiens et allemands a brièvement dépassé 300 points de base, pour atteindre son plus haut niveau depuis 2013.

Le creusement du spread est alimenté par un regain sensible d’aversion au risque qui favorise les achats de titres allemands: le rendement du Bund à dix ans a touché, à 0,192%, son plus bas niveau depuis avril 2017, avant de remonter à 0,264%.

“On assiste à des dégagements spectaculaires sur les actifs à risque avec l’accentuation de la crise politique italienne”, note Neil Wilson, chef analyste de Markets.com, ajoutant que “le marché évolue à une vitesse qu’on n’avait pas observée depuis le pic de la crise de la dette dans la zone euro”.

Sur le marché monétaire, la probabilité estimée d’une hausse de taux de la Banque centrale européenne (BCE) d’ici la mi-2019 a fortement diminué pour tomber à environ 30%.

L’euro est passé sous 1,16 dollar et il a enfoncé le support technique à 1,1552 de novembre dernier, pour chuter autour de 1,1515, son plus bas niveau face au billet vert depuis juillet dernier.

Du côté des actions, l’indice de la Bourse de Milan cède 3,19% et l’indice de ses banques recule de 5,68%. Ces deux indices évoluent à des creux de plus d’un an.

Ailleurs en Europe, le CAC 40 à Paris cède 1,73%, le Dax à Francfort 1,62% et l’EuroStoxx 50 1,94%. L’indice Stoxx des banques de la zone abandonne quant à lui 4,97%.

LES INVESTISSEURS S’INQUIÈTENT POUR LA ZONE EURO

Société générale a réaffirmé mardi sa recommandation de “sous-pondérer” les actions italiennes et déconseille d’acheter sur le repli actuel.

Le président italien, Sergio Mattarella, a nommé lundi l’économiste Carlo Cottarelli, un ancien du Fonds monétaire international (FMI), à la tête d’un gouvernement de transition chargé de préparer le budget 2019 et d’organiser des élections législatives anticipées, sans doute à l’automne ou début 2019.

Le Mouvement 5 Etoiles (M5S), anti-système, et la Ligue d’extrême droite, qui avaient difficilement élaboré un “contrat de gouvernement” après le scrutin du 4 mars, ont ainsi vu s’envoler, du moins provisoirement, leurs espoirs de diriger le pays avec comme devise “les Italiens d’abord”.

“Les développements politiques des tout derniers jours n’ont pas de conséquence sur notre décision récente de placer les notes de l’Italie sous revue dans la perspective d’un possible abaissement”, a précisé Moody’s dans un communiqué mardi.

“La note souveraine de l’Italie serait probablement abaissée si nous arrivions à la conclusion que, quel que soit le prochain gouvernement, il conduira une politique budgétaire insuffisante pour placer le ratio d’endettement public sur une trajectoire baissière durable au cours des années à venir”, explique l’agence.

La perspective de nouvelles élections est perçue par les investisseurs comme une menace pour la zone euro, les enquêtes d’opinion augurant de résultats sans grand changement par rapport à ceux de mars.

L’indice Sentix qui mesure le risque d’éclatement de la zone euro a atteint son plus haut niveau depuis avril 2017, lorsque les investisseurs craignaient un succès électoral de Marine Le Pen à la présidentielle en France, selon les chiffres publiés mardi par l’institut d’études allemand.

Patrick Vignal et Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below