May 29, 2018 / 7:39 AM / 5 months ago

LEAD 1-Bullard (Fed) appelle à la prudence sur les hausses de taux

(Actualisé avec nouvelles déclarations)

TOKYO, 29 mai (Reuters) - Les taux d’intérêt américains pourraient avoir déjà atteint le niveau de neutralité auquel ils ne sont ni un soutien ni un frein à l’activité, justifiant l’adoption par la Réserve fédérale d’une position de prudence en matière de politique monétaire, a dit mardi le président de la Fed de St Louis.

Dans le texte d’un discours à prononcer au Japon, James Bullard réaffirme sa position selon laquelle les anticipations d’inflation restent légèrement inférieures à l’objectif de la Fed et que les taux d’intérêt mondiaux sont affaiblis par les tendances économiques et démographiques de plus long terme.

Les marchés s’attendent à ce que la banque centrale relève l’objectif des “Fed funds” en juin, puis poursuive le mouvement avec une série de hausses jusqu’au milieu de l’an prochain.

Mais il y a “quelques motifs de prudence”, dit James Bullard, qui juge que la Fed devrait interrompre son cycle de resserrement en attendant des signaux clairs montrant que la croissance économique et l’inflation américaines sont passées à la vitesse supérieure. A moins d’indicateurs économiques supérieurs aux attentes, la Fed ne devrait pas procéder à de nouveaux relèvements de taux, sachant que les anticipations d’inflation sont faibles, a-t-il précisé dans son discours.

Si le niveau actuel des taux est neutre, “il se peut qu’il ne soit pas nécessaire” de les modifier afin de maintenir l’économie à ou près des objectifs de la Fed, a-t-il poursuivi.

S’abstenir de nouvelles hausses de taux contribuerait à l’amélioration des mesures d’anticipations d’inflation et rendrait l’engagement de la Fed à atteindre son objectif d’inflation plus crédible. Cela limiterait également le risque que les taux à court terme dépassent les taux à long terme, une inversion de la courbe des taux souvent suivie d’une récession.

Le président de la Fed de St Louis a précisé à la presse, en marge de la conférence, que le niveau actuel des taux montrait que les marchés ne s’attendent pas à ce que les mesures fiscales de soutien à la croissance augmentent la pression inflationniste.

Il a ajouté qu’il était difficile pour la Fed de relever fortement ses taux alors que la Banque du Japon et la Banque centrale européenne maintiennent des politiques accommodantes.

Il a aussi souligné que la Fed avait les instruments et les options de politique monétaire nécessaires pour répondre à une éventuelle récession de l’économie américaine. (Howard Schneider et Stanley White, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below